Cult of Luna au Hellfest 2019

Samedi 22 juin 2019 - Valley - 00h00

Cult of Luna

Aux portes du ciel et de l'enfer

 

En vingt ans d’existence, Cult of Luna s’est hissé progressivement au sommet de la scène post-sludge et post-hardcore. Son univers atmosphérique et hypnotique s’est construit loin de la pression médiatique, à la frontière où l’obscurité rencontre la lumière. Après une pause de deux années, les Suédois reprennent en 2019 le chemin des concerts. Après la tournée des festivals d’été, le groupe repassera par la France cet automne durant sa tournée européenne accompagnant la sortie de son huitième album.

En attendant la parution du prochain album, le groupe a sorti au mois de mai "The Silent Man", un premier single aux influences post-hardcore qui introduit le concert et ouvre la porte vers le voyage astral. La scène est drapée de blanc et ressemble à un trois-mâts si grand qu’il nous invite à monter tous à bord. A l’appel hypnotique d’une guitare ensorcelante, il parait avancer doucement dans l’obscurité, guidé par les rais de lumière blanche laissant apparaître sur la ligne d’horizon la batterie de  Thomas Hedlund, les percussions de  Magnus Líndberg et les claviers de Kristian Karlsson. On retrouve le thème récurrent de la solitude et de l’isolement, le va-et-vient de l’ombre à la lumière. Dans la lutte incessante afin de n’être pas aspiré par le vide existentiel, le cri primal de l’homme silencieux est assourdissant.


L’atmosphère s’épaissit et nous nous enfonçons dans les ténèbres rougeâtres sur "Owlwood" à travers une forêt de mains levées. La voix de Johannes Persson semble être le dernier vestige de toute trace de vie dans un monde vide et froid qui le menace d’anéantissement. Cult of Luna nous dépeint l’infiniment grand dans ce qu’il a d’inhumain et de dangereux pour les êtres programmés que nous sommes. En créant une onde de choc dans les strates profondes de l’inconscient collectif, il déclenche la sublimation au sens propre de la sourde violence en transformant avec finesse l’agonie de l’indicible en beauté pure. Le spectateur est embarqué sans résistance possible, effaré de se voir dédoublé en poussière astrale. Ce n’est ni plus ni moins qu’une démarche scientifique, sous-tendue par la quête du sens, qui quand elle aboutit, conduit à l’état de grâce.

Johannes Persson bat le rappel pour un départ immédiat pendant que Thomas Hedlund tient sous son contrôle la mécanique bien huilée de "Finland". Dans ce pèlerinage douloureux, la lourdeur mélancolique cède peu à peu.  L’on a déjà des frissons quand la sensation d’apesanteur envahit la Valley, la gorge se noue à mesure que l’on progresse lentement vers la source de lumière. Il n’est pas ici question de lâcher-prise ou d’adhésion. On est emporté dans l’état par le talent hors normes, la sincérité confondante de Cult of Luna. C’est au-delà des mots d’une beauté et d’une justesse à couper le souffle. Les remparts émotionnels cèdent avec fracas et l’on se retrouve assis par terre, la tête dans les mains, avec le sentiment incompréhensible d’être à la fois dévasté et apaisé. Cette émotion-là est beaucoup trop forte et provoque des soubresauts à sa seule évocation.

Le rendu des trois guitares sur "Ghost Trail" est parfait d'harmonie, le son est d’ailleurs globalement bon depuis le début. Tout est à la fois savamment progressif et puissant comme la batterie de Hedlund tout en finesse. Le discret chef d’orchestre magnifie le superbe solo de guitare et cette partition à la fois mélodique et dissonante est une brillante leçon de musique. On ne peut pas faire autrement que de craquer parce que cette musique-là est écrite avec la plume de l’âme. C’est une séance de thérapie à conseiller à toute personne aux prises avec ses blocages car ici il est impossible de rester simplement spectateur, de s’auto-manipuler. Cult of Luna ne vous laisse pas le choix et vous emmène inéluctablement faire l’expérience sensorielle de la vie.

Un second titre du prochain album, "Nightwalkers" est dévoilé semble-t-il pour la première fois ce soir. La voix hurlée est monstrueuse, pleine et puissante, et à la fois planante. Le public revient à lui sur une musique lancinante et monotone et peine à reprendre contact avec la terre ferme de la Valley toujours emplie de monde.

Les notes dissonantes de "Disharmonia" résonnent, le temps de rebrousser chemin vers l’extérieur et rejoindre la foule installée devant l’écran géant pour le dernier titre, "In Awe Of". Une heure de concert, cela passe très vite, en particulier quand chaque morceau dure plus de dix minutes. Mais dans ce temps raccourci, trop d’émotions fortes ont cédé la place à un grand calme intérieur. Il semble que tout soit en harmonie à cet instant, des lumières lointaines du Hellfest au public recueilli. La soirée se termine avec le sentiment de plénitude d’avoir vécu une journée pleine de sens. Le cœur apaisé, il est temps d’aller dormir.

Setlist :
The Silent Man
Owlwood
Finland
Ghost Trail
Nightwalkers
(Disharmonia)
In Awe Of

Photos : © Lukas Guidet 2019
Toute reproduction interdite sans l’accord de la photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements