Misanthrope – Bâtisseur de Cathédrales : Les Fissures de l’Edifice

En 2018, Misanthrope célébrait son trentième anniversaire, rapidement suivi d'une tournée sillonnant la France, tournée qui devait se poursuivre jusqu'à fin 2019. Comme pour célébrer ces trois décennies consacrées au metal sous toutes ses formes, le quatuor offre à ses fans un nouvel enregistrement, sous la forme d'un EP, intitulé Bâtisseur de Cathédrales : Les Fissures de l'Edifice. Comportant trois reprises, un réenregistrement du titre culte "Bâtisseur de Cathédrales" et deux inédits (dont une version française de "Also the Lotus"), Les Fissures de l'Edifice s'adresse en premier lieu aux fans de Misanthrope mais également à ceux qui souhaite découvrir ce groupe atypique du paysage metallique français.

Premier constat, cette nouvelle offrande de la part de Misanthrope bénéficie d'une illustration de choix, avec cette pochette magnifiquement réalisée par David Thiérré. Et comme nous allons le voir, dans ce cas-ci, le ramage se rapporte également au plumage.

"Bâtisseur de Cathédrales" est probablement le morceau le plus connu de Misanthrope, classique issu de Visionnaire (1997), il est joué à chacune des prestations du quartette. Pourtant, cette version 2020 dépoussière le morceau, d'abord via un accordage plus bas, mais ensuite avec une production et un mixage qui rend justice aux parties de guitares d'Anthony Scemama (non présent sur la version d'origine) et la basse claquante de Jean-Jacques Moréac. On apprécie également de pouvoir redécouvrir "And So the Lotus", rejoué en live sur la tournée des trente ans et exhumé du premier opus de Misanthrope, Variations on Inductives Theories.

De même, "Déconstruction Méthodique de la Terre" s'inscrit dans la veine des titres récents de Misanthrope où les mots acerbes du chanteur côtoient la double pédale de Gaël Féret et les riffs groovy du duo Scemama / Moréac.

Mais c'est du côté des reprises que le groupe de S.A.S de l'Argilière fait fort. Non seulement, le choix des trois reprises étonne car en sélectionnant "Le Fléau de Dieu" (ADX), "Sacrifice" (Motörhead) et "Désenchantée" (Mylène Farmer), Misanthrope fait preuve d'une grande prise de risque. Les quatre musiciens parviennent à s'approprier ces trois titres et à les présenter comme s'il s'agissait de compositions originales. On apprécie notamment l'introduction de "Sacrifice" et son riffing en mesures asymétriques, fidèle à l'originale bien que doublé d'un chant traduit en français, mais également le pont de basse du "Fléau de Dieu" sur lequel on se délecte du son de Jean-Jacques Moréac (probablement l'un des meilleurs bassistes français et totalement sous-estimé). Sur ce titre volontairement ralenti, le chant growlé profond de S.A.S de L'Argilière tranche littéralement avec celui haut perché de Phil Grélaud sur l'original, et apporte une dimension inquiétante à ce classique du heavy metal français (et un peu d'humour avec son final circassien).

Enfin, la cover de "Désenchantée", déjà présente sur un album tribute de la scène metal à la chanteuse de variété et sorti en 2016, est particulièrement réussie. La mélodie de guitare doublée des parties de claviers ainsi que les parties growlées de Philippe Courtois nous rappellent le doom / gothic de Paradise Lost et montrent à quel point l'univers de Misanthrope et celui de la chanteuse rousse ne sont pas tant éloignés que cela. Le tour de force du quatuor, à travers ces trois reprises, c'est de choisir des morceaux peu évidents et rarement repris par un groupe de metal (du côté de Motörhead, on ne compte plus le nombre de reprises de "Ace of Spades" ou encore "Overkill", "Sacrifice" étant bien plus méconnue) et de se les approprier totalement.

Le seul regret concernant cette sortie, c'est sa courte durée, ainsi que le fait que les quatre titres bonus proposées sur l'édition digitale (trois morceaux live et une version anglaise de "Une Cantilène pour Célimène") ne soient pas présents sur l'édition CD. Malgré tout, Bâtisseur de Cathédrales : Les Fissures de L'Edifice est une belle façon pour les fans de Misanthrope de célébrer les désormais 31 ans du groupe français, toujours aventureux plus de trois décennies après sa formation.

Tracklist :
Bâtisseur de Cathédrales 2020
Déconstruction méthodique de la Terre
Sacrifice (Motörhead cover)
Le Fléau de Dieu (ADX cover)
Et Ainsi le Lotus
Désenchantée (Mylène Farmer cover)

Note : 4/5
Déjà disponible chez Holy Records
Photographies : Lionel / Born 666 2018
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements