Serj Tankian au Zénith de Paris (19.10.2012)

Serj Tankian s’envole au Zénith

 

Après un retour en fanfare au sein de son groupe System Of A Down, Serj Tankian revient à ses amours solos et se retrouve au Zénith de Paris dans son ascension perpétuelle. Il y donnera un concert plein d’émotions et de surprises. Pour l’accompagner, ses protégés de Viza, qui l’avaient déjà accompagné en 2010 et The Hollywood Arson Project, une fusion entre les membres de son groupe et un guitariste de Viza.

The Hollywood Arson Project
 

La soirée est ouverte par un groupe inconnu, pourtant formé par des membres bien connus des fans de Serj Tankian. En effet, trois musiciens du FCC (Flying Cunts of Chaos), le groupe du charismatique chanteur, sont présents : Jeff Mallow à la guitare et au chant, Mario Pagliarulo à la basse et Troy Zeigler à la batterie. A la seconde guitare on retrouve Orbel Babayan, guitariste de Viza.

Ce line-up vient donc, pendant une demi-heure, présenter des compos à tendance lente, entre le rock et le metal, dans un style relativement proche de Deftones. Si la voix de Jeff Mallow se prêteau jeu et que les musiciens sont appliqués, l’ensemble a du mal à prendre et le public a du mal à réagir face au manque d’activité des membres sur scène.

Petite curiosité, le frontman du groupe n’est pas le chanteur, mais le batteur, Troy, qui présente le groupe entre les chansons, et fait part de diverses blagues, comme le fait que The Hollywood Arson Project mette en vente les « T-shirts les plus sexys du merch ». Un moyen comme un autre de faire sa propre publicité.

Si les membres sont talentueux et semblent bien s’entendre entre eux, leurs compositions n’auront pas convaincu grand-monde au Zénith de Paris, l’ensemble du public est resté statique, contrairement à ce qui va suivre.

Viza
 

Il est temps de changer de plateau et de remonter sur scène pour Orbel Babayan, qui rejoint ses six autres joyeux compagnons de Viza sur scène pour jouer un set de 45 minutes, au cours duquel ils présenteront leurs compos originales, entre rock, metal, musique orientale et musique balkanique. Les fans présents au Bataclan en 2010 sont déjà familiers du groupe, qui avait aussi assuré la première partie à cette époque.

L’amitié qu’entretient le groupe avec Serj Tankian est donc bien réelle, la preuve avec le titre « Viktor », sur lequel le chanteur, déjà présent sur la version studio, viendra pousser la chansonnette, devant les acclamations des fans. L’ambiance sur scène est au beau fixe, avec un Serj mobile qui va s’amuser avec chaque musicien de Viza.

Knoup Viza

Une ambiance qui restera ainsi tout le long du set. Les membres très mobiles prennent leur pied, échangent sourires et grimaces entre eux et avec les spectateurs et ne lâchent pas le public d’une semelle. Le frontman, Knoup, se montre très à l’aise avec le public et n’hésite pas à le prendre à partie entre les chansons, notamment avant la reprise d' »Alabama Song (Whiskey Bar) », avant laquelle il demandera avec humour à ceux qui ne connaissent pas le titre de sortir de la salle.

Côté setlist, le groupe met clairement l’accent sur son troisième album, Made In Chernobyl, avec pas moins de six compositions aussi délirantes qu’accrocheuses, comme l’enjouée « My Mona Lisa », l’inquiétante « Fork In The Road » ou encore la mélodique « It’s All Wrong ». Le dernier album en date, Carnivalia, est représenté par quatre morceaux, dont le single « Carnivalia », qui ferme le set.

Devant un public conquis, Viza a pu présenter ses compositions au style unique dans la joie et la bonne humeur, en gagnant probablement de nouveaux fans au passage, comme cela avait été le cas au Bataclan deux ans plus tôt.

Viza

Setlist  :

Trans-Siberian Standoff
It’s All Wrong
Viktor
Viktor’s Sister
Breakout the Violins
Alabama Song (Whisky Bar) (reprise de Kurt Weill)
A Magic Ladder
In Coins
My Mona Lisa
Napoleon Complex
Fork in the Road
Carnivalia

SERJ TANKIAN
 

Il est temps maintenant pour la tête d’affiche tant attendue d’entrer en scène. Sans crier gare, les lumières s’éteignent et le groupe entamme le premier extrait diffusé de Harakiri, « Figure It Out », qui fait remuer d’emblée la fosse du Zénith, relativement remplie ce soir (3500 places s’étaient écoulées en prévente).

Serj Tankian

En forme, le chanteur sautille et se dandine au rythme des tempos donnés par les Flying Cunts of Chaos. Cette fois, plus de costumes comme à l’époque d’Elect The Dead, les musiciens et le leader sont habillés sur scène comme en ville, ce qui ne les empêche pas de donner un concert du tonnerre, aidé par un lightshow soigné, qui présente une ambiance pertinente pour chaque titre joué.

Concernant la setlist, l’album le plus en avant reste le premier, Elect The Dead, avec pas moins de 11 titres joués, dont le tube « Empty Walls », l’enlevé « Beethoven’s Cunt » ou encore l’épique « Sky Is Over » et « Honking Antelope ». De l’album Harakiri sont joués sept titres, qui se fondent parfaitement dans le set, avec notamment « Ching Chime », sur laquelle Andrew Kzirian de Viza vient jouer du Oud. Le grand perdant de la setlist est le controversé Imperfect Harmonies, représenté par « Gate 21 », jouée en rappel, pendant laquelle Serj Tankian sera seul avec son piano sur scène à dégager de fortes émotions.

Serj

Si la teneur de la setlist est relativement attendue, des surprises sont tout de même au rendez-vous. La balalde inquiétante « Elect The Dead » se retrouve transfigurée, avec une intro allongée et un réarrangement pour tout le groupe, qui change des concerts de la tournée de 2007, pendant lesquels la chanson était jouée au piano par Serj seul sur scène. Mais une surprise encore plus importante ferme le show : « Aerials ». En effet, Serj reprend ce tube de System Of A Down en fin de concert, en s’amusant à la présenter comme « une nouvelle chanson écrite pendant la tournée ».

Bien en voix, le chanteur retransmet parfaitement sur scène les émotions de chaque chanson, avec sa voix teintée d’influences orientales, qui montre sensibilité et conviction. Toujours ouvertement engagé, le chanteur affirme ses opinions en critiquant l’administration de George W. Bush avant « The Unthinking Majority » ou en parlant du destin de l’humanité avant « Sky Is Over ».

Le public se montre acquis à sa cause et n’a de cesse d’acclamer le frontman dont la popularité ne fait qu’augmenter. Ce dernier n’hésite pas à faire participer l’assistance, notamment avant « Praise the Lord and Pass the Ammunition », où il divise la foule en deux, pour qu’une partie crie « Praise The Lord » et l’autre « Pass The Ammunition ».

Toujours aussi chaleureux et charismatique, Serj Tankian montre qu’il est toujours aussi à l’aise sur scène, après deux tournées en solo européennes couronnées de succès et un come-back réussi avec son célèbre groupe, System Of A Down, qui l’avait fait revenir à ses premières amours. Un concert réussi, qui met en valeur une facette metal bien appréciable du chanteur.

Serj

Setlist :

Figure It Out
Cornucopia
Feed Us
Sky Is Over
Baby
Butterfly
Harakiri
Elect the Dead
Occupied Tears
The Unthinking Majority
Honking Antelope
Ching Chime
Lie Lie Lie
Praise the Lord and Pass the Ammunition
Saving Us
Beethoven’s Cunt
Empty Walls

Rappel :

Gate 21
Uneducated Democracy
Aerials (reprise de System Of A Down)

Photos prises par Nidhal Marzouk :
http://www.yog-photography.com

Photos : © 2012 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements