Guitar Universe au Divan du Monde (15.10.2012)

La guitare à la fête au Divan du Monde

 

La tournée Guitar Universe était de passage à Paris le 15 octobre. Marty Friedman (ex-Megadeth), Yossi Sassi (Orphaned Land) et Stéphan Forté (Adagio) étaient tous les trois réunis au cours d’une soirée à la croisée des cultures, avec cependant un point commun : la guitare. Le public a pu apprécier trois différentes manières de l’aborder pour passer un moment hors du commun.

Stéphan Forté

La soirée commence avec le français Stéphan Forté, guitariste d’Adagio. Deux autres membres de ce groupe sont aussi présents sur scène : Frank Hermany à la basse et Kévin Codfert aux claviers. Le poste du batteur est occupé par Morgan Berthet, qui officie aussi chez Myrath. Ce joyeux line-up présentera les compos solos du musicien issues de son album, The Shadows Compendium.

Si beaucoup de fans du groupe semblent apprécier la prestation du virtuose national, le style néo-classique des morceaux présentés semble avoir du mal à s’adapter au live. Les musiciens sont appliqués, mais relativement froids et statiques. Des efforts sont faits, notamment de la part de Kévin Codfert, qui prend un clavier portatif pour approcher la foule pendant le morceau « De Praestigiis Daemonum ». Stéphan Forté précise à la foule que le groupe subit plusieurs problèmes techniques et s’excuse du côté « décousu »» du concert.

Stéphan Forté

En quarante minutes, le guitariste d’Adagio présente ses compos carrées et techniques à un public à moitié convaincu, du fait que ceux qui n’ont pas écouté l’album solo de Stéphan Forté sont perdus.

Setlist :

The Shadows Compendium
De Praestigiis Daemonum
Spiritual Bliss
Duat
Sorrowful Centruroïde
Prophecies Of Loki XXI
Improvisation on Sonata no. 14, c # minor – Op. 27 no 2
I think there’s someone in the kitchen

Yossi Sassi
 

Après la France, c’est maintenant Israël qui est représenté, avec le concert de Yossi Sassi, guitariste d’Orphaned Land, venus présenter les compos de son premier album solo, Melting Clocks. Venu avec son groupe israélien, le musicien dévoile sonorités exotiques et chaleureuses, proposant ainsi un voyage dans son univers.

Véritable pont entre le rock et la musique orientale, le propos de sa musique est représenté par son instrument, qui regroupe un bouzouki (instrument traditionnel) et une guitare électrique. Cela lui permet de présenter plusieurs types de sonorités et ainsi de dévoiler l’ensemble de ses facettes en tant qu’artiste qui se revendique au carrefour des cultures. Voulant amener toujours plus de culture orientale sur scène, Yossi Sassi invite la danseuse d’origine libanaise Johanna Fakhri sur la chanson « The Routine », ce qui lui permet de faire passer un message d’unité entre les peuples par la musique.

Côté performance, tous les musiciens sont en place et permettent à Yossi d’exprimer tout son talent de guitariste et de chanteur. Il montre en live une voix sincère et maîtrisée. Ses chansons accrocheuses rencontreront un certain succès auprès du public, qui se montre plus réceptif et participatif.

Yossi Sassi

Convainquant sur scène comme sur album, le guitariste se montre habile et naturel. Si son talent n’est plus à prouver, Yossi Sassi montre qu’il met avant tout ses chansons en avant plutôt que sa dextérité. Une politique qui fait mouche auprès de spectateurs conquis, qu’ils soient initiés ou non.

Setlist :

Numbers’ World
Ain’t Good Enough
Fields of Sunrise
Sahara Afternoon
Another Day in the Office
The Routine
Drive
Simple Things

MARTY FRIEDMAN
 

Arrive maintenant le tour de la tête d’affiche de la soirée : Marty Friedman, guitariste américain qui réside au Japon depuis huit ans. Aussi à la croisée des cultures, l’ex-soliste de Megadeth déploiera toute son énergie pour remuer l’ensemble de la fosse du Divan du Monde. Si le guitariste et le bassiste de Yossi Sassi sont présents pour épauler le musicien, c’est un batteur japonais, Chargeeee, qui battra la mesure.

Si le show est entièrement instrumental, cela n’empêche pas au groupe de mettre le feu. Si Ben Azar et Uri Shamir se montrent un peu timides, Marty harangue la foule et parcourt la scène de long en large en gardant un jeu propre et net. Cependant, son batteur n’est pas loin de lui voler la vedette. Véritable pile électrique, il fait le spectacle avec ses mimiques exagérées et sa manière de bouger hors du commun. Autre élément de spectacle : la danseuse Johanna Fakhri viendra également se déhancher sur le titre « Ballad of the Barbie Bandits ».

Côté setlist, Marty Friedman pioche dans l’ensemble de son répertoire solo, de Dragon’s Kiss avec le bien connu « Thunder March » à Tokyo Jukebox 2, en passant par Loudspeaker et aussi Music For Speeding. De nombreuses reprises sont présentes, comme des chansons japonaises telles que « Tsume Tsume Tsume » de Maximum the Hormone qui ouvre le premier Tokyo Jukebox. Une reprise d’Andrea Bocelli, « Time To Say Goodbye » (« Con té partiro ») est également de la partie, avec une participation de Yossi Sassi. Conscient de la présence de nombreux fans de Megadeth à ses concerts, le guitariste américain continue de jouer le solo de « Tornado Of Souls » et arrive à mettre tout le monde d’accord.

Marty Friedman

Bien participatifs, les spectateurs bougent sans se bousculer et acclament l’artiste visiblement heureux d’être sur scène. Il n’hésite d’ailleurs pas à venir titiller ses musiciens, parmi lesquels le batteur se montre le plus réactif. Le guitariste ne manquera pas de chauffer l’assistance entre les chansons en gouaillant des remerciements et en la faisant crier. Cette dernière crie aussi lorsque Stéphan Forte remonte sur scène pour un duel avec la vedette du soir, sur fond d’une rythmique jazzy qui se prête peu à l’exercice pratiqué.

Convaincant sans être arrogant, Marty Friedman arrive à convaincre l’ensemble des spectateurs présents avec un concert entièrement instrumental, sans jamais fatiguer malgré l’énergie déployée.

Setlist :

Street Demon
It’s the Unreal Thing
Amagigoe (reprise de Sayuri Ishikawa)
Ballad of the Barbie Bandits
Tsume Tsume Tsume (reprise de Maximum the Hormone)
Elixir
Stigmata Addiction
Gimme a Dose
Cheer Girl Rampage
Asche Zu Asche / My Oh My (Mutation Medley : reprises de Rammstein et Slade)
Forbidden City
Tornado of Souls (reprise de Megadeth)
Devil Take Tomorrow
Letter
Novocaine Kiss
Angel
Salt in the Wound
Ripped
Yuki No Hana (reprise de Mika Nakashima)
Kaeritakunattayo (reprise de Ikimono-gakari)
Dragon Mistress

Rappel 1 :

Time to Say Goodbye (reprise d’Andrea Bocelli)
Thunder March

Rappel 2 :

Bad D.N.A.

Photo de  Stéphan Forté prise par Olivier Gestin

Photos de Yossi Sassi et Marty Friedman prises par Nidhal Marzouk :
http://www.yog-photography.com

Photos : © 2012 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements