Entretien avec Biff Byford de Saxon

Avec Inspirations, Saxon nous propose de redécouvrir à leur manière, mais souvent proche des originaux des standards des groupes qui les ont marqués parmi leurs ainés ou leurs contemporains. Biff Byford nous propose de dépoussiérer de vieux souvenirs…

 

Bonjour Biff ! Ce n’est pas la première fois que vous faites des reprises. Sur Crusader vous aviez interprété « Set me free » de Sweet, sur Destiny vous avez repris « Ride like the Wind » de Christopher Cross, sur Forever Free « Just wanana make love to ou » de Muddy Waters et « The court of the Crimson King (King Crimson) sur Killing Ground. Pourquoi en 2021 vous vous mettez à faire un album de reprises ?

Au sein du groupe on a eu tous envie de faire quelque chose de spécial et de différent de tout ce qui nous avait influencé jusqu’à présent en reprenant la musique des autres groupes qui nous ont influencés. Ce qu’elle a fait de nous à une époque et est ce qu’elle fait de nous maintenant en 2021.

Comment avez-vous fait la sélection ? C’était un choix compliqué ?

J’ai demandé aux membres du groupe de choisir deux titres, ensuite on a enlevé les titres trop bizarres. J’en ai choisi cinq sachant que j’en voulais une de Black Sabbath, une de Deep Purple et une de Led Zeppelin sans tomber dans la facilité concernant le choix des titres et on a regardé ce que cela faisait en live.

Et si on revient à toi quand tu étais adolescent quels étaient les groupes que tu aimais ?

Tu veux dire les groupes dont j’étais fan ?

Oui absolument les groupes dont tu étais fan…

Tout d’abord c’était les Rolling Stones. Bon c’est vrai que les années 60 étaient vraiment une période géniale pour moi. J’adorais aussi les Kinks. Mais pour Inspirations on voulait inclure trois des grands groupes des années 60 c’est-à-dire les Beatles, les Stones et Jimi Hendrix.

Au fait en 1966 tu devais avoir 15 ans et quand on voit les albums qui sont sortis lors de cette année c’était assez incroyable : il y a eu les Beatles avec Revolver, Aftermath des Stones, Face to Face des Kinks, The Who avec A Quick one, sans oublier Bob Dylan, les Birds, Simon and Garfunkel, Mamas & Papas, Yardbirds… ça devait être merveilleux d’être Anglais à cette période-là ?

C’est clair ! Cette période des années 60 était complètement folle. Imagine de pouvoir être un teenager et d’écouter les Who ou les Kinks à cette période-là, c’était un grand moment. Il y avait aussi la mode qui changeait. Au cinéma il y avait des films nouveaux qui allaient influencer une nouvelle génération. Tout était en ébullition. C’était vraiment une époque extraordinaire…

Biff Byford

Quelles sont les groupes que tu as vu quand tu étais jeune ?

Je pense que quand j’étais plus jeune ce n’était pas vraiment dans les salles de concert que j’ai découvert les groupes mais c’était plutôt à la télévision comme pour les premières apparitions des Beatles ou des Rolling Stones. Avec l’émission Top of The Pop on était au courant de ce que sortaient les groupes, le rock, la pop… Je pense que dans les années 60 je n’ai pas vu beaucoup de groupe sur scène.

Ah bon ?

Non c’est clair j’en ai beaucoup vu à la télévision. C’est vraiment à partir des années 70 que j’ai vu beaucoup plus de groupes sur scène.

Quel a été ton premier concert ?

Je pense que mon premier concert a dû être (après un moment de réflexion) probablement Deep Purple… mais peut-être que c’était les Rolling Stones.

Lors de cette époque, est-ce que tu as acheté beaucoup d’album ?

C’est clair qu’on achetait beaucoup d’albums. Enfin c’était plutôt des singles qu’on achetait. Non c’est vrai que dans les années 60, on achetait plutôt des 7 inch (45 Tours) si tu veux pour être plus précis.

Était-ce difficile de faire un choix parmi les titres que l’on retrouve sur le catalogue d’un groupe ?

Non pas vraiment c’est un choix qui a été assez facile. On pensait aussi à ce que les gens auraient aimé écouter. Les influences sont aussi importantes et je pense que les choix ont été bons. C’était assez logique par rapport à ce qu’on aime jouer lorsqu’on se retrouve ensemble comme cela a été le cas au Brockfield House.

Quel a été le titre pour toi le plus difficile à interpréter ?

Parmi tous les titres, il n’y a pas eu vraiment un titre plus difficile qu’un autre à chanter mais si je réfléchis bien je dirais que c’est peut-être « Speed King » de Deep Purple qui a été plus difficile à chanter.
Mais l’album a été enregistré rapidement en deux semaines, sans overdubs en situation « live ». C’était cool, sans pression. On est resté proche des originaux en y apportant de la puissance.

Le temps passe et ta voix ne change pour ainsi dire pas du tout quel est ton secret pour avoir toujours ta voix de tes 20 ans ?

Je ne sais pas je dirais que je suis un mec chanceux je ne sais pas. Il n’y a pas de secret c’est comme ça…

Même quand tu chantes un titre de Led Zeppelin ta voix est vraiment incroyable. S’attaquer à du Robert Plant ne doit pas être évident.

Non c’est clair je sais je suis vraiment chanceux. (il imite la voir de Robert Plant tout en poussant dans les aigus) J’arrive à un certain niveau pour pouvoir atteindre certaines notes. J’arrive encore à crier comme un jeune (rires).

Saxon


Quelle est la playlist que tu écoutes quand tu es seul chez toi ?

Tu sais actuellement je n’écoute pas grand-chose parce que je travaille sur notre prochain album qui sortira en 2022. Tu sais avec le confinement je travaille sur l’album et je reste concentré sur ce qu’on fait. C’est vraiment un super album sur lequel on est vraiment très impliqué, tout le monde travaille à fond et on a hâte qu’il sorte l’année prochaine. Je vais même te dire qu’il sortira en janvier 2022. Tu sais quand on travaille comme ça nos journées sont bien remplies. Travailler sur un album demande beaucoup de temps on est très occupé tout en restant très concentré sur ce qu’on fait : sur la musique, sur les paroles on ne pense qu’à ça du matin jusqu’au soir. En gros faire de la musique prend beaucoup de temps.

J’imagine que dans les années 70 tu as sûrement dû rencontrer de nombreuses fois Thin Lizzy au Royaume-Unis?

Ah oui je les ai souvent croisé et c’était vraiment toujours génial de pouvoir être là.

Bien sûr pour AC/DC tu as préféré reprendre un titre avec Bon Scott…

Tu sais je crois que je les ai vu jouer pour la première fois de ma vie en 1976 à Sheffield dans un petit club (14 Juin 1976 « Lock Up Your Daughters » UK Tour).

Je ne sais pas si c’est vrai mais j’ai cru lire quelque part que sur cet album de reprises tu jouais de la basse. C’est vrai ?

Non pas vraiment pas sur l’album mais je jouais de la basse lors des répétitions.

Est-ce que tu peux m’en dire plus sur le projet Spin The Wheel (avec Eric Peterson de Testament à la guitare, Jay Jay French de Twisted Sister à la guitare, Hannes Van Dahl de Sabaton à la batterie et la bassiste Cecilia Nappo de Black Mamba) ?

Ah oui Spin the Wheel … Ouais c’est un projet sympa avec des musiciens que j’aime bien.

Je sais que parmi les membres de Saxon certains doivent aimer le prog rock comme puisque par le passé vous aviez déjà interprété un titre de King Crimson en 2001. 20 ans plus tard vous reprenez « Hold The Line » de Toto.

Ouais c’est surtout parce que notre guitariste adore ce titre.

Si tu pouvais être le chanteur d’un groupe des années 60/70 dans quel groupe aimerais-tu jouer ?

J’aurais aimé être le bassiste des Rolling Stones

Inspirations sort sur Silver Lining Music/Militia Guard le 19 mars 2021

Inspirations tracklisting:
Paint It Black
Immigrant Song
Paperback Writer
Evil Woman
Stone Free
Bomber
Speed King
The Rocker
Hold The Line
Problem Child
See My Friends



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements