Employed To Serve (+ Except One) à  La Boule Noire (26.04.2019)

Entre des dates en première partie de Norma Jean en Allemagne, une participation au Groezrock et des dates à venir célébrant la sortie de Eternal Forward Motion, Employed To Serve fait un arrêt par Paris et la Boule Noire pour nous en mettre plein les écoutilles. Accompagné des Franciliens de Except One, c’est devant un parterre clairsemé que le groupe va quand même se donner à fond et nous prouver qu’il faudra compter sur lui dans les années à venir.

EXCEPT ONE

Bon choix de la part d’Alias Production d’avoir mis en première partie Except One car le combo a ramené du monde ce soir au vu du nombre de tee-shirts présents dans la salle. Nous sommes quarante à tout casser dont une bonne trentaine venus spécialement pour les locaux de l’étape et la Boule Noire paraît vraiment très vide dans cet environnement.

Le combo fait son entrée et nous met directement dans l’ambiance des trente prochaines minutes avec son death mélodique qui lorgne allégrement vers le metalcore (et en même temps, y a t-il beaucoup de différences entre les deux styles ?) rentre-dedans et ultra agressif. Avec la sortie à la fin de l’année de son premier opus, Fallen, Except One est bien décidé à le défendre becs et ongles devant le public parisien. 

La rage d’Estelle au chant est palpable d’autant que sa voix est maîtrisée de bout en bout. Chapeau bas car c’est très rare dans le milieu. Le groupe maîtrise son sujet et on est face à une musique bien construite mais qui manque malheureusement de moment « coup de poing » qui reste en tête. A part le refrain de « Break The Wall », il est difficile de retenir des moments marquants dans la musique des Franciliens. C’est un petit peu ce qui est souvent reproché aux formations françaises dans le metal moderne, les musiciens savent très bien jouer de leur instrument mais cela manque souvent d’émotions.

Hormis ce petit point de détail très personnel, on ne pourra que féliciter le groupe pour cette prestation carrée sur tous les plans et on espère que le groupe saura nous surprendre dans l’avenir.

 


EMPLOYED TO SERVE
 

Le nombre de personnes présentes ce soir en majorité pour la tête d’affiche pourrait presque se compter sur les doigts de nos deux mains, pourtant le groupe n’en aura au final que faire et se donnera à fond le temps de sa prestation. Emmené depuis 2012 par le duo Justine Jones (chant) – Sammy Urwin (guitare) dans la musique comme à la vie, le combo sort son troisième opus le 10 mai et va donc en distiller des morceaux tout au long de la soirée, à commencer par le premier titre du concert, « Force Fed », premier single de Eternal Forward Motion.
 

employed to serve, eternal forward motion, spinefarm records, live, paris, alias production, 2019


Hormis le batteur, les quatre musiciens sur le devant de la scène portent tous un coupe-vent avec le logo sur le torse et la pochette de l’album dans le dos. On n’ose pas imaginer la chaleur sous cet accoutrement, peut-être un moyen de ne pas culpabiliser d’éviter la salle de sport en tournée !

Si elle en impose par son coffre, Justine Jones est assez calme sur scène et ne prend au final que peu de place même lors des moments où elle ne nous hurle pas dans les esgourdes. Ses compères en revanche s’en donnent à cœur joie, mention spéciale à Richard Jacobs (guitare) qui hurle les paroles à pleins poumons de son côté de la scène ! Il se dégage un côté malsain de la musique des Britanniques et en même temps l’attitude des musiciens respire pleinement la confiance.
 

employed to serve, eternal forward motion, spinefarm records, live, paris, alias production, 2019


En mélangeant les titres des deux premiers opus, surtout de l’excellent The Warmth Of A Dying Sun, avec ceux de son prochain petit bébé, Employed To Serve arrive à créer un mix intéressant qui démontre la progression opérée par le groupe. En dehors de « Force Fed », le public a aussi le droit à « Harsh Truth » et d’autres titres pas encore sortis comme « Eternal Forward Motion » et son refrain crié qui reste en tête après trente seconde ou encore « Owed Zero ».

Sammy Urwin tente bien d’amener le public à se rapprocher au maximum de la scène mais c’est peine perdue pour ce soir. Peu importe au final car le spectacle proposé sur scène fait oublier totalement que moins d’une dizaine sont en train de bouger et chanter à haute voix les paroles. Employed To Serve est un groupe aussi excitant en studio qu’en live et ce n’est que le début avec la sortie à venir de ce troisième opus. 
 

employed to serve, eternal forward motion, spinefarm records, live, paris, alias production, 2019


Après une petite heure il est temps pour le groupe de se retirer, de tout ranger et de se diriger vers la Belgique pour le Groezrock. De notre côté on attend avec impatience la sortie de l’album ainsi que la prestation du groupe au Hellfest !

Crédits photos : Sam Lees Photographer



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements