The Great Old Ones – Cosmicism

Avec la sortie de EOD : A Tale of Dark Legacy il y a deux ans, les Grands Anciens de The Great Old Ones ont passé un palier supplémentaire dans leur évolution musicale. Avec une reconnaissance amplement méritée, le combo bordelais a écumé les salles et les festivals (s’offrant à l’occasion un troisième passage au Hellfest, pas mal pour un groupe français fêtant tout juste ses dix ans !). Avec  un renouvellement de line-up et un troisième album unanimement salué, la pression était grande sur les épaules des Bordelais. Et pourtant, Cosmicism est une nouvelle plongée dans l’Abîme du Temps, dans un univers à la fois étrange, mélodieux et oppressant.

La courte introduction « Cosmic Depths » ouvre l’album sur des ambiances mystérieuses, typiquement lovecraftiennes, qui se poursuivent sur « The Omnicient », premier vrai titre de l’album. Un démarrage lent et progressif où les Bordelais laissent les thèmes se développer et prendre peu à peu leur envol. Dès les accélérations et l’arrivée des riffs black metal (1:10), la puissance de feu de The Great Old Ones est bel et bien présente. Le chant écorché et presque désespéré de Benjamin Guerry survient avant que les Girondins ne retournent à un interlude mélodique (3:32). Et c’est d’ailleurs ce qui fait la force de The Great Old Ones : le groupe parvient à varier les ambiances et les tempi au sein d’un même titre à travers une belle complémentarité de ses thèmes.

TGOO, Cosmicism, black metal, lovecraft, season of mist

Même sur un titre plus court, tel que « Of Dementia », le combo parvient à proposer un bon équilibre entre la puissance et le désespoir du black metal et la mélancolie des parties plus mélodiques. Au contraire, « Dreams of the Nuclear Chaos », pied au plancher ne laisse que peu de moments de respirations, outre ces chœurs fantomatiques (à 2:47), mais cette pièce est clairement taillée pour le live.

Mais ce sont bien évidement les pièces les plus longues qui forcent le respect. « A Thousand Young » ou « The Omnicient » font complètement voyager l’auditeur dans l’univers lovecraftien cher au groupe. Les thèmes de l’auteur de Providence prennent vie à l’écoute de ces morceaux, où l’angoisse et la grandiloquence sont recréés avec talent. Les trois guitares se complètent, s’entremêlent, poussés par les coups de boutoirs de Léo Isnard (batterie), ou encore le chant et les spoken words de Benjamin Guerry, notamment sur la fin de « Lost Carcosa ». Sur le final de ce titre, les guitares acérées et puissante des trois musiciens laissent la place à des arpèges acoustiques sublimes pour conclure le titre.

Sur Cosmicism, les éléments qui ont fait la force du quintette sont toujours présents, malgré un line-up renouvelé. A ce sujet, notons le son de basse de Benoit Claus (Gorod) particulièrement mis en avant sur l’album (notamment sur l’introduction et le final de « Nyarlathotep ») et qui ajoute une puissance supplémentaire aux trois guitares de Benjamin Guerry, Aurélien Edouard et Alexandre Rouleau. Sur « Nyarlathotep » justement, on imaginerait presque le Grand Ancien marquer le sol de ses pas lourds sur le pont (4:32).

The Great Old Ones, metal, black, lovecraft, Cosmicism,

Alors, certes le combo reste dans la droite lignée de son travail sur les deux précédents opus, ne variant que peu sa recette, mais les Girondins font preuve de toujours plus de maîtrise et d’aisance dans leur façon de composer, bien aidés par la très bonne mise en son de l’incontournable Francis Caste. Ce dernier propose une production froide et angoissante et semble avoir parfaitement saisi l’univers de The Great Old Ones. Il en va de même pour l’artwork réalisé par Jeff Grimal, ex-guitariste du quintette, qui connait le groupe mieux que quiconque et sait en capturer l’essence picturalement parlant.

Cosmicism est dans la droite lignée des oeuvres précédentes de The Great Old Ones. Mais avec une oeuvre toujours plus maîtrisée et cohérente, rien ne semble pouvoir arrêter la progression artistique et la reconnaissance du quintette bordelais. Les Grands Anciens sont en marche.

Tracklist : 

Cosmic Depths
The Omnicient
Of Dementia
Lost Carcosa
A Thousand Young
Dreams of the Nuclear Chaos
Nyarlathotep

Note : 8,5/10
Photographies : © Droits Réservés Season of Mist / The Great Old Ones
Sortie prévue le 25 Octobre chez Season of Mist

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements