Stone Sour – House of Gold and Bones Part 1

Du neuf avec du vieux ? Oui c’est encore possible.

Continuant à évoluer dans l’ombre de Slipknot, Stone Sour revient plus en forme que jamais avec un nouvel album, House Of Gold And Bones – Part 1. Part 1 oui, car Corey Taylor et ses potes se la jouent Wintersun en livrant un projet en deux temps. A mi-chemin entre Alice in Chains et Pantera, ce premier travail s’affiche comme une des très bonnes surprises de 2012.

Roooo vilain chroniqueur qui ose comparer Wintersun à Stone Sour ! Trêve de plaisanterie, il n’y a effectivement pas lieu de comparer les deux formations, House Of Gold And Bones – Part 1 enterre Time I sous tous les angles… bon ok stop. Après un très sympathique, mais curieusement passé inaperçu, Audio Secrecy paru en 2010, le groupe que certains fans de Slipknot s’obligent à aduler et d’autres à détester « pke c le chanteur 2 Slipknot !!! » est de retour avec une œuvre des plus surprenantes et surtout des plus agréables.

La très grande force de ce House Of Gold And Bones – Part 1 réside avant tout dans sa grande variété, sa puissance et des musiciens qui ont pris de la bouteille. Onze pistes qui se suivent et ne se ressemblent pas aussi bien dans leur style que dans leur influence. Que cela soit du neo-metal, du groove metal ou encore du grunge, les morceaux sont des odes aux genres qui ont explosé dans les années 1990-2000. Du vrai metal-alternatif en somme.

Concernant ces pistes, les hostilités commencent avec le très énergique « Gone Sovereign » qui est une véritable montée en puissance. C’est un plaisir de réentendre la voix de Corey Taylor qui, mine de rien, prend bien plus d’ampleur que lorsqu’il porte son masque. Niveau musique, c’est du tout bon : Roy Mayorga est toujours la même brute derrière ses futs, James Root et Josh Rand frottent leurs six cordes soit avec frénésie soit avec talent en posant un excellent solo. Diable c’est ce qui s’appelle envoyer du bois. La deuxième piste, « Absolute Zero » est un hommage au neo : un côté décontracté à la Incubus et du bourrinage comme sait le faire un Stone Sour bien nerveux. Mais que serait un album du quintet américain sans ses balades ?

Popularisé en grande partie grâce à « Through Glass », diffusée en masse sur les ondes en 2006, Stone Sour s’est fait une spécialité de proposer des compositions pops et calmes (mé euuuh c comercial !!). C’est ainsi que « The Travelers – Pt. 1 » et le magnifique « Taciturn » viennent reposer les tympans. Ces derniers ont bien besoin de ça pour digéré l’excellent « Tired « , très bon rock alternatif comprenant un solo et des passages au violon absolument géniaux. Bien sûr, les headbangers auront de quoi se rassasier en tendant une oreille sur le très groove-metal, non sans rappeler du Machine Head, « RU486 » , ou bien encore après avoir brisé leurs nuques sur le dernier morceau, « Last Of The Real », frisant le plagia de Pantera. Morceau qui est également l’occasion d’apprécier un peu les lignes de basse de Rachel Bolan qui succède au Greco-barbu Shawn Economaki remercié il y a quelques semaines après 20 ans de services.

stone sour, corey taylor, House Of Gold And Bones - Part

Puissant, varié, efficace et vraiment bien maitrisé, House Of Gold And Bones – Part 1 n’a finalement pour seul défaut que son absence d’originalité. De Soundgarden à System of a Down en passant par Pantera, Stone Sour livre une œuvre 100% metal-alternatif, avec un Corey Taylor des grands soirs, qui a le mérite de proposer de quoi manger à beaucoup d’oreilles. Une des très bonnes surprises de 2012 qui laisse présager le meilleur pour House Of Gold And Bones – Part 2. Vivement Janvier !
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements