Vltimas – Something Wicked Marches In

La sortie studio d’un nouveau projet du nom d’Vltimas, regroupant David Vincent (ex-Morbid Angel), Flo Mounier (Cryptopsy) et Rune « Blasphemer » Eriksen (Aura Noir, ex-Mayhem), a de quoi susciter la curiosité et l’attente chez les fans de metal extrême. D’autant plus que la dernière collaboration de Mounier et d’Eriksen remontait à l’excellent premier opus de Nader Sadek, In the Flesh (avec Steve Tucker, ex/actuel Morbid Angel au chant, quelle coïncidence !) et à l’EP qui avait suivi, The Malefic : Chapter III. Brisons le suspense tout de suite, nous pouvons déjà dire que Something Wicked Marches In est à la hauteur des espoirs que l’on peut placer en la formation.

Contrairement au In the Flesh de Nader Sadek où les musiciens n’étaient que des exécutants, sur ce premier opus d’Vltimas, on sent la patte d’Eriksen dès le premier titre éponyme. Durant les quarante minutes de l’album, celle-ci exprime une union entre la puissance du death metal, portée par la voix reconnaissable entre toutes de David Vincent, et l’ambiance du black, ici exprimée par les blasts de Flo Mounier et les riffs froids d’Eriksen (« Praevalidus »).

Vltimas, Something Wicked Marches In, review, Season of Mist, black death

Pour résumer l’ensemble, Something Wicked Marches In est la fusion parfaite entre le Mayhem de la période Chimera et le Morbid Angel de la période Covenant / Domination. Certes, sur le papier, il est difficile d’imaginer ce mélange improbable. Et pourtant, à l’écoute de « Truth and Consequences », « Something Wicked Marches In » ou « Praevalidus », ce constat s’impose de fait. 

Pourtant, malgré ces influences black ou death metal, Vltimas n’oublie jamais la mélodie, comme sur cet excellent titre qu’est « Monolilith » où la voix de Vincent se fait chaude et théâtrale sur le refrain, ou sur les « Oh Oh Oh Oh » de « Diabolus Est Sanguis » (à 1:57). Ce sont d’ailleurs ces touches mélodiques et angoissantes qui font la force de cet opus, où l’ambiance black apporte ce petit quelque chose de malsain sublimé par le chant de Vincent (« Last One Alive Win Nothing », « Truth and Consequences »). Derrière les fûts, Flo Mounier montre un jeu beaucoup plus diversifié que ce qu’il nous propose au sein de Cryptopsy, moins chaotique et certes plus bridé, mais tout aussi puissant (« Total Destroy », « Diabolus Est Sanguis »). Et si Eriksen réalise un très bon travail sur le riffing, le guitariste nous propose en plus un lead de toute beauté sur le dernier titre de la galette, « Marching On ». De quoi saluer ce musicien dont l’influence et la patte musicale sur la scène metal extrême n’ont été que trop sous-estimées.

La production est moderne sans être trop lisse, ce qui permet d’écouter cet opus en appréciant toutes ses petites subtilités (et elles sont nombreuses, disséminées tout au long de l’album). Varié, surprenant, Something Wicked Marches In frappe fort pour une première sortie studio, dont les quarante minutes passent extrêmement vite sans susciter l’ennui une seconde. Et s’il est certain que son line-up prestigieux est un outil promotionnel indéniable pour ses géniteurs, la qualité intrinsèque des neufs titres se suffit à elle-même pour apprécier cet album.

Avec ce premier opus d’Vltimas, quelque chose de malfaisant est en marche…A découvrir d’urgence au Hellfest 2019 !

Tracklist
    Something Wicked Marches In
    Praevalidus
    Total Destroy!
    Monolilith
    Truth And Consequence
    Last Ones Alive Win Nothing
    Everlasting
    Diabolus Est Sanguis
    Marching On

Déjà disponible chez Season of Mist
Photos promotionnelles fournies par Season of Mist. Droit réservé

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements