Gaahl’s Wyrd (+ Tribulation + Uada + Idle Hands), Petit Bain (26.02.2019)

En ce mois de février, Garmonbozia nous a une nouvelle fois concocté une très belle affiche puisque pour cette date unique en France, Gaahl (ex-Gorgoroth, ex-God Seed) vient présenter son projet actuel, Gaahl's Wyrd. Et c'est accompagné des Suédois de Tribulation, dont l'ascension depuis leurs débuts ne peut que forcer l'admiration, que le Norvégien a choisi de se produire. Retour sur une belle soirée dédiée au metal extrême sous toutes ses formes.

Idle Hands

C'est aux jeunes Américains de Idle Hands que revient le privilège d'ouvrir la soirée, devant un Petit Bain encore peu fréquenté. Le combo propose un heavy metal classique au chant lyrique grave empruntant autant à Paradise Lost (sans les growls) qu'à Type O Negative. En un mot, Gabriel Franco (chant, guitare) et ses compagnons sont fortement influencés par la scène gothique. C'est peut-être là le point commun avec l'autre tête d'affiche de la soirée, Tribulation.

Malheureusement, et contrairement à ces derniers, Idle Hands pêche par manque de personnalité, évoquant parfois The Cure en plus metal, tantôt un Joy Division sans l'inspiration. Le public ne s'y retrouve pas dans cette musique trop sage, bien interprétée, mais trop ancrée dans les années 80.

De même, on sent la communication timide entre les morceaux, point que les Américains ne manqueront certainement pas d'améliorer à force de tourner et d'acquérir de l'expérience scénique.

Setlist Idle Hands

Nightfall
Blade and the Will
Can you hear the Rain
Time Crushes All
I Feel Nothing
Give me to the Night
By Way of Kingdom
Cosmic Overdrive

Uada

Ces dernières années, le post-black metal "à capuche" a décidément le vent en poupe. Si en Europe le style s'est forgé avec les excellents Au-Dessus, Regarde les Hommes Tomber ou encore The Great Old Ones, le style reste moins développé chez nos confrères outre-Atlantique. Uada est l'exception à noter, puisque les Américains prennent de plus en plus d'importance dans la scène depuis leur formation en 2014.

Dès le début du set, on retrouve cette atmosphère propre aux groupes de post-black, avec un jeu de lumière minimaliste, un communication restreinte et une prestation emphatique de la part du leader, Jake Superchi, caché sous son imposante capuche de Nazgûl. Le son reste clair lors des passages les plus mélodiques mais dès que Uada accélère la cadence, les conditions sonores n'aident pas à pleinement apprécier les titres pourtant bien écrits du combo. Dès que Josiah Babcock (batterie) part en double-pédale et en blast, en résulte une bouillie sonore sur laquelle vient se surimposer le chant écorché de Superchi, pour un résultat qui peine à convaincre.

La communication minimale, inhérente au style pratiqué par le quatuor, n'aide pas non plus à rentrer dans le set du groupe, alors que les spectateurs peinent également à distinguer quelque chose sur scène. Les quatre musiciens se distinguent uniquement en ombre chinoise et des lumières stroboscopiques viennent ponctuellement donner la migraine au public.

Avec une musique plaisante en studio, Uada aurait clairement dû gagner des points ce soir. Peut-être que leur set au Hellfest en juin prochain permettra de redresser la barre.

Setlist Uada

Natus Eclipsim
Snakes & Vultures
Devoid of Light
Cult of a Dying Sun
Black Automn, White Spring

Tribulation
 

Lorsque l'on voit l'ascension fulgurante des Suédois de Tribulation, qui jouaient en tête d'affiche dans un Glazart loin d'être plein il y a encore trois ans, on ne peut qu'être ravis pour le quatuor. En effet, les sorties studios du combo sont toujours de qualité et Tribulation possède son propre univers, à l'heure où il devient toujours plus difficile de se démarquer.

Cette personnalité affirmée transpire notamment à travers les prestations de Jonathan Hulten, l'un des deux guitaristes. Habité, le Suédois androgyne se cache désormais sous des défroques funèbres en dentelle noire, attirant ainsi la majeure partie des regards de l'assistance. Ses compagnons ne sont pas en reste, notamment Adam Zaars (guitare) dont les soli brillent avec une mise en son optimale.  Johannes Anderson (chant, basse) est également bien mixé et sa voix sublime les compositions tirées des trois derniers albums studios du quatuor.

D'ailleurs, en délaissant les premières compositions de The Horror, qui voyait le groupe officier dans un death plus classique, Tribulation réalise une setlist parfaite, gorgée de tubes, où chaque titre répond au précédent dans un tout cohérent. Tribulation montre ses influences gothiques, flagrantes sur les morceaux de Down Below, son quatrième album, mais celles-ci se mêlent à merveille au chant death/black de Johannes.

Down Below est bien évidemment mis à l'honneur, mais c'est également un plaisir de réentendre les classiques de The Children of the Night que sont "Melancholia" ou "Strange Gateways Beckon". Derrière ses fûts, Oscar Leander (batterie) propose un jeu qui respecte celui de son prédecesseur, Jakob Ljungberg, et qui donne par ailleurs beaucoup de groove comme sur "The World", peut-être l'un des meilleurs titres de Down Below.

Avec près d'une heure de jeu, Tribulation marque une fois de plus les esprits, à l'aide d'un vrai jeu de scène, de compositions fortes et d'une mise en son excellente, recueillant une vraie ovation de la part du public, qui semble s'être déplacé en nombre pour accueillir la formation suédoise.

Setlist Tribulation

Lady Death
Melancholia
The Lament
The Motherhood of God
Suspiria de profundis
Cries from the Underworld
The World
Ultra Nivam
Nightbound
Strange Gateways Beckon
Lacrimosa

Gaahl's Wyrd
 

Etrange choix que celui de Gaahl. L'ex vocaliste de Gorgoroth a choisi d'effectuer cette tournée européenne alors que son prochain album ne sortira qu'en mai. Pour l'heure, seul un titre a été dévoilé par Season of Mist, l'excellent "Ghosts Invited", qui sera bien entendu joué ce soir. Mais le Norvégien a choisi d'axer la setlist sur les groupes qui ont fait sa renommée, à savoir God Seed, Trelldom et bien évidemment Gorgoroth. Dommage que le groupe n'ait pas profité de ce concert pour dévoiler d'autres morceaux en avant-première.

Il est toutefois certain que la fosse souhaite en premier lieu entendre du Gorgoroth. Et dès le début du set, on ne peut que le constater avec l'accueil réservé à "Sign of an Open Eye". La salle est comble, les spectateurs sont serrés mais dès les premières notes et l'arrivée du vocaliste, les pogos font des ravages dans le pit de Petit Bain, malmenant les photographes présents. Le contraste entre l'énergie de la fosse et ce qu'il se passe sur scène est saisissant car si Lust Kilman (guitare) et Eld (basse) headbanguent sur la petite scène, Gaahl, lui, se déplace tel un spectre avec beaucoup de théâtralité et de lenteur.

Le vocaliste semble particulièrement concentré sur son chant, que l'on apprécie lorsqu'il s'aventure en clair dans les tessitures les plus graves ("Ghosts Invited") mais qui est pourtant en partie sous-mixé lors des morceaux les plus rapides. Ce "Ghosts Invited" est d'ailleurs une belle bouffée d'air frais, qui donne envie d'en entendre d'avantage. 

Mais Gaahl's Wyrd navigue principalement entre les titres de Gorgoroth et ceux de God Seed (logique quand on sait que deux des membres ont officié dans ce projet), tandis que les deux extraits de Trelldom ne recueillent qu'un accueil mitigé, seuls les fans les plus hardcore semblant connaître les titres.

L'heure tardive et les lumières minimalistes n'aident pas à rester concentrer dans le set, et rapidement l'attention des spectateurs décline, hormis au sein du pit où certains membres de l'assistance se lancent dans des pogos qui ne faiblissent qu'en toute fin de soirée.

Si une partie du public était venue pour entendre du trve black metal, on aurait souhaité que le quatuor affirme son propre style et justifie sa venue sous ce nouveau patronyme. En résulte un concert sympathique mais parfois monotone et entaché par un son qui n'était pas toujours à la hauteur de la légende. Souhaitons que Gaahl revienne rapidement promouvoir son nouvel album et proposer un nouvel univers qui se démarque de God Seed et Gorgoroth. Réponse dans quelques mois...

Setlist Gaahl's Wyrd

Sign of an Open Eye (Gorgoroth)
Carving a Giant (Gorgoroth)
From the Running of Blood (God Seed)
Aldrande Tre (God Seed)
Slave til en Kommende natt (Trelldom)
Ghosts Invited
Hoyt opp i dypet (Trelldom)
Awake (God Seed)
Wound Upon Wound (Gorgoroth)
Sannhet, Smerte of Dod (Trelldom)
Incipit Satan (Gorgoroth)
Exit – Through Carved Stones (Gorgoroth)
Alt Liv (God Seed)
Prosperity and Beauty (Gorgoroth)

Photographies : © Lionel / Born 666
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe
Merci à Garmonbozia pour l'accréditation



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements