Cult of Luna – The Raging River (EP)

Voici plus de vingt ans que Cult of Luna nous inonde d’expérimentations et de sonorités uniques, s’imposant comme figure singulière mais incontournable du post-metal tout en repoussant les carcans de cette appellation indistincte. La formation suédoise poursuit son ascension, revendique une plus grande indépendance en créant son propre label et en profite pour sortir un EP. The Raging River, nouveau seuil dans un parcours sans faute, vient compléter et sublimer l’univers présenté dans l’album précédent.

Cult of Luna avait déjà choisi de prolonger un album avec un EP : en 2013, l’excellent Vertikal II venait parachever l’album Vertikal en reprenant son univers urbain et industriel inspiré du film Metropolis de Fritz Lang. À nouveau, les Suédois se prennent au jeu d’aller jusqu’au bout de leur démarche d’inspiration créatrice, à explorer le foisonnement de sons et d’atmosphères organiques qui avait surgi lors de l’écriture du monumental A Dawn To Fear, sorti en 2019.

L'EP The Raging River, pas si court, se compose de cinq titres originaux pour trente-huit minutes de musique et se présente comme un point d’orgue au dernier opus, ou plutôt un pont entre ce dernier et l’avenir, sorte d’étape salvatrice sur le parcours cyclique, si particulier, qu’ont choisi d’emprunter Johannes Persson et sa troupe, loin des sentiers battus et des carrières musicales prévisibles. Cet élan de liberté et cette quête de qualité vient d'ailleurs de se concrétiser avec la création en 2020 d'un label made in Cult of Luna, Red Creek.  

Le chant de Johannes Persson est au cœur des compositions : écorché, sombre, poignant, sublimé dans le mix pour garder une clarté dans le phrasé. La charge émotionnelle délivrée par le vocaliste / guitariste / compositeur principal de Cult of Luna est considérable. Ce n’est pas pour autant la pierre angulaire de The Raging River, mais plutôt un élément d’une complexe nappe sonore, chaque instrument apportant une épaisseur particulière, une vague supplémentaire à ce monstre mouvant et majestueux.

Cult of Luna, The Raging River, EP, 2021, post metal, Johannes Persson

La production superbe signée Magnus Lindberg laisse à entendre un ensemble intense, enveloppant et complémentaire, de la richesse et la variété des percussions aux couches de synthé atmo ou froids, en passant par les énormes riffs de guitare et le travail subtil de la paire basse – batterie.

Tout en jeux d’échos, le morceau sombre et introspectif "I Remember" repose sur cette complémentarité entre les guitares et la voix hurlée, dans une montée en puissance phénoménale, avec une impression de démultiplication des instruments, d’une foule d’invités, tellement le rendu est  prenant, bouleversant même. 

S’il fallait trouver une signature Cult of Luna, ce serait dans la structure en vagues successives, les crescendos dantesques, qui confèrent à chaque titre une densité et une puissance capable de s’abattre sur l’auditeur et de le cerner de tous côtés. Cette formule se décline dans le final époustouflant de "What I Leave Behind" ou encore dans le single "Three Bridges", au tempo posé et inquiétant, où la montée se fait sans brutalité, en délicatesse, les hauts et les bas des riffs mélodiques et des atmosphères venant finalement s’écraser dans un souffle énorme.

La métaphore de l’onde se parachève avec l’ultime morceau de l’EP, "Wave After Wave", hypnotique et lent. Dans des relents doom et indus, les riffs écrasants au plus bas de l’accordage s’écoutent les yeux fermés, et terminent l’épopée dans un monument de nappes musicales, où l’écho de la batterie achève de nous terrasser. C’est une rivière de rage, un flot d’impressions et d’intensité, qui submerge l’auditeur dans ces montées en puissances particulièrement affectionnées par le collectif.
 

Au sommet de son art dans la force et l’intensité, Cult of Luna se permet une respiration poétique au milieu de l’EP, en prenant à rebours tous les codes pour exaucer un rêve de longue date. Empli de délicatesse, "Inside of a Dream", avec la participation au chant de Mark Lanegan (The Gutter Twins, Mad Season, Screaming Trees, Queens of the Stone Age), est un hommage tout en retenue rendu ici à ce vocaliste légendaire, lui offrant un fond sonore intime et feutré de synthés et de guitares sublimant son chant pondéré, presque pudique, dans une mélodie mélancolique. Aucun effet grandiloquent, et pour cause : le collectif s’efface dans le plus grand respect de l’interprète invité ici, dans un souffle subtil, nouvelle preuve de la classe et de l’humilité des Suédois. 

Organique, subtil, plein d’atmosphères et de fureur, admirablement produit, cet EP n’a rien d’anecdotique ni de secondaire. Bien au contraire, il s’agit d’une réalisation qui fera date dans la discographie de Cult of Luna, au summum de la créativité, porté par une écriture toujours plus instinctive et authentique. Outre la promesse d’un après, d’un nouvel horizon pour la formation d’Umeå, pour qui évolution rime immanquablement avec excellence, The Raging River propose un pont entre continuité et renouvellement, en sublimant les mélodies et les atmosphères dans un flot de puissance et de densité, tout simplement magistral.

Tracklist de l'EP The Raging River

1. Three Bridges (8:46)
2. What I Leave Behind (5:58)
3. Inside of a Dream - feat. Mark Lanegan (3:21)
4. I Remember (8:09)
5. Wave After Wave (12:22) 

The Raging River, nouvel EP de Cult of Luna, sort le 5 février 2021 via Red Creek et Season of Mist

Crédit Photo : ©Arnaud Dionisio 2019. Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe.

 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements