Cannibal Corpse – Violence Unimagined


Ce qui est bien avec Cannibal Corpse, c’est qu’à chaque nouvelle sortie, on sait déjà un peu ce qu’on va y trouver : pochette et clips gore, riffing efficace, rythmiques primaires et chant de goret… Et il faut avouer qu’on serait tous un peu déçus si les Américains déviaient un tant soit peu de cette ligne directrice qui est la leur depuis leurs débuts, et qui a été renforcée depuis l’arrivée de George « Corpsegrinder » Fisher (chant) au sein de la formation à l’époque de Vile.

Pourtant, avec l’éviction de Pat O’Brien, englué dans ses démêlés avec la justice, et son remplacement par Erik Rutan (ex-Morbid Angel, Hate Eternal), on pensait pouvoir goûter à une petite touche de nouveauté. Que nenni ! Le quintette se veut toujours aussi brutal et direct, avec sa propre empreinte sonore et ce n’est pas « Inhumane Harvest », premier single dévoilé par Metalblade Records, qui contredira cela. Rutan connait tellement bien Cannibal Corpse (rappelons qu’il a produit le groupe sur Kill, Evisceration Plague, Torture et Red Before Black, tâche dont il s’occupe à nouveau sur Violence Unimagined) que son écriture est fortement imprégnée de l’essence Cannibal Corpse (« Ritual Annihilation », « Overtorture »). Tout juste peut-on sentir un peu de Hate Eternal dans « Condemnation Contagion » (sur le pont à 2:05). Le up-tempo « Overtorture » vient également bousculer un peu les choses, avec un riffing rapide sur lequel le placement vocal de Corpsegrinder est excellent, et on aurait aimé un peu plus de compositions dans cet esprit à la fois violent et sauvage.

A l’exception de ces titres, l’ensemble reste particulièrement classique pour du Cannibal Corpse. L’écriture de Webster et Barrett est toujours si reconnaissable et il est amusant de constater qu’à chaque intégration de guitariste dans le combo, celui-ci a su se fondre dans le collectif, jusqu’à en respecter ses codes à la lettre. Dire que Cannibal Corpse fait toujours la même chose, c’est évidemment facile. Toutefois, même si les titres sont aisément interchangeables avec ceux parus sur Torture, A Skeletal Domain ou encore Red Before Black, il faut avouer que leur efficacité est indéniable. La triplette d’ouverture (« Murderous Rampage », « Necrogenic Resurrection », « Inhumane Harvest ») fait plaisir à découvrir et prouve qu’à 50 ans passés, les musiciens en ont encore sous la pédale (à commencer par Paul Mazurkiewicz à la batterie). Et celui qui fait une prestation époustouflante, c’est bien George Fisher, qui impressionne par sa puissance, son placement rythmique et l’énergie qu’il semble déployer pour éructer ses textes toujours malaisants. Au début de sa cinquantaine, il donne encore une leçon à tous les vocalistes qui débutent dans la scène.

La production et le mixage de Rutan ne sont pas non plus seulement orientés vers les six-cordes, la basse de Webster ressortant bien dans le mix (notamment sur « Follow the Blood » ou « Overtorture » où elle bénéficie également de petites passages solo). La mise en son reste toutefois massive, comme à l’accoutumée chez les Américains (« Cerements of the Flayed » y apparaît encore plus pesant sur son riff d’ouverture). Côté soli, les joutes guitaristiques de Rutan et Barrett tournent au chaotique, à grand coup de vibrato (« Bound and Burned »), comme c’était déjà le cas chez le duo Barrett / O’Brien, mais une lueur mélodique se fait parfois sentir comme sur l’excellent « Follow the Blood ».

Vous l’aurez compris, Violence Unimagined ne réinvente pas la poudre et ne diffère qu’en peu de chose de ses prédecesseurs. Pourtant, l’écriture de Cannibal Corpse reste toujours aussi efficace après plus de trente ans sur la scène et il est toujours jouissif de découvrir les nouvelles compositions du quintette. L’effet de surprise est certes révolu (on aurait tout de même souhaité que Rutan marque plus les compositions de sa patte), mais les parpaings assénés par le gang font toujours aussi mal, et ce n’est pas pour nous déplaire !

Note : 7,5/10

Tracklist :

Murderous Rampage
Necrogenic Resurrection
Inhuman Harvest
Condemnation Contagion
Surround, Kill, Devour
Ritual Annihilation
Follow the Blood
Bound and Burned
Slowly Sawn
Overtorture
Cerements of the Flayed

Sorti le 16/04 chez Metalblade Records
Crédits Photos : DR

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements