Candlemass – The Door to Doom

Plus de trente ans après sa formation, Candlemass est toujours considéré comme une formation culte qui a apporté énormément au doom et au metal en général, en sortant des albums devenus incontournables (Epicus Doomicus Metallicus, Nightfall ou encore Ancient Dreams), à travers un souffle épique unique. Et trente-trois ans après la sortie de son premier album, le combo suédois sort son douzième opus avec une surprise de taille, le retour au micro de Johan Längqvist son premier chanteur, qui officiait sur Epicus Doomicus Metallicus.

Et dès "Splendor Demon Majesty", le vocaliste va montrer qu'il n'a rien perdu de sa puissance à travers une profondeur de chant qui domine le titre. Grand gagnant de l'album, Längqvist ne peut pas laisser de marbre, tant sa voix est variée, tantôt rocailleuse et heavy ("Under the Ocean", "Splendor Demon Majesty", "House of Doom") tantôt pleine d'émotion et de sensibilité sur la magnifique ballade "Bridge of the Blind" ou sur l'introduction de "The Omega Circle".

Candlemass, metal, doom, Door to doom, napalm records,

Les autres musiciens ne sont pas en reste, notamment la paire de guitariste constituée de Mats "Mappe" Björkman et de Lars Johansson, ce dernier s'illustrant particulièrement sur les soli de "Death's Wheel", "Bridge of the Blind" ou de "House of Doom". Sur ce dernier titre, Candlemass se fait également inquiétant sur le pont où un orgue sinistre délivre une ambiance glaçante de film d'horreur. Les riffs évoquent le Black Sabbath de la grande heure ("The Omega Circle" ou "Black Trinity" lourds à souhait), et quoi de plus logique que de retrouver Tony Iommi en guest sur le solo de "Astorolus – The Great Octopus" (pourtant le titre le plus classique de l'album selon votre serviteur). Si l'on songe également au "Planet Caravan" du Sabbath Noir sur le sublime "Bridge of the Blind", Candlemass n'est pourtant pas à considérer comme un ersatz du combo anglais.

Les huit compositions que renferme ce Door To Doom possèdent la patte Candlemass, sont inspirées, accrocheuses, et retournent à l'essence même du genre. La production met en avant la lourdeur des guitares et de la basse du membre fondateur Leif Edling ("The Omega Circle", "Astorolus – The Great Octopus") pour un résultat qui sonne à la fois de façon brute et claire, à la fois puissant et subtile, tout en revenant aux origines du groupe.

La longueur des titres n'enlèvent en rien à leur efficacité et si Candlemass n'a écrit que huit compositions pour cet album, les 48 minutes de musique sont suffisamment variées et addictives pour que l'ennui ne se fasse absolument pas sentir. Nul doute que "Splendor Demon Majesty", "Under the Ocean", "House of Doom", "Bridge of the Blind" ou "The Omega Circle" sont des compositions qui deviendront des classiques dans le répertoire des Suédois, sublimées par un Johan Längqvist qui est l'homme fort de cet album.

Avec The Door to Doom, Candlemass réussit un album sublime, une belle porte d'entrée sur l'univers du groupe, que nous vous invitons à ouvrir sans hésitation. 

Déjà disponible chez Napalm Records

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements