Phil Anselmo & The Illegals au Hellfest 2019

Dimanche 23 juin - Valley - 19:40

Phil Anselmo & The Illegals

Puissance et setlist de rêve.

Avec la malheureuse annulation de The Obsessed, Phil Anselmo reprend le créneau de 19h40 sous la Valley. Un changement qui arrange beaucoup de monde, le concert de Phil Anselmo & The Illegals n’étant alors plus en conflit avec le show de Tool en fin de soirée. Vingt minutes avant le début du concert, le frontman tant attendu vient en toute simplicité déposer son sac sous les applaudissements des festivaliers déjà assis sous la Valley. L’ambiance promet déjà d’être brûlante.

phil anselmo, hellfest

Le show démarre de façon assez surprenante, tout en douceur, avec « The Better ». Avec sa voix rauque, Phil demande aux festivaliers de taper dans leurs mains. Cette introduction n’était que le calme avant la tempête. La formation menée par Phil Anselmo enchaîne sans aucune transition avec « Little Fucking Heroes », puis  « Bedridden ». Le frontman dégaine enfin sa grosse voix. Le public quant à lui n’attendait que ça : que la fête commence.

On peut penser ce qu’on veut du personnage qu’est Phil Anselmo : ce soir, il met tout le monde d’accord. Imposant, avec un certain charisme, ce dernier n’a pas beaucoup de mal à emmener avec lui un public déjà conquis. Il demande alors au public de lui donner de l’énergie, les festivaliers ne se font pas prier. Les premiers slams arrivent avec « Choosing Mental Illness ».

Phil Anselmo nous propose ensuite un petit laïus, ce dernier est un nouvel homme, différent de la personne qu’il était quelques années auparavant. Au revoir l’alcoolisme, et re-bonjour Phil et les prestations à la hauteur de sa réputation.

phil anselmo, hellfest, 2019

Est-ce qu’il ne serait pas l’heure de commencer avec les morceaux de Pantera ?Et bien si. « Mouth for War » est envoyé avec un son massif, l’ambiance est déjà survoltée, et personne ne pourrait demander mieux. Tout le monde hurle les paroles avec Phil Anselmo, qui semble lui-même amusé du spectacle qui s’offre à lui.

À la guitare, on peut dire que Mike Deleon fait le travail, avec, en plus, une grosse énergie débordante tout au long du show. Ce dernier adopte par ailleurs un look semblable au regretté Dimebag Darrell.

hellfest, valley, phil anselmo

« Yesterday Don’t Mean Shit », le refrain est scandé en choeurs par le public, et l’ambiance n’est pas prête de faiblir. Mais d’ailleurs, est-ce qu’il ne serait pas encore l’heure de jouer du Pantera ? “Fucking Hostile”, “I’m Broken”, tout le monde est évidemment super enthousiaste devant ce set rêvé. Rappelons que le triste anniversaire de la mort de Vinnie Paul tombait la veille de ce concert. Phil Anselmo a d’ailleurs reçu directement sur un drapeau un hommage à Vinnie et Dimebag. Il déclare alors le ramener avec lui à la maison.

Très attendu, “Walk” est envoyé sans concession aucune, avant de terminer ce set de folie avec “A New Level”. Le groupe s’arrête et Phil précise que tout le monde doit y mettre du sien pour finir ce set, avant de recommencer et définitivement clore ce show bien riche en émotion.

Setlist:
The Better
Little Fucking Heroes
Choosing Mental Illness
Mouth for War
Becoming
Yesterday Don't Mean Shit
Fucking Hostile
Hellbound
I'm Broken
Walk
A New Level

Crédit photos: Lukas Guidet
Utilisation interdite sans accord du photographe.

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements