Sortilège – Phoenix

On avait cru à un retour triomphant. On avait cru que les dates de 2019 avaient définitivement soudé Sortilège. Le KEEP IT TRUE, le come back de Bob Snake à la batterie. Les concerts, les interviews, les annonces… Et puis, après 1992 vint 2020. Le Covid certes, mais au niveau du quintet surtout, une scission entre d’un côté les frères Dumont et Didier Demajean, de l’autre Christian « Zouille » Augustin, Daniel Lapp et Bruno Ramos, présent depuis le retour du groupe et le tribute au Fall Of Summer 2015. Et c’est donc ces derniers qui dégainent les premiers, sous la désignation originelle, pour un nouveau disque, best of réenregistré agrémenté de deux morceaux inédits, au titre plus qu’évocateur et représentatif de Sortilège, Phoenix.

On ne va pas parler cent-sept ans de la séparation, ni même rentrer dans les noms qu’auraient pu créer ce schisme tel que Sortilège A.D ou encore Sortilège de Feu. Nous nous retrouvons sur Phoenix avec Zouille pour unique membre, et seul gardien du temple, de la formation originale. Pour l’accompagner, Brunos Ramos est de la partie comme dit plus haut, escorté de Olivier Spitzer à la deuxième guitare – qui avait déjà joué avec le chanteur sur le disque Zouille & Hantson. Pour compléter le groupe, Clément Rouxel et Sébastien Bonnet, tous deux ex-Zuul FX, apportent une touche de jeunesse aux vieux briscards que sont les trois autres musiciens.

Tous ces mots, toute cette chronique, simplement pour un best of ? Et bien pas vraiment – pour le côté best of bien sûr, les mots vous y aurez droit hein -. Déjà parce que comme le nom de l’album l’indique, Sortilège a vécu plusieurs vies, et qu’à l’aune de la nouvelle, quoi de mieux que de jeter un œil dans le rétro ? Trois morceaux de l’EP éponyme, quatre de Métamorphose, cinq de Larmes de Héros, plus deux inédits, voilà le disque prêt à être lancé.

Et comme sur la première galette du groupe, c’est « D’ailleurs » qui déclenche les hostilités à toute vitesse. La production a complètement été renouvelée pour coller à la fois à la nouvelle tessiture de Zouille, qui n’a plus vingt ans, et pour apporter un peu de modernité. Le résultat est au-delà des attentes. Certains fans pourront probablement être rebutés par ces changements, mais ceux-ci sont parfaitement réfléchis. En sonnant de manière plus grasse et bluesy, Sortilège gagne en profondeur et permet de mettre en avant l’autre registre de son chanteur.

Car plus encore que les – excellentes – compositions choisies, le charismatique vocaliste est le plus grand intérêt de Phoenix. Assez loin des envolées aigües d’albums d’il y a 35 ans qui ont fait sa légende, Christian Augustin contrôle et module bien mieux ses parties. Tant et si bien que, quand les hurlements déboulent comme sur le final de « Délires d’un fou », c’est pour davantage impacter l’auditeur. Très clairement, les deux guitaristes ont complètement réfléchi à la meilleure manière de remettre à jour les compositions sans pour autant les dénaturer.

Il n’y a qu’à écouter « Gladiateur », « Quand un aveugle rêve » ou encore « Chasse le dragon » pour se rendre compte que les évolutions ne sont pas que dans le line-up. Néanmoins, au milieu de ces reprises, deux nouveaux morceaux se glissent. « Phoenix » et « Toujours plus haut » ne sont pas les chansons les plus rapides de l’album, mais possèdent tous les éléments du Sortilège classique. Des paroles en français pleines de métaphores mythologiques ? Check. Des riffs mid tempos et des refrains qui restent dans la tête ? Check aussi. Et que dire des solos de Bruno Ramos dont l’amour du groupe transpire à travers son jeu, qui parvient à faire oublier Stéphane Dumont.

Au final, passé la déception de ne pas avoir un nouvel album intégral, Phoenix est un excellent disque. On ne peut pas dire que les réenregistrements surpassent les chansons originales. Mais on ne peut pas dire non plus que ceux-ci font pâle figure, bien au contraire. Parfaite réhabilitation au goût du jour d’une formation légendaire, mais aussi superbe porte d’entrée au heavy de Sortilège, le best of, plus qu’une renaissance, est un pont. Un pont entre les générations, toujours en construction, dont la route toute tracée devrait si tout va bien accoucher d’un nouvel album en 2022. Et vu la qualité de cette galette, l’impatience est de mise !

Sortilège Phoenix : Sortie le 28 août 2021 chez Verycords

Playlist :
1. D’ailleurs
2. Progéniture destructrice
3. Délire d’un fou
4. Messager
5. Phoenix
6. Majesté
7. Mourir pour une princesse
8. Civilisations perdues
9. Gladiateur
10. Quand un aveugle rêve 
11. Toujours plus haut
12. Marchand d’hommes
13. Chasse le dragon
14. Sortilège

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements