Sonata Arctica (+ Witherfall) au Trabendo (22.03.2019)

Mine de rien, cela fait quelques temps que Sonata Arctica n’a pas posé ses valises à Paris pour un concert. Sans nouvel album sous le bras, les Finlandais ont décidé d’innover en proposant une tournée entièrement acoustique, comme c’est plus ou moins à la mode en ce moment. Après avoir revisité leurs compositions avec un orchestre en Finlande, Tony Kakko et sa bande offrent au public européen de nouvelles versions dépouillées en ce début d’année. Dans un Trabendo renforçant la sensation d’intimité, le choix du tout-acoustique s’est-il révélé payant ?

 

Witherfall

 

Pour ouvrir les débats, les Américains de Witherfall se sont eux aussi mis à l’acoustique. Sans connaître les morceaux originaux, on constate qu’ils sonnent vraiment très bien dans cette configuration, on les croirait spécialement créé pour l’acoustique. La basse d’Anthony Crawford nous envoie de bonnes vibrations et le public est déjà bien présent dans la petite fosse du Trabendo.

Il y a de tout dans cette musique, un peu de prog, un peu de rock, un peu de power. On n’est certainement pas face à un énième groupe cliché et c’est plutôt agréable. Assis comme ses camarades et distillant ses blagues, le frontman Joseph Michael contribue à l’ambiance agréable de ce set où l’on se sent presque comme au club de jazz. Son timbre est varié, avec juste assez de puissance pour ne pas éclipser ses camarades qui auront d’ailleurs droit à leur propre solos, basse, clavier et guitare compris.

Le public s’enthousiasme alors que les Américains entament l’intro de « Fade to Black » de Metallica. Malheureusement, elle ne sera pas jouée en entier au contraire de la reprise de « I won’t back down » de Tom Petty. Un peu en retrait, le batteur du jour nous vend du rêve en utilisant une multitude de technique et d’instruments pour donner le rythme du concert en acoustique sans taper fort sur une vraie batterie. Mention spéciale aux poussières d’étoiles qui nous arrivent régulièrement dans les oreilles.

Pour terminer le concert, c’est « Vintage » et ses onze minutes au compteur qui confirment le grand succès de ce set en première partie pour Witherfall. A voir ce que le combo donne en électrique mais on sait maintenant qu’ils maitrisent l’acoustique avec une rare aisance.

 

Sonata Arctica

 

Sonata Arctica en acoustique, cela rendrait n’importe qui curieux même ceux qui enterrent le groupe depuis dix ans. Pour l’occasion, les Finlandais ont invité un membre supplémentaire sur scène, Masi Hukari. Débutant par « Life » et « Only the Broken Hearts », on s’aperçoit très vite que leur définition de l’acoustique est toute relative. Elias Viljanen n’hésite pas à sortir la grosse distorsion dès qu’il le peut, notamment sur ses solos ce qui rend la chose assez artificielle.

Tony Kakko, Sonata Arctica, 2019, Paris, Trabendo


Tony Kakko est blond désormais et continue sa descente dans un style de plus en plus approximatif mais la voix est toujours là, mieux maitrisée que jamais. Dans un Trabendo plein comme un œuf, il se met sans difficulté le public dans la poche avec sa bonne humeur habituelle. L’ambiance est intimiste et même si certains comme Pasi Kaupinen ne tiennent pas trop en place, Sonata va jouer ce qui se prête le mieux à cette configuration : une majorité de ballades.

Sonata Arctica, Paris, Trabendo, 2019


Ce concert est l’occasion d’entendre des titres calmes rares dans les setlists comme « As if the world wasn’t ending » ou « Letter to Dana ». La superbe conclusion du dernier album « On the Faultline » est là aussi et on évite les insipides « Love » ou « Candle Lawns », plutôt bien joué de la part des Finlandais. Pour les titres normalement très speed, on ressent davantage les changements liés à l’acoustique et certains comme « Wolf and Raven » en deviennent virevoltant ! On sent que le groupe s’amuse à réinterpréter ses classiques de cette façon et le public français semble apprécier en chantant les morceaux et en lançant mêmes quelques petits mouvements de foules.

Masi Hukari, Sonata Arctica, paris, 2019, trabendo


Tony Kakko en maitre de cérémonie connaît son rôle à la perfection et nous livre une petite anecdote avant « Tallulah ». Dans un café à Hämeenlinna où il se rendait, les propriétaires avaient placardé une pancarte « No Tallulah », preuve de l’influence un peu trop grande de la chanson sur le peuple Finlandais éméché. Les grands classiques comme « Fullmoon », « Flag in the Ground » ou « Black Sheep » ne sont pas oubliés, les Parisiens donnant de la voix face à un groupe ravi. En revanche, on ne comprend toujours pas l’entêtement des Finlandais sur certains titres moyens mais constamment dans la setlist comme « I Have A Right » ou « The Wolves Die Young » qui est même placé en clôture du concert sans intéresser personne.

Tony Kakko, Paris, Trabendo, 2019


Pour le rappel, Elias et Tony reviennent seuls pour interpréter « Victoria’s Secret », pas le meilleur titre en acoustique. De manière générale, le format 100% acoustique n’aura pas séduit entièrement, il faut dire que ce n’est pas vraiment l’idéal pour un concert de Sonata Arctica (même eux s’en sont rendus compte en laissant souvent transparaitre l’électrique pendant le set). Un concert 50/50 aurait sûrement été plus adapté mais ne boudons pas notre plaisir. Le retour de certains titres après des années d’absence aura fait plaisir à pas mal de fans, malgré l’absence de la traditionnelle fin de concert sur « Vodka » (!)

Pasi Kaupinen, Sonata Arctica, 2019, Trabendo, Paris

Setlist:
Life
Only the Broken Hearts (Make You Beautiful)
Half a Marathon Man
The Rest of the Sun Belongs to Me
As If the World Wasn’t Ending
FullMoon
Letter to Dana
Alone in Heaven
On the Faultline (Closure to an Animal)
Wolf & Raven
I Have a Right
Black Sheep
Among the Shooting Stars
Tallulah
Paid in Full
Flag in the Ground

Victoria’s Secret
The Wolves Die Young

Photos : Clara Griot 2019
Toute reproduction interdite sans autorisation.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements