Suffocation (+Belphegor +God Dethroned + Nordjevel + DarkRise) au Glazart (14.04.19)

Garmonbozia nous a organisé au Glazart une soirée bien portée sur le black et le death metal en ce dimanche 14 avril 2019. L’affiche présentait cinq groupes dont le fameux combo Suffocation. Retour sur une soirée bien brutale.

 

DarkRise

darkrise, glazart, suffocation, death metal, 2019


DarkRise entre sur scène aux alentours de 18h15 et il a beau être dimanche, cela reste tout de même tôt pour le public parisien qui ne se montre que moyennement présent au début du set des Suisses. Et oui pour ceux qui ne le savent pas DarkRise est un groupe tout droit venu de Suisse. Néanmoins, on n’oublie pas que l’affiche comporte cinq groupes et il paraît donc normal que le concert commence à cette heure. Le groupe débute son set sur « And Then To Kill Myself » et les signes mimés par le chanteur nous plongent directement dans le thème de la chanson. La scène du Glazart paraît presque trop petite pour le quintette bien à fond et très fier de nous présenter son sixième album Circles of Failure notamment avec la chanson « Papierkram ».

darkrise, death metal, glazart, suffocation
darkrise, death metal, glazart, suffocation

La salle se remplit et le public se réveille au plus grand plaisir des Suisses. La luminosité et la fumée épaisse qui se dégagent dans la salle maintiennent cette ambiance spéciale mais Thibaud (chanteur) est très proche du public et nous invite même à venir les voir au merch. Le groupe nous offre de très bons passages mélodiques notamment sur « Être Ou Ne Paraître » avant de quitter la scène pour laisser place à Nordjevel.

darkrise, glazart, death metal, suffocation

Setlist :
And Then To Kill Myself
Fire
Papierkram
Lobotomized
Liar Liar
Old Assholes
Être Ou Ne Paraître
 

Nordjevel
 

nordjevel, black metal, norvège, glazart, suffocation

Nordjevel amène sur scène une ambiance totalement différente : corpse paint, bracelet de piques, bougies sur scène, on a le droit à une esthétique et un attirail typique du « trve black metal » et tout droit sorti de Norvège. Pour appuyer encore plus cette esthétique, Doedsadmiral (chanteur) débute son set en buvant du faux sang dans une coupe. Aucun doute, avec Nordjevel on passe bien d’un death metal à un black metal norvégien. Chaque membre du groupe transperce le public avec son regard et durant « Into Ever Deeper Depths » la guitare est bien mise en avant.

nordjevel, black metal, norvège, suffocation, glazart

Les Norvégiens créent une véritable ambiance de messe noire notamment durant « Amen Whores » qui vient s’amplifier avec l’épaisse fumée également présente pour le combo. Pour les plus pointilleux et proches du chanteur, on a l’impression de ne voir que les blancs de ses yeux tellement il est à fond durant le show. Il n’hésite pas à jouer avec son micro et à boire encore une fois du faux sang durant « Apokalupsis Eschations ». Avant de partir, il fait appel au public qui lui répond vivement et une chose est sure le Glazart est bien réveillé.

nordjevel, black metal, glazart, norvège, suffocation

Setlist:
Sunset Glow
Into Ever Deeper Depths
Amen Whores
Apokalupsis Eschations
 

God Dethroned

god dethroned, blackened death metal, death metal, glazart, suffocation

Le concert a beau avoir commencé quinze minutes plus tôt, cela n’empêche pas God Dethroned d’arriver légèrement en avance sur scène. Les Néerlandais débutent leur show avec « Serpent King » qui bénéficie d’un refrain avec des chœurs. L’intro à la guitare et le long solo du milieu de « The Execution Protocol » sont carrément magnifiques et rappellent le côté mélodique de God Dethroned. Ce qui est dommage et commun à chaque set, c’est que les batteurs sont presque invisibles, on se dit qu’on a au moins la chance de bien les entendre.

god dethroned, glazart, death metal, blackned death metal, suffocation

« No Man’s Land » fait débuter les pogos dans la fosse, le rythme du batteur (et même de la guitare) est rapide et carrément excitant. D’ailleurs, le chanteur guitariste n’hésite pas à dire que le public français lui a manqué.

god dethroned, blackened death metal, death metal, glazart, suffocation

La luminosité n’est décidément pas la meilleure ce soir-là, car même en tant que spectateur on peine à bien observer la scène, on profite tout de même d’un son très correct, c’est déjà ça. Et comme si ce n’était toujours pas fini, le combo vient nous frapper une seconde fois de mélodies avec le solo de « Poison Fog ». Le groupe est décidément bien accueilli par la fosse et paraît le bienvenu sur cette affiche du dimanche 14 avril. Le set se clôture en beauté avec « Nihilism » où les pogos (et même du slam) reprennent.

god dethroned, glazart, suffocation, death metal, blackned death metal

Setlist :
Serpent King
Villa Vampiria
The Execution Protocol
No Man’s Land
White Army
Poison Fog
Storm of Steel
Nihilism
 

Belphegor

belphegor, black metal, suffocation, glazart

Nordjevel nous ayant offert une mise en bouche auparavant, nous voilà de retour dans un monde sombre et propre au black metal avec l’arrivée de Belphegor sur scène. On peut observer deux crânes de cerfs de part et d’autre de la scène avec un micro entouré de faux serpents et de l’encens diffusé dans la salle.

glazart, belphegor, black metal, suffocation

Dès le début du set, le bassiste brandit avec fierté sa basse, le jeu du batteur est incroyablement précis et rapide et le growl du chanteur impressionnant. On a l’impression de vivre une messe noire et la rapidité du groupe est infaillible et ce dans tous les domaines. Helmuth n’hésite pas à continuer de jouer certains passages genoux au sol.

belphegor, glazart, black metal, suffocation
belphegor, black metal, glazart, paris, suffocation

Les deux membres officiels du groupe (Helmuth et Serpenth) sont très proches du public et jouent régulièrement à deux centimètres de certains visages du public. Les chœurs durant « Apophis – Black Dragon » amplifient l’ambiance de messe noire, son tempo et quelque peu plus lent que les autres morceaux du groupe mais le résultat est tout autant violent.

La fosse est bien agitée et certains fans headbang presque à s’en casser la nuque. Le show black death de Belphegor est incroyablement bon et l’instrumentale puissante notamment durant la fin de « Lucifer Incestus ».

Même si le set du groupe est long, on en redemande tellement les Autrichiens sont pointilleux. Ils finissent leur show avec « Baphomet » et « Gasmak Terror » avant de laisser place à Suffocation.

belphegor, glazart, paris, black metal, suffocation

Setlist :
Sanctus Diaboli Confidimus
Totenkult – Exegis of Deterioration
The Devil’s Son
Swinefever – Regent Of Pigs
Belphegor – Hell’s Ambassador
Conjuring the Dead  / Pactum In Aeternum
Stigma Diabolicum
Apophis – Black Dragon
Virtus Asinaria
Lucifer Incestus
Baphomet
Gasmak Terror
 

Suffocation

suffocation, ricky myers, brutal death metal, paris, glazart

C’est maintenant au tour de Suffocation d’envahir le Glazart avec leur brutal death metal accompagné par le chanteur Ricky Myers (remplaçant de Frank Mullen sur les tournées, ce dernier ayant par ailleurs décidé de prendre sa retraite et de quitter le groupe). Le décor est simple mais la présence du groupe est énorme. Ricky Myers est prêt dès « Thrones of Blood » à envoyer du lourd et on a également le droit au solo du titre et en début de set, ça fait plaisir.

Ricky est tellement à fond qu’il va jusqu’à se frapper la tête et demande des circle pit qui sont automatiquement réalisés par la fosse. Avec « Effigy of The Forgotten » on assiste presque à un show de grindcore tellement la frontière est fine. Le public monte même sur scène et les slams reprennent de plus belle.

suffocation, ricky myers, glazart, paris, brutal death metal
suffocation, ricky myers, brutal death metal, paris, glazart

Tout au long de la soirée (et même d’autres concerts) on retrouve des membres du public qui adorent hurler « oui, oui », sauf que là Ricky le remarque et s’en amuse en les répétant également. Suffocation nous offre de vieux morceaux de sa discographie, mais le groupe défend aussi son dernier album en date, …Of The Dark Light avec des titres comme  » Clarity Through Deprivation » dont le rythme est juste énorme et bon.

suffocation, brutal death metal, paris, glazart

On a maintenant le droit d’entendre « Catatonia » et elle nous est présentée comme « la toute première chanson que Suffocation ait écrite », et au fur et à mesure du set on se dit que le combo (et même la fosse) est infatigable. La chaleur quant à elle est à son paroxysme mais personne n’en semble gêné.

suffocation, paris, glazart, brutal death metal

Cette longue soirée se finit avec « Infecting the Crypts » et on peut être content d’avoir profité d’une affiche plutôt énorme offerte par Garmonbozia. Chaque groupe a su retourner la salle du Glazart.

suffocation, ricky myers, brutal death metal, paris, glazart

Setlist :
Thrones of Blood
Jesus Wept
Funeral Inception
Cataclysmic Purification
Clarity Through Deprivation
Surgery of Impalement
Effigy of The Forgotten
Breeding the Spawn
Pierced From Within
Liege of Inveracity
Catatonia
Infecting the Crypts

Photos : Justine Cadet
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements