Jinjer – Macro

Difficile de passer à côté du phénomène Jinjer depuis maintenant trois ans. Suite à la sortie de King Of Everything en 2016, le groupe est en pleine ascension. Enchainant les festivals et les concerts, et placée toujours plus haut sur les affiches, la formation avait profité de son EP Micro paru fin 2018 pour montrer son évolution. Sûrs de leurs forces, les Ukrainiens étaient apparus sous un nouveau jour, toujours efficace mais plus contemplatif, qui ne demandait qu’à exploser avec un album. Ça tombe bien, celui-ci, intitulé Macro, est là pour enfoncer les barrières à coup de riffs.

Et de barrières détruites, il en est question dès que l’on cherche dans quelle catégorie ranger Jinjer. Il faut dire que le quatuor ne se prive pas de faire de sa musique un puissant melting-pot. Ainsi, au détour des différents morceaux, voire au sein d’une même composition, les styles s’enchainent dans un déluge de décibels.


Si on devait essayer de les classer, les Ukrainiens jouent un metal moderne, avec énormément de tonalités se rattachant au djent. Le son est écrasant, la basse ressort à chaque note tandis que la batterie dicte un tempo tantôt frénétique, tantôt d’une imposante lourdeur. Les amateurs de polyrythmies seront alors ravis, tout comme les aficionados de groove metal tant les divers morceaux sont efficaces et destinés à exister sur scène.

Néanmoins, à l’inverse des précédents disques, Jinjer a appris à laisser respirer ses créations en les étirant. Pas d’astuce vouée à rallonger les compositions ici, mais au contraire une volonté de leur donner un impact d’autant plus fort. Avec des titres parfois contemplatifs, parfois progressifs, Jinjer a, depuis Micro, parfaitement intégré cette nouvelle facette à son jeu. Le pont d’ »On The Top » et sa montée crescendo vers le dernier refrain ou encore l’interlude en plein cœur de « Pausing Death » prouvent qu’il ne s’agit non pas d’une facilité, mais au contraire la résultante d’un véritable travail d’écriture.
 


Il faut dire qu’à ce titre, les instrumentistes sont impressionnants. Bien que proposant une musique efficace et immédiate, Jinjer se repose sur une qualité bien loin d’être désinvolte. Chaque changement de tempo ou accélération s’enchaîne parfaitement. Que ce soit les rythmiques reggae de l’ahurissant « Judgement (& Punishment) », la double pédale quasi death de « Pit of Consciousness » ou certains phrasés aux frontières du hip-hop de Tatiana Shmaylyuk, on ne peut qu’être béat devant la simplicité avec laquelle Jinjer mixe les styles.

De plus, pour la première fois, la production est à la hauteur du talent des musiciens. Jamais la basse d’Eugene Abdiukhanov n’a aussi bien sonné, comme sur « Pausing Death » et sa double ligne de basse sur le pont. Celle-ci permet en plus de se délecter du jeu de Vladislav Ulasevich, formant une base rythmique destructrice pour les nuques. Quant aux riffs de Roman Ibramkhalilov, ceux-ci sont autant intéressants techniquement qu’immédiatement mémorisables, si bien que les quarante et une minutes de l’album passent sans temps mort ni remplissage.
 


Et puis, bien sûr, il y a Tatiana Shmaylyuk. Quand certains ânes (soyons polis) persistent à n’observer le succès des Ukrainiens qu’à travers un prisme sexiste, remettons les pendules à l’heure. Oui, Tatiana Shmaylyuk est une femme. Mais c’est surtout une chanteuse de talent, qui montre sur ce disque une saisissante palette vocale. Celle-ci démontre une aisance impressionnante quel que soit son chant. Capable de growler avec une agressivité que l’on aimerait voir plus souvent, ses vocalises claires sont aussi magnifiques, entre graves et montées aigües risquées, mais toujours justes. Et bizarrement, les meilleurs morceaux de ce Macro sont ceux où elle brasse les styles avec maestria, à savoir « Judgement (& Punishment) » et « The Prophecy », dernière salve de brutalité du disque précédent l’instrumental « LainnereP » qui clôt dans le calme ce disque.

Il ne fait désormais aucun doute que Jinjer est bien plus qu’une sensation et un groupe aussi vite oublié qu’il est devenu connu. Macro est la preuve formelle que la bande propose dorénavant une musique aussi efficace sur disque que sur scène. En mixant avec brio ses influences et en se débarrassant de ses anciennes facilités de composition, Jinjer franchit un nouveau palier. Ce disque est à ce jour son meilleur album et devrait, encore une fois, faire grossir le groupe en popularité. Et c’est tout ce qu’on lui souhaite si c’est pour nous asséner de telles claques. 

Tracklist :

1. On The Top
2. Pit of Consciousness
3. Judgement (& Punishment)
4. Retrospection
5. Pausing Death
6. Noah
7. Home Back
8. The Prophecy
9. lainnereP

Sortie le 25 octobre 2019 chez Napalm Records.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements