Grutle Kjellson, chanteur-bassiste du groupe Enslaved

A l’occasion de la sortie du nouvel album RIITIIR ce vendredi 28 septembre 2012, ou plus précisément demain en France, chez Nuclear Blast, le frontman d’Enslaved nous a accordé une entrevue riche en informations.

Voici les détails d’une conversation téléphonique obtenue et retranscrite par notre guerrier black metalleux Born 666 !

Lionel / Born 666 : Bonjour, avant de parler du dernier album RIITIIR, est ce qu’on peut revenir à l’EP Sleeping Gods que l’on pouvait télécharger à l’époque via le site du magazine Scion. Connais-tu le nombre de personnes qui ont téléchargé l’EP ?

Grutle Kjellson (chant, basse) : (rire) Non, je n’en ai aucune idée.

Lionel : Peux-tu nous en parler ?

Grutle : C’était un deal assez sympa. Scion possédait les droits sur les titres pour une durée de 6 mois et ensuite, les droits concernant les titres nous revenaient. D’autant plus qu’on avait rien déboursé en terme d’enregistrement puisque le magazine prenait tout en charge. C’était une excellente expérience, un peu rapide car 2 jours pour signer le contrat et seulement 3 jours d’enregistrement mais excellent… donc en à peine 2 semaines tout était terminé !

Lionel : Est-ce pour vous, comme lors de l’enregistrement de Thorn (EP), l’opportunité de tester auprès de vos fans d’autres styles musicaux ?

Grutle : Non, ce n’est pas pour nous seulement l’opportunité de donner du nouveau matériel à nos fans entre deux albums pendant nos tournées.

 

Enslaved

Lionel : Et les 1000 vinyles de Thorn vous les avez tous vendu ?

Grutle : …non ce n’était pas pour la vente mais seulement des copies promotionnelles.

Lionel : Bon, maintenant Enslaved c’est 20 ans de carrière et un album Tribute cette année…

Grutle : Non 21 (rire)…

Lionel : Désolé… Oui, peux-tu nous parler de cet album (Önd) ?

Grutle : Oui il y a de nombreux groupes qui ont interprété à leur manière de vieux morceaux. Non c’est excellent, il y a même des titres qui sont mieux interprétés que les originaux (rire). Le tribute est excellent.

Lionel : Connais-tu les groupes qui y ont participés à part Krakow car je sais qu’Enslaved a déjà tourné avec eux il y a quelques années ?

Grutle : J’en connais certains, mais ils sont nombreux à ne pas être de Norvège. En revanche ils en ont fait de bonnes versions.

 

Enslaved

Lionel : Et vous, pour quel artiste aimeriez vous participer à un Tribute album ?

Grutle : On l’a déjà fait il y a quelque temps pour Slayer avec « Jesus Saves » et Celtic Frost avec « Procreation (Of The Wicked) ».

Lionel : Ou avez-vous enregistré RIITIIR, seulement à un endroit ou en plusieurs studios différents ?

Grutle : On a enregistré dans 2 studios… la basse, la batterie et la voix et la guitare rythmique dans les studios Duper à Bergen et le reste dans les studios Earshot et les Solslottet et on a mixé le tout en Suède au Fascination Street Studio à Örebro.

Lionel : L’artwork me fait penser à une cérémonie, une prière vers les cieux comme dans l’Ancienne Egypte…

Grutle : L’artwork est un lien entre les paroles et le concept, la recherche primaire des questions de la vie, c’est une sorte de quête spirituelle des premiers hommes dans les anciennes cultures et comme tu le disais dans de nombreuses différentes cultures comme en Egypte, les peuples du Nord…les être humains n’ont pas la même culture mais sont régis par les mêmes instincts. Ils adorent soit un Dieu, le Soleil, la Passion de Dieu ou autre…

Lionel : On ressent de nombreuses influences dans Riitiir.  Parfois les claviers ressemblent à ceux de Deep Purple avec « Veilburner », parfois proche d’un « Astronomy Domine » de Pink Floyd avec « Forsaken »  ou psyché à la Beatles avec « Roots of the Mountain »… comment expliques tu ces influences des années 70 voir même des années 60 ?

Grutle : Oui c’est assez logique. Dans le groupe on est tous fans des groupes des années 70’s, des groupes comme King Crimson, Deep Purple… On aime explorer de nouvelles pistes, découvrir de nouveaux territoires. Donc bien sûr, ce que tu écoutes influences et va coloriser ce que tu vas écrire par la suite. On respecte la musique, donc on peut trouver les inspirations de chacun.

 

Enslaved

Lionel : Sur « Materal » la rythmique est très surprenante pour Enslaved. Avez-vous beaucoup écouté des albums de Kiss ?

Grutle : (rire) personnellement j’écoute les Kiss, mais je ne crois tout de même pas que cela ressemble à un titre des Kiss, mais bon la plupart des membres d’Enslaved aiment les Kiss…

Lionel : Le mot « Riitiir » est une remise en forme des mots « rite » et « rituel ». Ne penses-tu pas que ce mot ne soit seulement important pour les civilisations anciennes mais plus du tout de nos jours ?

Grutle : Je pense que ce soit une chose évidente pour tout les humains de trouver ces influences. Savoir se poser les questions de savoir pourquoi on fait certaines choses et pourquoi on est là. Savoir qui on est et d’où on vient et même si on vit dans un monde de technologie, la spiritualité a toujours son importance. Car si tu ne te connais pas toi même comment tu peux critiquer les autres. On essaye d’inspirer les gens à aller chercher des informations sur leurs anciennes nations, dans leur inconscience…

Lionel : Mais ne penses-tu pas que nous vivons dans un monde où la religion est de plus en plus importante dans notre vie de tous les jours ?

Grutle : Là je trouve que cela n’a rien à voir avec les religions, ce sont des problèmes de droits politiques.

Lionel : Après donc 21 ans de carrière cela parait très facile pour vous d’écrire un morceau ?

Grutle : Je dirai que maintenant c’et plus facile et plus motivant. On est motivé pour relever le challenge afin composer de nouveaux titres pour ce nouvel album. On a les compétences pour composer des titres originaux. C’est noter vie et notre travail et nous sommes de plus en plus heureux de le faire. Et effectivement c’est plus facile aujourd’hui qu’il y a 10 ans.

 

Enslaved

Lionel : Sais-tu si les fans de musique progressive commencent à venir dans l’univers d’Enslaved ?

Grutle : Oui et ça existe depuis un certain temps. De nos jours on a encore d’un côté des fans de Black Metal extrème et de l’autre des fans de Rock Progressif avec de vieux T-Shirt. (Rire), mais effectivement on en a de plus en plus.

Lionel : Enslaved est un groupe de scène. Vous êtes souvent en tournée. Où trouvez-vous votre énergie pour pouvoir monter sur les planches tout les soirs ?

Grutle : On n’est pas sur les routes pour des longues tournées. Ce n’est pas des années entières. Quand on part en tournée on essaye de caller cela sur un mois pour canaliser notre énergie pour donner un bon concert aux fans. Pour nous, être sur scène c’est un grand moment de bonheur de jouer nos morceaux et d’être en connexion avec le  public… C’est du « Pur Rock ‘n Roll Energy ! »

Lionel : Maintenant vous êtes chez Nuclear Blast. Est-ce-que cela a changé beaucoup de choses dans votre vie ?

Grutle : Depuis qu’on fait de la musique et ce depuis notre premier album on a jamais eu autant de promotion, des interviews, plus de merchandising et il en sera de même j’imagine sur la route, plus de public, plus de concert avec des gens très professionnels. Tout est plus important chez Nuclear Blast par rapport à nos expériences passées et nous unissons nos forces afin de faire au mieux.

Lionel : Quels sont les titres de Riitiir que nous allons retrouver sur votre setlist ?

Grutle : (héhé), on doit garder cela secret tu sais. Ce que je peux dire c’est qu’il y aura 3 ou 4 titres de Riitiir que l’on jouera sur scène.

Lionel : Quel est ton titre préféré ?

Grutle : Ça change un peu mais actuellement c’est « Riitiir » le titre éponyme, un morceau direct, compact et agressif…

Lionel : Merci beaucoup Grutle pour cette interview et bonne chance pour Riitiir

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements