Etrange – Etrange

Depuis la sortie de Soundtrack de Parallaxe en 2007, le metal progressif instrumental semblait moribond en France. Contre toute attente, la sonde E.T.R.A.N.G.E, OVNI prog débarquant de nulle part, s’apprête à atterrir pour redonner un bon coup de fouet au genre. Et autant vous dire que la surprise est de taille tant cet album est d’une richesse incroyable de la première à la dernière note.

Derrière cet Etrange (!) projet se cachent deux musiciens, Velhon (claviers) et Deadale (guitare/basse). Le duo revendique des influences diverses, allant de Symphony X à Emperor en passant par la musique orchestrale. Sur le papier, cela aurait pu sonner fourre-tout et pourtant chaque note jouée sur ce disque a sa place.

Débutant à la manière du  » The Odyssey » de Symphony X, « Exile » se rapproche vite d’un metal prog puissant à la manière d’Ayreon ou Star One, avant l’apparition de parties de cor et de trompette. Cette ouverture particulièrement folle n’est pourtant qu’une des facette du projet. Tour à tour, on passe par des sonorités presque jazzy (« Reloader »), baroques (le passage inspiré par J.-S. Bach à 4:00 sur « Titan »), orientalisantes (le pont de clavier à la Opeth sur « Nebula ») voire atmosphérique (à travers le sublime interlude « Gateway »).

« Exoplanet », le titre final synthétise tout ce que le duo nous propose sur l’album. Introduction orchestrale, rythmes groovy, parties de trompettes, solo de guitare épuré (4:05), unisson endiablé, rien de nous est épargné. La où les guitares sont parfois agressives, elles sont contrebalancées par les notes de piano (le thème à 0:47 sur « Astralis ») ou les lead de synthé (« Exile » à 8:00). Les deux musiciens se complètent à merveille et savent rendre l’ensemble cohérent malgré une large diversité de thèmes et d’influences.

E.T.R.A.N.G.E a été conçu comme un album concept. Nous pourrions presque y voir une B.O de film. Chaque titre est écrit pour faire voyager l’auditeur dans l’univers du duo. Et si l’absence de chant pourrait en rebuter certains, les titres sont suffisamment bien travaillés pour que la mélodie domine à chaque instant. De même, il est agréable de voir que l’album fourmille de détails, à commencer par le mot E.T.R.A.N.G.E formé par la première lettre de chaque composition dans la tracklist. L’artwork créé par Stan Decker participe lui aussi à l’univers SF du projet et n’est rien d’autre que la cerise sur le gâteau.

Les compositions sont certes denses lors des premières écoutes, mais la production et le mix, particulièrement clairs pour un premier opus rendent le tout très accessible. Loin de la complexité et de la difficulté d’approche d’Exivious ou Animals as Leaders, ce projet reste attaché à l’émotion avant-tout. Si la batterie est programmée, difficile de le remarquer tant celle-ci sonne presque de façon naturelle et organique (ce qui est particulièrement vrai sur les parties subtiles de « Reloader »). De même, la basse sur « Exoplanet » (à 2:30) est claquante, groovy et d’une subtilité qu’on n’a plus entendue dans le genre depuis fort longtemps (peut-être depuis Parallaxe, justement, que nous avons mentionné en introduction).

Difficile de déceler un point négatif sur cet album, qui pour un premier opus est surprenant de maturité, d’inventivité et surtout qui ne tombe jamais dans la surenchère technique et dans la musique pour musicien. Avec E.T.R.A.N.G.E, préparez vous à partir aux confins de la galaxie, vous ne serez pas déçus du voyage !

Tracklist :

Exile
Titan
Reloader
Astralis
Nebula
Gateway
Exoplanet

Note : 9,5/10
Sortie prévue le 1er septembre 2019

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements