Mr. Bungle – The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo

Que peut-on attendre d’un groupe qui ne fait rien comme les autres ? D’un groupe qui disparaît du jour au lendemain après sa troisième oeuvre à l’aube de l’an 2000 ? Un nouveau disque, une continuité discographique ? Mais que nenni ! Avec The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo, Mr. Bungle est de retour et semble faire un doigt d’honneur muni d’un grand sourire à toute une scène en ne sortant pas un nouvel album…. Mais le réenregistrement de sa toute première démo, créée à une période où ses membres étaient encore lycéens.

Février 2020. À une époque où nous pouvions même aller en concert avant la triste suite que nous connaissons tous, Mike Patton, Trey Spruance et Trevor Dunn avaient annoncé une reformation d’un fameux groupe pour quelques dates exclusivement américaines. Mr. Bungle, vu que c’est de cela qu’il s’agit, fût bien plus qu’un simple à côté pour celui qui deviendra le chanteur culte de Faith No More. L’impact musical de la bande fut grand avec trois albums, popularisant ce genre fourre-tout qu’est l’avant-garde, avec des morceaux bouffant à tous les râteliers, du thrash metal au jazz en passant par le classique, la pop voire la noise.

Alors vous comprendrez que nombreux était ceux qui était en émoi après une telle annonce, puis par celle que Scott Ian et Dave Lombardo rejoindraient le groupe pour ces lives… Qui seraient consacrés à la première démo de Mr. Bungle. Et c’est dans un line-up inchangé que cet étrange hybride apparaît en ce 30 octobre 2020 chez Ipecac Recordings.

Que vaut donc un enregistrement effectué en 1986 par des lycéens ? Et bien, pour les adolescents de l’époque, nous sentons bien que ceux-ci sont clairement influencés par le thrash metal de la Bay Area qui transparaît, passé la douce introduction « Grizzly Adams ». Ainsi, l’influence imposante de Slayer et autre Metallica est présente sur ces premières compositions, mais est déjà barbouillée et déconstruite par la ferveur de Mr. Bungle. On peine à croire qu’un hit comme « Raping Your Mind » a été écrit par des gars pas encore majeurs tant la compréhension du style musical amenant à sa dissection est bluffante.

En six minutes, le quintette déborde de vitalité et inculque en outre, trente-quatre ans après la sortie du morceau, des coups de pied au cul de certains jeunes qui se voient en haut de l’affiche. Changement de tempo, accélérations ciselées et millimétrées, double pédale à s’en péter les tibias, harmonies et solos endiablés, le tout sonne pourtant différemment, telle une créature de Frankenstein du thrash trituré jusqu’à plus soif par d’intrépides gamins. Néanmoins, que ça soit sur cette compo ou tout au long des onze chansons, on comprend la raison de ressortir ce disque du placard.

Et c’est à se demander comment allaient pouvoir se retentir des musiciens qui rejouent des morceaux oubliés par beaucoup, trente-quatre ans après. Et bien la réponse est simple : on n’avait pas entendu Mike Patton hurler de la sorte depuis près de vingt ans et sa présence sur Irony is a Dead Scene des (regrettés) Dillinger Escape Plan. Vous aviez aimé sa participation à Dead Cross, sa folie qui se diffuse par tous les pores de son chant ? Vous en aurez pour votre argent avec The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo, que ça soit dans ses hurlements ou ses à côté complètement tarés, tels que l’introduction de La Cucaracha sur « Hypocrites / Hablar Espanol O Muerte » (le seul changement effectué à cette démo avec la reprise de « Speak English or Die » de S.O.D ).

Les autres membres s’éclatent quant à eux comme des gosses. Que ça soit Dave Lombardo, qui parait revivre derrière les futs depuis son départ de Slayer et sa participation à Suicidal Tendencies, ou Scott Ian, les deux « nouveaux » apportent énormément à l’ensemble. Le guitariste d’Anthrax amène ainsi sa précision à la rythmique, permettant toutes les facéties possibles à Trey Spruance, tandis que Trevor Dunn semble vouloir faire vombrir sa basse de la plus forte façon envisageable. Et si en plus, la production se met au diapason, que peut-on demander de plus ?  En cette année 2020, The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo est un exemple… Un exemple d’agressivité, de groove et puissance, et une référence de comment doit sonner un album de thrash.

Alors, que pourrait-on réellement reprocher à ce disque ? Et bien pas grand-chose en tant que tel. Les puristes s’amuseront à noter que l’utilisation des riffs de « Methematics » trouvera son paroxysme sur « Love Is A Fist » plus tard, mais difficile de bouder son plaisir en tant qu’amateur de thrash. On peut sentir un potentiel prêt à s’exprimer, mais pas toujours capable de savoir s’arrêter, comme sur la première moitié de « Methematics » ou un « Eracist » un peu en dessous du reste. Certains riffs et constructions sonnent aussi en 2020 comme du resucé… Mais qui n’en est pas un, d’où la grande complexité à notifier et quantifier cet album. « Evil Satan » disparait aussi de la tracklist de l’album, remplacé notamment par les deux morceaux sus-cités. Dans tous les cas, certains fans de Mr. Bungle pourront néanmoins hurler, tant la musique de ce dernier disque sorti et premier méfait est à mille lieues des élucubrations futures (et passées, vous avez compris oh!) des Californiens.

Visionnaire ou captation d’une époque à la créativité débridée ? The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo est bien plus qu’un clin d’œil nostalgique au passé. Montrant déjà les prémices de ce qu’allait devenir Mr. Bungle, la démo est toujours aussi percutante. Emmené par des interprètes de haut niveau qui n’ont quasiment pas retouché le matériel original, il s’agit, encore en 2020 (qui plus est avec une production raisonnable), ce que l’on appelle communément un putain de disque. Energique, complètement timbré et partant dans tous les sens avec l’innocence de la jeunesse, cet EP/album est tant une magnifique porte d’entrée à l’univers du groupe qu’un coup de poing rageur assené par des adultes ne souhaitant pas grandir… Qu’on espère vraiment avoir l’occasion de voir en concert par chez nous un de ces quatre matins où nous pourrons nous entremêler vigoureusement dans la joie et les pits.

Mr. BungleThe Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo, sorti le 30 octobre 2020 chez Ipecac Recordings

Tracklist : 
01. Grizzly Adams
02. Anarchy Up Your Anus
03. Raping Your Mind
04. Hypocrites / Habla Español O Muere
05. Bungle Grind
06. Methematics
07. Eracist
08. Spreading The Thighs of Death
09. Loss For Words
10. Glutton For Punishment
11. Sudden Death

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements