Avatar – Hunter Gatherer

Deux ans après un excellent Avatar Country entouré d’un univers incroyable, Avatar revient avec un huitième album entièrement enregistré sur des bandes deux pouces. Les membres du groupes vont-ils réussir à passer à autre chose, c’est la question que l’on se pose. Dans ce nouvel opus, le groupe traite de sujets mondiaux en rapport avec la société actuelle : la sauvagerie de la technologie, les injustices, l’indifférence, la barbarie et toutes les aberrations humaines. Hunter Gatherer dévoile donc un Avatar qui se renouvele, reste à voir si les fans accrocheront.

De ce nouvel album nous connaissions déjà trois de ses titres : « Colossus »,  » God of Sick Dreams  » et « Silence in the Age of Apes » qui sont très loin de ressembler au tout dernier album des Suédois. L’impact est hyper puissant, plus tiré vers un death metal que le heavy habituel que nous propose Avatar. Une rage énorme transpire de la musique comme des paroles.

 

Avatar, nouvel album, 2020, Hunter Gatherer, death metal, heavy metal, Corey Taylor, Century Media Records


Bien qu’il s’agisse de son album le plus brutal à ce jour, le combo n’a pas perdu son sens de l’humour. À la fois groupe et troupe théâtrale sur la route, Avatar est réputé pour ses bizarreries incluses dans certaines de ses chansons. Cela se retrouve notament sur « A Secret Door » avec la participation de Corey Taylor. À la manière hilarante d’Avatar, Corey siffle une mélodie entraînante et contagieuse, mélodie jouant un rôle non négligeable dans le fait que « A Secret Door » reste facilement en tête après l’écoute d’Hunter Gatherer. La participation du chanteur de Slipknot reste néanmoins très surprenante. Il ne fera pas plus que de siffler et chanter quelques choeurs à peine perceptibles qu’on en viendrait à douter de sa présence sur un titre durant près de six minutes…

« God of Sick Dreams » est techniquement sauvage tandis que « Scream Until You Wake » est un parangon d’alliance des extrêmes : tantôt calme avec le chant clair de Johannes, tantôt plus violente avec son chant crié et les riffs lourds de guitare.
 


Dans un rare moment de tendresse, « Gun » est la performance empreinte d’émotion de ce nouvel opus. Une pièce composée d’un chant clair de Johannes accompagné d’un piano. Un calme dont on profite avant de remettre les pieds dans un monde brutal avec le titre suivant.

Enfin, « Wormhole » qui clôture l’album se tord et tourne de façon lourde et inquiétante, teintée de quelques mélodies notament avec un solo de guitare. On arrive à la fin de l’album avec la sensation qu’il était un peu court bien que composé de quarante-cinq minutes avec dix titres.

Si chaque nouvel album doit se sentir frais, stimulant et ambitieux, ce n’est pas forcément le cas d’Hunter Gatherer. Difficile de voir plus loin qu’Avatar Country après une telle réussite. Mais l’album n’en est pas moins frais et stimulant puisqu’il dévoile un groupe plus violent, sérieux et plutôt tiré vers un death/heavy metal qu’un heavy old school humoristique. Néanmoins, le groupe se renouvelle et on adhère quand même au huitième album.

Sortie le 7 août via Century Media Records.

Tracklist :
1. Silence In The Age of Apes
2. Colossus
3. A Secret Door
4. God Of Sick Dreams
5. Scream Until You Wake
6. Child
7. Justice
8. Gun
9. When All But Force Has Failed
10. Wormhole

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements