Live Report du Vibes In Paris Festival du 20 11 05

Dimanche 20 Novembre, 15h30, j’ai rendez vous chez Daddyshaved pour lui montrer comment mettre à  jour ses news sur le nouveau site de la grosse avant de nous rendre ensemble à  La Loco pour assister à  la première édition du festival « Vibes in Paris »…

Alors pour ceux qui ne connaissent pas Daddyshaved (et vous etes nombreux dans ce cas héhé), il faut savoir que ce mec est toujours à  la bourre !Et là  en l’occurence, il tenait absolument à  aller à  la Loco avec sa Twingo pour pouvoir lui mettre un coup de sans plomb pour que Mme Shaved puisse aller directement taffer avec le lendemain sans passer par la case Total.Seulement voilà , Mme Shaved a embarqué les clés de la twingo avec elle et ce pauvre Daddy n’arrive pas à  mettre la main sur le double des clés.

Après avoir passé vainement une bonne demi heure à  retourner la baraque pour trouver ses clés, il se résout la mort dans l’âme à  ce que nous allions à  la Loco en Toyota, seulement voilà , avec tout ça on est bien à  la bourre et le Parking sur Paname étant ce qu’il est, c’est à  une vingtaine de minutes de marchequ’on trouve enfin une place.

Voilà  qui explique pourquoi nous ne sommes arrivés à  destination qu’à  la fin du set de Jadallys, un set que j’aurais vraiment aimé voir dans son intégralité car d’après les 10 dernières minutes que j’ai pû entendre, ils avaient l’air en forme, Cel était bien en voix, se donnant à  fond avec une belle présence sur scène comme en témoignait son essoufflement à  la fin du concert !

Bref On a raté Jadallys quoi !

On retrouve dans la cohue de la loco déjà  bien remplie notre pote Essem qui nous livre ses impressions sur le concert donné la veille avec dornfall du côté de Pontivy dans le Morbihan, on fait la connaissance de Claude de Brennus, de Jeep, le tour manager de Nightmare, lorsque résonnent les premières notes du set de Magica

Et là  je dois dire que je suis assez déçu, ça envoie fort mais tout au long du set, cette bonne énergie est gachée par une mise en place laissant vraiment à  désirer, les moments de flottements sont très nombreux, et puis surtout j’ai été très déçu par le chant plus qu’approximatif d’Ana Mladinovici (mais il paraitrait qu’elle etait un peu souffrante ce soir là …)Mais dans l’ensemble il passe ce set à  l’energie, le public est ravi et le groupe tout sourire semble etre au anges, vraiment heureux d’avoir reçu un accueil aussi chaleureux de la part du public parisien.

C’est au tour de Malédiction d’investir les lieux.

Je ne connaissais que de nom ce Quatuor de Laon et ce set m’a purement et simplement bluffé !Du Heavy pur jus qui envoie de chez envoie, des soli de guitares qui se répondent à  la pelle, une section rythmique Basse/Batterie irréprochable, des compos ultras efficaces, un plaisir evident pour les 4 zigs de se retrouvé face à  un public qui en redemande et un chant qui, si il ne fait pas l’unanimité (c’est vrai que si on devait trouver un point faible à  Malediction, ce serait son chant), ne m’a personnellement pas plus dérangé que ça .Bref une sacrée bonne formation qui m’a fait penser aux grandes heures du metal hexagonale des 80’s à  mi chemin entre Sortilège et ADX, une comparaison des plus flatteuses mais c’est qu’ils le méritent les bougres

c’est à  present un OVNI qui va débarquer sur la scène de la Loco et franchement, pas facile pour un groupe comme Dornfall d’enchainer derrière un Malédiction tout en précèdant Nightmare!

Leur Dark metal progressif laisse le public (essentiellement venu pour du heavy) interloqué et en regardant un peu autour de moi , je constate que le public est attentif et qu’il semble emporté dans l’univers Dornfallien car qu’on se le dise il se passe toujours quelques chose quand Dornfall assène ses titres en live.Là  c’est sûr, ils ne mettent pas le feu à  la Loco, mais ce n’est pas non plus le but qu’ils recherchent!Le chant d’Essem est imperial à  l’ exception de quelques passages où il manque un peu de puissances en fin de phrase, son charisme est inversement proportionnel à  son gabarit ( lol ) et si le public est entré dans le délire de Dornfall il y est pour beaucoup !Comme à  l’accoutumée les parties batterie de Flo sont une veritable autoroute et c’est un peu dommage que la basse de Christo ait été autant en retrait car le Basse/Batterie de Dornfall c’est quelque chose en particulier sur les nouveaux titres qui figureront sur leur Deuxième album.Bref le public aurait pu déserté la fosse parce que Dornfall ne verse pas dans le Heavy classique, il ne l’a pas fait, il s’est laissé emporté dans le monde mystique de Dornfall donc Mission Accomplie !!!

Essem

Christo

Fred

Flo

Attention attention, avis de tempête sur le Loco Nightmare est annoncé !

Que dire?Que dire sinon que le groupe d’ Yves Campion et Jo Amore a mis un claque à  tout le monde !!!!Public conquis dès les premières mesures, un plaisir non dissimulé pour les 5 zicos à  être sur scène après pourtant 20 piges à  les arpenter, on assiste à  une vraie fête, je manque de superlatif pour qualifié le chant de Jo tellement celui ci est parfait, Jo et Yves semblent être partout à  la fois à  droite, à  gauche, au milieu, la part belle est faite aux titres du recent et magnifique album « the dominion gate » dont l’artwork est d’ailleurs repris sur scène mais ils n’oublient pas pour autant les standards antérieurs et en particulier l’excellent « cosmovisions »!Le public reprend tous les refrains en choeurs et comme pour le remercier d’avoir bien chanter, Nightmare termine son set avec une reprise sur laquelle le public va pouvoir donner de la voix, « Hallowed be thy name » d’ Iron Maiden !Magique, tout simplement magique !!

Yves Campion

Nightmare in your face

Après un tel set la pression est sur les épaules de la tête d’affiche, After Forever

Pour ma part je ne suis pas un inconditionnel des groupes à  chanteuses, j’avais un certain a priori je le confesse et j’emettais de serieuses reserves quant à  la capacité d’un groupe très sophistiqué comme After Forever d’assurer en live.

Et bien mes doutes ont volé en éclat !Le son était puissant et limpide, le chant de Floor Jansen majestueux, magistral, maitrisé de A à  Z, elle est divine, souriante, précise, whouahouuuuuuu trop belle, elle chante avec une facilité déconcertante, chope des notes improbables et alterne chant lyrique et chant plus rock, passant de l’un à  l’autre comme on passe du salon à  la salle à  manger !Les autres membres du groupe ne sont pas en reste, tous aussi précis que leur chanteuse, Sander Gommans envoi ses riffs tel un fusil mitrailleur tout en maitrisant parfaitement son chant agressif, et puis une mention spéciale pour leur tout nouveau claviéristede 23 ans Joost Van Der Broek qui s’éclate comme un petit fou nous gratifiant même d’un solo fort sympathique !Un vrai spectacle donc avec un public chaud chaud chaud qui s’appaise le temps un titre accoustique « taste the day », un titre en formation reduite, Piano, Violoncelle et Voix de toute beauté, avec en invité une jolie violoncelliste dont Floor donna le nom mais je ne l’ai pas retenu !!Bref moi qui était septique, je me retrouve conquis d’autant que pour clore cette belle soirée, les hollandais vont plier la Loco en deux en interpretant une reprise des plus fidèles du « Final countdown » de Europe, les zicos sont hilards, le public à  la banane et il peut avoir le sourire le public, car ce Vibes in Paris Fest fut une véritable réussite, un gros coup de chapeau à  ELIANOR pour cette excellente organisation, tout s’est parfaitement enchainé, BRAVO BRAVO BRAVO !!!!



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements