Korpiklaani – Jylhä

Le clan de la forêt est de retour avec un nouvel album intitulé Jylhä, marquant l’arrivée d’un nouveau batteur en la personne de Samuli Mikkonen.  Le groupe a pour habitude de sortir triennalement une nouvelle galette, aussi ses dernières productions étant couronnées de succès, Korpiklaani va-t-il continuer sur cette phase ascendante ?

A l’écoute de « Verikoira », les amateurs de folk metal qui désiraient danser tels de joyeux lurons vont déchanter: on retrouve le combo accordéon – violon qu’on aime tant, mais l’ambiance est relativement sombre, teintée de mélancolie. Le cœur n’est pas à la fête, il s’agit davantage d’écouter le chant des anciens qui appelle à plonger au tréfonds des légendes sylvaines du Nord. Le chant rocailleux de Jonne Järvelä, accompagné de riffs lourds, nous transporte sur des sonorités proches du prog. Soudain le rythme change et s’accélère. La cadence commence à peine à être rattrapée qu’on repasse immédiatement à des passages beaucoup plus lents, accordéon et violon au premier plan dans ces parties instrumentales. D’une longueur conséquente, cette première piste a de quoi dérouter. Toutefois, elle n’est demeure pas moins appréciable.

Après cette entrée en scène plutôt solennelle par rapport aux standards habituels du groupe, on revient à un style beaucoup plus festif et enjoué avec « Niemi ». Un titre rapide avec des riffs tout aussi énergiques que joyeux, un chant puissant et chaleureux qui invite à entrer dans la danse, les notes gaies des instruments folkoriques qui s’envolent dans les airs, tout ce qu’on attend de ce registre musical euphorique et bon enfant. Et en ces temps troublés, c’est loin d’être déplaisant.

« Leväluhta » , « Kiuru »  et « Pohjia » sont dans la même veine : rythme endiablé, passage folks guillerets et voix enthousiaste donnent envie de se prendre par la main et d’aller gambader dans la forêt sous un halo mystique. Les structures restent des choix classiques adoptés par les Finlandais dans leurs compositions: une introduction punchy et fringante nous amenant à des riffs plus réguliers, alternant phases ralenties avant de repartir sur des temps plus forts. Force est de constater que le groupe a prévu des intros plus longues qu’à son habitude.

Mais ce n’est pas la seule fantaisie des musiciens qui ont ajouté des nuances à certaines chansons, hors de leur registre usuel. On peut citer « Leväluhta » qui, avec un tempo rapide et des contretemps marqués par la guitare, emprunte les couleurs du ska, voire même du reggae ! Mélange original et surprenant. Ou encore, « Niemi » et ses envolées épiques ne sont pas sans rappeler les caractéristiques chères au power metal. Le clan de la forêt ne se contente pas de se reposer sur acquis et prend le parti de revisiter ses classiques. C’est frais et innovant ! On adore.

La véritable claque est donnée par «Huolettomat» : joyeux et folk à souhait, refrain catchy et entraînant, vous ne pourrez vous empêcher de remuer sur ce morceau authentique et bourré de vitalité ! Les arrangements folks combinés avec un genre plutôt heavy fonctionnent à merveille. Pour ceux en manque de tonus et de motivation, les batteries seront rechargées à coup sûr.

Cette énergie contagieuse se poursuit avec «Pidot» où l’ambiance est à la fête! On note par ailleurs pour ce morceau l’utilisation d’un banjo, ce qui prouve encore une fois la volonté de Korpiklaani de surprendre et se renouveler. Mais le groupe a voulu aussi revenir aux basiques, notamment avec « Sanaton Maa »,  titre mélodique et entraînant, marquant un retour aux années 80 avec une touche folklorique.

L’album se clôture sur « Juuret »; plus profonde, plus obscure, cette chanson nous fait revenir à l’atmosphère sombre et mystique du début. Les Finlandais terminent proprement Jylhä qui est une véritable réussite.

Tout au long de l’album, un chant rauque et rustique se fera entendre sur un fonds folk metal, tout aussi dansant et festif que prenant et pénétrant, dans le monde des légendes scandinaves. Les caractéristiques auxquelles le groupe nous a habituées sont présentes, mais on ne s’arrête pas à un  simple disque folk metal efficace : les musiciens ont cherché à modifier leurs compositions. Sortant de leur zone de confort, c’est une bouffée de fraîcheur qui fait plaisir à entendre. Ils ont su se renouveler, sans pour autant perdre leur authenticité. Qui plus est, l’équilibre entre l’aspect solennel et le côté optimiste et boute-en-train est parfaitement maîtrisé. Fidèles à eux-mêmes, les Finlandais ont su allier innovation et tradition, sérieux et amusement, couplets accrocheurs et musicalité aussi plaisante que bien exécutée. Un sans faute pour l’esprit de la forêt, chapeau bas !

Korpiklaani, Jylhä, chronique, 2021, folk metal,  Nuclear Blast Records

Korpiklaani – Jylhä Tracklist – sorti le 5 février 2021 via Nuclear Blast Records
01. Verikoira
02. Niemi
03. Leväluhta
04. Mylly
05. Tuuleton
06. Sanaton maa
07. Kiuru
08. Miero
09. Pohja
10. Huolettomat
11. Anolan aukeat
12. Pidot
13. Juuret

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements