Xtreme Fest Arena 2021 02/08/2021 – Jour 3


Et de trois ! C’est le troisième et dernier jour de l’Xtreme Fest Arena et le beau temps est revenu au-dessus du site de Cap Découverte. Autant dire que le public est heureux de ce coup de pouce de la météo pour pouvoir participer aux hostilités de cette journée de clôture du festival. Les organismes sont fatigués des soirées de la veille mais le plaisir de retrouver le chemin des concerts a vite repris le dessus… Ah oui ! Le mot « Zguen » qui se retrouve souvent dans cet article veut dire « cool » (c’est du langage tarnais…)

 

XTREME FEST JOUR 3

BEN & FIST
 


Heureusement que le beau temps est revenu et que la chaleur repointe le bout de son nez ! Du côté de la Maison de la Musique, l’ambiance va elle aussi se réchauffer avec l’arrivée sur scène des locaux de Ben & Fist. Œuvrant dans un punk rock à la française plutôt bien ficelé, le quatuor envoie du lourd dès les premiers accords de « Parce-que ça nous Plaît » et permet ainsi au public de se rapprocher des barrières. Très vite, la sauce prend et le groupe d’enchaîner ses brulôts survitaminés. Il faut dire que le Ju derrière ses fûts (il est aussi batteur dans Dirty Fonzy) n’a pas son pareil pour haranguer l’auditoire et mettre en place des rythmiques qui font taper du pied et hocher frénétiquement la tête.
 

Ben & Fist


Devant lui, ça joue bien. Très bien même. On sent que les p’tits gars de Ben & Fist ne sont pas des manchots et malgré des titres assez convenus dans leur construction, il faut bien avouer que les mélodies sont entêtantes et qu’il y a beaucoup d’intention dans ce set (« Pour Nos Sourires », « Cul Sec », « Gin To », …). Du coup, le public est véritablement en phase avec le groupe et ça commence à pas mal bouger dans le pit et ce, même si la salle n’est pas bondée.

En fin de compte, ce troisième jour de lXtreme Fest commence sous les meilleurs auspices grâce à Ben & Fist qui nous a bien régalé avec son punk rock des familles. Le zguen était sur les planches cet aprem’, qu’on se le dise !

Setlist Ben & Fist
Parce-que ça nous Plaît
Ultrafestifs
Tout Est Passable
Pour Nos Sourires
Pas de Frère
Pas Né Pour Briller
Gin To
Cul Sec
Pleurire
Outrospection
Bières Et Potes
Team Pita
Pas Fini

 

DROOGZ BRIGADE
 

 

Avec la Droogz Brigade sur l’affiche on peut dire que l’Xtreme Fest a pris un petit risque tant le groupe de rap français détonne au milieu de la programmation punk du festival. D’ailleurs dès les premières nappes de samples annonçant l’arrivée de la formation de hip hop de Toulouse, le public est assez interloqué par le changement radical de style après le passage de Ben & Fist. Qu’importe ! Les rappeurs n’ont pas de mal à prendre la scène d’assaut et à bien occuper l’espace. Durant les premières minutes, le public reste un peu interdit mais très vite, Droogz Brigade arrive à briser la glace et mettre en place un set plutôt bien nerveux en alternant les chants entre Rhama Le Singe, Al Tarba, Sad Vicious et le costaud Staff l’Instable. Le hip hop des Droogz est redoutable d’efficacité et rappelle pêle-mêle les darons de Sniper, Assassin, Triptik, Les Svinkels, L’Armée des 12, etc. Qui plus est, les beats et les textes sont plutôt rentre-dedans et donne à l’ensemble pas mal d’épaisseur. On sent que les gars de Droogz Brigade ont pas mal d’expérience de la scène et que le set est bien rôdé.
 

Droogz Brigade


Ainsi, les festivaliers se laissent prendre au jeu de ces rappeurs et se pressent vite sur le devant des barrières pour bouger comme un seul homme, notamment sur l’excellent « Pogote Avec Ton Nodz » qui a un côté punk pas piqué des vers !

Au final, Droogz Brigade a su faire adhérer un public pas du tout acquis d’avance à sa cause grâce à une excellente prestation scénique et des morceaux accrocheurs avec des textes finement écrits. Mine de rien, le groupe a su s’imposer de lui-même à la force du poignet et mettre tout le monde d’accord. Le combat n’était pas gagné d’avance, mais les Droogyz ont su remporter une belle victoire auprès d’une foule vite conquise. Voilà une excellente découverte !

Setlist Doogz Brigade
Molodoï Gloupides
Fils De Paradis
The Sadists
Pogote Avec Ton Nodz
Retour A L’Age De Pierre
Baphomet
Do It

 

POGO CAR CRASH CONTROL
 


Habitué des programmations de Pollux Asso depuis quelques temps, Pogo Car Crash Control a de fait répondu présent à cette nouvelle édition de l’Xtreme Fest (le groupe était aussi à l’affiche en 2018) pour distiller son rock, metal, grunge inclassable et si singulier. Comme à son habitude, le groupe n’est pas là pour faire dans la dentelle et délivre d’entrée de jeu une musique énervée, déstructurée et hautement incisive qui ne laisse pas indifférent. Alternant passages nerveux et parties lourdes comme une chape de plomb, Pogo Car Crash Control prend le public à la gorge pour ne plus le lâcher (« L’Odeur De La Mort », « Pourquoi Tu Pleures », « Le Ciel Est Couvert », …). Il faut dire que le chant en français d’Olivier est marquant au travers de textes sombres et sarcastiques (« Déprime Hostile », « Tête Blême », …). Musicalement, P3C est bluffant tant les compositions partent dans tous les sens… tout en restant parfaitement cohérentes ! (« Miroir »). La section rythmique tenue par Louis (batterie) et Lola (basse) n’est jamais prise en défaut et permet aux guitares de Simon et d’Olivier de délivrer des riffs bien sentis aux intonations tordues (« L’Égo Dans Les Chiottes », « Seul À Tomber », …).
 


Comme de bien entendu, le public de l’Xtreme Fest est aux anges devant cette déferlante sonore finement canalisée et cette énergie non feinte. Le pit est en feu et on ne compte plus les slams et les pogos dans La Maison de la Musique à la plus grande joie du quatuor. Il n’aura pas fallu une heure pour que la formation marque les esprits et pose les jalons de ce que sera la reste de la soirée placée sous le rock furieux…

Et voilà, Pogo Car Crash Control vient de frapper un nouveau grand coup et force est de constater que le groupe semble gagner en maturité au fil des années tant les morceaux sont maintenant bien homogènes. Vivement que la formation sorte un successeur à Tête Blème, histoire qu’on puisse revoir encore une fois les P3C nous faire saigner les oreilles en live !

Setlist Pogo Car Crash Control
Intro Halloween Theme
L’Odeur De La Mort
Déprime Hostile
Seul À Tomber
Pourquoi Tu Pleures
Le Ciel Est Couvert
L’Histoire Se Répète
Miroir
Paroles / M’assomment
L’Intérieur De Ton Corps
Qu’Est-Ce Qui Va pas ?
Tête Blême
Crève
L’Égo Dans Les Chiottes
Trop Défoncé
Conseil

 

NO ONE IS INNOCENT
 


Les patrons sont de retour ! Fort d’une actualité chargé avec la future sortie de son dixième album intitulé Ennemis le premier octobre via Verycords, No One Is Innocent (re)commence à s’échauffer pour une future série de concerts afin de préparer l’arrivée imminente de son nouvel effort. Et comme on pouvait s’y attendre, dès leur entrée sur les planches, Kemar et sa bande vont envoyer du bois d’entrée de jeu avec un gros « Doberman » enchainé avec le terrible « Silencio ». En l’espace de seulement deux morceaux, le groupe vient de mettre tout le monde d’accord et s’est mis le public de l’Xtreme Fest dans la poche ! On sent que le groupe est content de fouler de nouveau la scène et la fougue des No One fait tache d’huile dans un pit déjà gonflé à bloc. En effet, les festivaliers ne se font pas prier pour reprendre à gorge déployée les refrains de « La Caste », « Djihad Propaganda » et bien entendu le classique « La Peau » pour lequel le public sautera comme un seul homme ! Bref, ce soir Kemar et compagnie sont en en grande forme et ne comptent pas baisser le rythme d’un iota. La machine est bien huilée et ne laisse pas de répit au public qui en prend plein les esgourdes pour son plus grand bonheur (« À La Gloire Du Marché », « Nomenklatura », …)
 

No One Is Innocent


Petite cerise sur le gâteau, No One Is Innocent nous gratifie de son nouveau single « Forces Du Désordre » (issu du nouvel album) qui passe plutôt bien l’épreuve du live avec un son qui n’est pas sans rappeler Prophets of Rage. Le groupe boucle d’ailleurs la boucle avec « Bullet in Your Head », une reprise de Rage Against The Machine avant de terminer sur le triptyque « Charlie », « Chile » et « What The F*** » qui finira de mettre à genoux le public de La Maison de la Musique. Ouch ! Quelle gifle !

No One Is Innocent a encore prouvé ce soir qu’il était une redoutable machine de guerre sur les planches et que ce bon vieux Kemar avait encore la grosse patate malgré toutes ces années à arpenter les scènes de France et de Navarre. Ce petit galop d’échauffement avant la sortie d’Ennemis au mois d’octobre a de quoi rassurer le groupe (s’il en était encore besoin) : le public sera sans aucun doute au rendez-vous pour la sortie ce nouveau disque et sur la future tournée qui suivra. Vivement la suite !

Setlits No One Is Innocent
Intro
Doberman
Silencio
Nomenklatura
La Caste
Forces Du Désordre
Djihad Propaganda
La Peau
Solo
À La Gloire Du Marché
Bullet In The Head
Charlie
Chile
What The F***

 

TAGADA JONES
 


Voilà que l’heure de clore cette nouvelle édition de l’Xtreme Fest approche. C’est donc à Tagada Jones que revient la lourde charge de mettre fin aux hostilités. Et peu après l’énorme prestation de No One Is Innocent, on se dit que ça va être difficile pour les Rennais de jouer suite à une telle déferlante d’énergie. Pourtant, Niko Jones et sa bande comptent se lancer à corps perdus dans la bataille, histoire de terminer en beauté ces trois jours intenses. Qui plus est, le groupe a décidé de sortir l’artillerie lourde avec des effets pyrotechniques et un jeu de scène bien pensé. Ainsi, Tagada Jones va surtout mettre à l’honneur les morceaux de ses trois derniers albums (À Feu Et À Sang, La Peste Et Le Choléra, Dissident) avec des titres imparables comme « Nous Avons La Rage », « Le Dernier Baril », « Elle Ne Voulait Pas », « Je Suis Démocratie », « Vendredi 13 », « De L’Amour Et Du Sang », etc. pour fédérer le public autour de lui. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ça marche plutôt bien vu que le pit ne tarde pas à bouger dans tous les sens. Il faut dire que sur scène, le groupe se donne à fond et délivre une solide prestation notamment avec des compositions plus anciennes comme « Combien De Temps », « Le Feu Aux Poudres » et le costaud « Cargo » qui font leur petit effet. Niko Jones et sa bande semblent bien en forme ce soir et visiblement contents de pouvoir reprendre pour de bon le chemin de la scène. Pour le public, se retrouver en live après presque deux ans de disette, c’est un défouloir !
 

Tagada Jones


Et même si les Rennais semblent parfois un peu en pilotage automatique sur certains titres (« À Feu Et À Sang », « Les 4 Éléments », …) le machine tourne à plein régime et la formation a enfin trouvé la formule qui lui convient depuis quelques années maintenant : le son est bon, la musique incisive et le public répond présent. What else ?

En définitive, malgré une setlist plutôt convenue (mais ô combien redoutable), Tagada Jones a su tenir son rang et faire bouger un public tout acquis à sa cause. Le groupe a réussi une superbe prestation plutôt incisive à grands renforts de riffs assassins et de rythmiques énervées, comme à son habitude.

Setlist Tagada Jones
À Feu Et À Sang
Nous Avons la Rage
Je Suis Démocratie
De l’Amour Et Du Sang
Combien De Temps
Le Dernier Baril
Les 4 Éléments
Plus De Son, Plus D’Image
La Peste Et le Cholera
Nation To Nation
De Rires & De Larmes
Vendredi 13
Elle Ne Voulait Pas
Cargo
Le Feu Aux Poudres
Mort Aux Cons

Et voilà, c’est maintenant l’heure de quitter l’enceinte de Cap Découverte et de refermer la parenthèse enchantée de ces trois petits jours qui nous ont faire revivre la musique, comme on l’aime. Malgré les coups durs de la crise sanitaire, toute l’équipe de l’Xtreme Fest a réussi à mettre en place ce festival un peu particulier en faisant face en permanence aux réalités du terrain et ce, à la plus grande joie du public. Qui plus est, visiblement conscientes du travail que le monde de la musique doit encore accomplir pour lutter contre toutes les formes de violences, les équipes ont mis en place pas mal de choses positives qui peuvent être bien sûr améliorées, mais qui vont toutes dans le bon sens. En effet, il est à noter que l’association a fait des démarches de formation sur le réseau Octopus depuis 2016, qu’elle se forme depuis 2018 avec des structures professionnelles et qu’une salariée de l’asso travaille sur ces sujets-là. À ce titre, il est indéniable que Pollux Asso a beaucoup avancé depuis quelques temps.

Un grand merci à toute l’équipe de l’Xtreme Fest, Pollux Asso, à tous les bénévoles et professionnels qui ont su faire vivre cet évènement ainsi qu’à Vincent et David pour tout ce travail accompli.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements