Clutch au Hellfest 2019

Dimanche 23 juin 2019 - 16:00 - Mainstage 1

Clutch

Canicule et groove imparable

La chaleur est à son plus haut en ce dimanche 23 juin. Il est 16h00, le soleil frappe le Hellfest comme jamais il ne l'a fait en trois jours. Et pourtant, ça ne va pas empêcher Clutch de nous faire danser et suer avec leur stoner rock au groove imparable.

Quand bien même on est étonné de ne pas voir le groupe sous la Valley, on comprend vite qu'il était impossible pour Clutch d'y jouer cette année. C'est devant une véritable marée humaine que les Américains vont démarrer pied au plancher avec "Ghoul Wrangler". Premier extrait du jour tiré de Book Of Bad Decisions, leur dernier album, on se retrouve en pleine autoroute sudiste. Le set est court, taille dans le gras, et va à l'essentiel. Basé sur des morceaux à tempo rapide, que l'on connaisse le quatuor ou pas, on ne peut qu'être pris dans les mailles de ce filet sentant bon la friture et le barbecue.

La basse de Dan Maines est bien mise en avant dans le mix et résonne d'un son au groove imparable dans tout l'extérieur du Hellfest. Les riffs de Tim Sult font mouche à chaque fois, tandis que la batterie de Jean-Paul Gaster, simple à première vue, envoie une véritable dose de swing aux festivaliers présents. Le travail sur les cymbales notamment, donne une irrémédiable envie de danser et c'est un mouvement continu qui prend possession de la fosse.

Qu'importe que le groupe ne se focalise uniquement que sur les albums post 2010, avec en priorité le dernier et Psychic Warfare, le résultat est parfait. Comment résister, sous ce soleil sentant bon le sud des États-Unis, aux refrains ultras fédérateurs de "The Mob Goes Wild", d'"Electric Worry" ou de "Noble Savage" ? Les tempos sont rapides, les riffs marquent les visages fatigués d'une poussière au doux fumet de barbecue tandis que la voix rauque de Neil Fallon renvoie aux pères du rock sudiste, les ZZ Top en tête.

Le chanteur communique peu avec le public mais quand il le fait, semble à chaque fois se mettre les fans dans la poche au fur et à mesure du concert. Sa voix est partie intégrante du show, et, disons le clairement, l'un des atouts de Clutch. Profonde, éreinté mais extrêmement puissante, elle sent bon le cliché de l'artiste américain rincé aux clopes et au whisky. Sourire ne quittant jamais son visage, il peut tant chanter dans un groupe de heavy que de rock sudiste tant sa voix chaude et écorchée est une déclaration d'amour au blues.

L'ambiance est harassante dans la fosse, où le pit forme des pogos de plus en plus fort au fur et à mesure du show, tandis que la sécu, quand elle n'est pas occupée à récupérer les paquets humains livrés du public (on appelle ça un slam apparemment), balance des trombes d'eau aux premiers rangs.

Malgré nos appréhensions, Clutch a donc exécuté un set parfait en quittant sa Valley habituelle. Un set sentant bon le bitume, l'air chaud et moite se prêtant au rock funky et groovy des Américains. Prêt de trente ans après sa création, Clutch en a encore dans le ventre et prouve que, quelque soit l'endroit, quelque soit les conditions, le concert fourni sera mémorable.

Setlist :
Ghoul Wrangler
H.B. Is in Control
The Mob Goes Wild
Vision Quest
Gimme the Keys
Noble Savage
The Face
Evil (Cactus cover)
A Quick Death in Texas
Electric Worry
X-Ray Visions
Firebirds!

Crédit Photo : Valentin Laurent
Toute reproduction interdite sans autorisation.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements