Queensrÿche + MirrorPlain à  Petit Bain le 04.08.19

Du heavy, du power, du progressif, Queensrÿche a exploré toutes sortes de metal en presque trente ans de carrière et vingt millions d’albums vendus. Cet été, le groupe américain iconique s’est lancé dans une tournée européenne, avec un passage plus que bondé à Petit Bain.

MirrorPlain

La première partie est loin d’avoir attaqué que la cale de Petit Bain sent déjà l’excitation et la sueur. Queensrÿche a marqué plusieurs générations de metalleux, le voir dans un cadre aussi intimiste que la salle de concert flottante – contraste étrange  avec le Wacken où le groupe s’est produit quelques jours plus tard – est un événement pour beaucoup, d’autant que le groupe ne s’est plus produit à Paris depuis quinze ans, mais il faut reconnaître que la moyenne d’âge est relativement élevée dans la fosse.


queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Trois quarts d’heure après l’ouverture des portes, un homme monte sur scène et empoigne une basse, puis semble ne pas savoir qu’en faire. Moment de flottement étrange, plusieurs dizaines de secondes se passent avant que le bassiste de MirrorPlain, Sascha Drendel, ne soit rejoint par ses comparses, qui semblent eux aussi perdus quelques instants avant de démarrer le set pour de bon.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Le sextette allemand est un peu à l’étroit sur la scène de Petit Bain, et pour cause, celle-ci, déjà étroite, doit accueillir deux batteries, les six musiciens se retrouvent donc serrés sur le devant de la scène.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

MirrorPlain est encore un jeune groupe, et même s’il affiche 2011 comme date de création officielle, ses premières sorties de singles datent de 2017, et il n’a pour l’instant que deux albums à son actif. Il joue un heavy metal solide, mâtiné de quelques influences diverses, mais globalement, cela reste très classique. Le groupe commence sur des titres rapides mais va ensuite enchaîner plusieurs ballades et mid tempo. Tous les instruments s’entendent bien, le clavier de Kévin Ax est bien présent mais relativement discret, les guitaristes Jeremy Vollmert et Jan Ackerschott font un travail correct, tout comme le batteur Nikolas « Uli » Hoffmann.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Le chanteur Christian Döring communique beaucoup avec le public, qui réserve aux Allemands un bon accueil, exprimant notamment sa gratitude pour la réception et la possibilité d’effectuer leur première grosse tournée européenne. Vocalement, c’est honnête, mais ce n’est pas non plus renversant, et pour ce genre de metal, il ne sort pas vraiment de l’ordinaire.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

C’est d’ailleurs ce que l’on pourrait reprocher au groupe : tout le monde fait bien son travail, c’est sympathique, on a parfois droit à une intro à la basse pas désagréable, le lead guitare effectue quelques soli plutôt bien fichus, mais ce n’est pas extrêmement mémorable ni original.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Le groupe annonce que ce soir il jouera 45 minutes au lieu de ses 30 habituelles, et qu’il a donc trois morceaux supplémentaires. Et là, surprise, ceux-ci sont un cran au-dessus de ce que la formation a proposé jusqu’alors, avec notamment un titre qui attaque avec des guitares plus saturées et agressives, et un solo de la part du second guitariste.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Si la prestation n’est pas extraordinaire, elle reste décente pour une première partie, et avec seulement deux albums à son actif, MirrorPlain a encore largement de quoi développer son potentiel.

Setlist
No. 1-0-7
Northstar
Judgement Day
Lost in Paradise
Sealed Off
Drown
Unsought
Fortune
Salvation

Queensrÿche

La chaleur et l’odeur de transpiration ont encore monté d’un cran ou deux durant le set, et la majeure partie du public restant campée sur ses positions à la fin de la première partie, l’entracte n’y changera pas grand-chose.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Après une bonne demi-heure de battement, la tête d’affiche fait son apparition et entame le concert sur « Blood of the Levant », issu du dernier album en date Verdict. D’emblée, on est saisi par la fougue de l’ensemble. L’expérience du groupe saute aux yeux et aux oreilles, et si les premiers rangs entendent parfois quelques pains du lead guitariste Michael Wilton, l’ensemble reste maîtrisé et très réussi. Le chanteur Todd La Torre, qui a remplacé Geoff Tate en 2012, est particulièrement impressionnant, tant on a l’impression d’entendre le disque.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Alors, certes, il s’appuie par moments beaucoup sur les chœurs d’Eddie Jackson à la basse et Parker Lundgren à la guitare, et eux-mêmes sont assez souvent soutenus par des backing tracks ; certes, certains effets de voix sépulcraux et saisissants sont plus probablement l’œuvre de la technique que des talents vocaux de La Torre, il n’empêche, sa puissance et ses montée dans les aigus impressionnent. Son chant plus rauque sur certains titres contraste d’ailleurs admirablement avec ses envolées, et ses harmonies avec les choristes sont tout aussi prenantes.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Et les autres musiciens ne sont pas en reste, en dépit de micro-problèmes anecdotiques au regard de la prestation. La section rythmique de Jackson et Casey Grillo tient parfaitement l’ensemble. Les deux guitaristes se partagent le lead et rivalisent de maîtrisent pour les soli, allant parfois jusqu’à en réaliser simultanément, pour un résultat marquant.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Le son est décent, mais inégal à l’arrière et parfois brouillon à l’avant, mais rien qui empêche de saisir l’essentiel de l’œuvre du quintette.

La chaleur ne va pas s’atténuer de la soirée, d’autant que le groupe semble vraiment prêt à se donner ce soir. Le public est bouillant, même si, manque d’espace et / ou âge supérieur à la moyenne oblige, il y aura assez peu de déchainements furieux dans le pit.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Après « Man the Machine », toujours issu du dernier album, le chanteur remercie une première fois le public – il réitèrera en de nombreuses occasions – et explique qu’ils ont un tout nouvel album à présenter.

Mais c’est bien avec un « Walk in the Shadows » d’anthologie que le groupe poursuit la soirée. Le public reprend en chœur ce classique de 1986. Power, heavy ou metal progressif, Queensrÿche sait bien que l’auditoire est venu en grande partie pour entendre ses morceaux les plus mémorables, et Todd La Torre confirme : « Ce soir, nous avons des classiques et de nouvelles choses » et il tient parole. Si The Verdict est représenté par quatre morceaux et que Human Condition, l’avant-dernier effort, a droit à son titre éponyme, les albums précédents des albums 2000, souvent moins appréciés par les fans, sont superbement ignorés. A la place, les Américains préfèrent jouer leur EP éponyme et leurs cinq premiers albums, parus entre 1984 et 1994. On ne saurait le leur reprocher, tant ceux-ci regorgent de pépites.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Que ce soit dans le style très direct du heavy ou du power, ou du progressif avec ses changements de structures complexes et ses morceaux qui s’étirent, dans les passages les plus lents ou les plus agressifs le groupe maîtrise son sujet du début à la fin.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Entretemps, le leader est assez bavard, il présente de nombreux morceaux, discute avec le public, demande qui vient pour la première fois, avant d’expliquer que « ce soir, nous sommes tous une grande famille », et fait même monter une petite fille sur scène, pour tenter de communiquer avec elle, mais en anglais, le résultat n’est pas très probant. « It’s an interesting show for us, déclare-t-il plus tard, I think we are on a boat. A fucking boat ! ». Oui, Petit Bain est un bateau, et visiblement, cela ravit toujours autant les formations étrangères qui y passent. Il continue en expliquant que les petites salles sont toujours intéressantes pour eux, car elles créent une connexion spéciale avec le public.

queensrÿche, petit bain, mirroplain, heavy metal, power, metal progressif, eyes of a stranger, il fait trop chaud dans le bateau

Le public est en effet conquis et acclame vigoureusement, reprenant souvent en chœur les refrains. Vers la fin du set, un premier slam apparait, puis quelques autres, et un mini pogo assez gentil s’installe, pendant que les slammeurs sont rapidement évacués de la scène. Le set principal se finit sur « Eyes of a Stranger », évidemment scandé puis ovationné par la foule, et le groupe revient ensuite pour trois morceaux mémorables, dont une fin sur «  Empire » . On pourrait reprocher au groupe l’absence de « I don’t Believe in Love »  et de quelques autres titres, mais difficile de lui en vouloir face à la qualité de ce qui a été proposé ce soir : la scène est toujours le royaume de Queensrÿche.

Setlist
Blood of the Levant
I Am I
NM 156
Man the Machine
Walk in the Shadows
Condition Hüman
Queen of the Reich
Silent Lucidity
Operation: Mindcrime
Propaganda Fashion
Screaming in Digital
Take Hold of the Flame
Eyes of a Stranger
Anarchy-X

Rappel:
Light-years
Jet City Woman
Empire

Photos : Christophe Cussat-Blanc. Reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements