Sepultura – Quadra

Le phœnix est un animal fascinant, il enchante, il passionne. Par sa beauté et son immortalité, il tient, dans tous les univers, une place de choix dans le cœur du spectateur, lecteur, joueur ou même auditeur. Pourtant, à la différence du minotaure, du cerbère ou d'autres chimères, il n'impressionne que rarement par sa robustesse ou sa grande force physique. Mais aujourd'hui, la donne a changé. Quadra signe une nouvelle naissance dans l'univers de Sepultura et souffle un ouragan de fraîcheur sur la discographie du groupe. Mieux encore, il sublime un genre que certains croyaient impossible à renouveler, le thrash metal.

 

Il y a trois mois, nombreux étaient ceux qui ramassaient leurs dents suite à la diffusion de « Isolation », premier jet de Quadra, quinzième album de Sepultura. Il faut dire que le bougre avait tout pour lui : Un thrash metal pourvu d'une ambiance lugubre, presque occulte, appuyée par un riff ultra accrocheur cher au genre. Mais ce qui marquait le plus était l'incroyable jeu de batterie d'Eloy Casagrande qui, du haut de ses 28 ans, envoyait une nouvelle mandale.

Finalement, depuis un certain Kairos, on pourrait presque résumer chacune des sorties du combo à son batteur : une constante évolution. Ou plutôt une mutation faisant que chaque production n'est pas forcément meilleure que la précédente mais qu'elle apporte quelque chose de nouveau, de percutant, tout en conservant ses « racines » (huhuhu). Aussi, qu'il est bon en 2020, et depuis toutes ces années, d'aborder le travail de Sepultura sans craintes ni doutes.

C'est donc très sereinement que l'on lance ce Quadra dans son lecteur MP3 et que l’on se reprend la baffe "Isolation", suivie d’une nouvelle golden: “Means to an End”. Si Andreas Kisser n’a plus rien à prouver en termes d’inspiration, le guitariste propose ici un riffs extrêmement catchy donnant au morceau une dimension “groovesque” (Raaaaah si Nation avait pu être comme ça tout du long). Un sentiment de groove appuyé par la rythmique massive Casagrande/Paulo Jr. Ce dernier se montre plutôt discret mais suffisamment percutant pour être souligné.

Mais s’il y en a bien un autre qui se démarque, c’est bien le géant Derrick Green. Si le monstre de scène avait déjà montré de nouvelles performances vocales, particulièrement sur Machine Messiah, il montre ici un bel éventail de ses capacités. “Autem” cristallise chacune de ces facettes : chant posé, growl, scream (on dirait presque du black)... Impressionnant. Les musiciens ne sont, à nouveau, pas en reste, avec quelques parties instrumentales comme celle sur le morceau précédemment cité. Certaines sont à la limite avec quelques passages vraiment beaux sur “Agony of Defeat” (là encore accompagnés d’un Green que l’on ne connaît pas forcément). Une composition sur fond de musique orientale, qui monte, monte, MONTE en puissance pour un final explosif et très, très lourd.

Outre le niveau des membres et l'intelligence de chaque composition, le travail d’orfèvre réalisé en studio donne à cette galette une ampleur phénoménale. L’équilibre entre la batterie et la guitare est des plus justes. On peut évidemment regretter que Paulo Jr soit parfois si en retrait, surtout que le bonhomme offre quelques jolies lignes de basses. Mais dans l’ensemble la qualité de la galette est intouchable et résolument géniale.

sepultura

Quadra est sans contestation possible l’album le plus abouti de Sepultura, regroupant ce que le groupe a pu faire de mieux en termes de thrash, death, groove metal et apportant moults nouveautés qui plairont aux puristes comme aux néophytes. Dans une moindre mesure, il représente une excellente façon de découvrir l’univers si particulier et violent du quartet. Mais la véritable prouesse de Quadra reste de réussir à renouveler la discographie d’une formation ayant passé le cap des 35 ans de carrière sans trahir ses fans. C’est ce que l’on appelle un coup de maître.

La concurrence est prévenue : passer derrière Quadra va être un challenge difficile. Très difficile.

Tracklist:

1. Isolation
2. Means to an End
3. Last Time
4. Capital Enslavement
5. Ali
6. Raging Void
7. Guardians of Earth
8. The Pentagram
9. Autem
10. Quadra
11. Agony of Defeat
12. Fear, Pain, Chaos, Suffering

Disponible depuis le 4 février chez Nuclear Blast

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 10 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements