The Old Dead Tree + Leaves’ Eyes + Magica + Jadallys à  la Loco (07.05.2006)

f

Ce dimanche 7 mai, j'avais rendez-vous à 14H30 à la loco pour prêter mon ampli. C'est qu'il aura vécu ce bon JCM 900, quand on sait qu'il a appartenu initialement au guitariste du plus culte des groupes de death français, MUTILATED. Mais ce jour là, c'était bien pour JADALLYS et MAGICA que je le trimbalais. J'arrive finalement à 14H32 sur place, et je passe un coup de fil pour prévenir que je suis devant la salle. J'ai à peine eu le temps de sortir de la voiture et d'ouvrir le coffre, que deux back liners du staff d'Elianor rappliquent et embarquent l'enceinte. Quelle efficacité les amis !

Outre JADALLYS et MAGICA qui ouvrent les hostilités, LEAVES' EYES et THE OLD DEAD TREE sont à l'affiche, et autant vous dire que si je ne connais pas LEAVES EYES, j'attends de voir TODT avec impatience.A l'intérieur, l'ambiance est sereine et détendue. Malgré un peu de retard, les balances se déroulent bien et les équipes installent les stands. Tout se passe à merveille, les groupes sont tous très sympas, pas prise de gueule, et les organisateurs attendent un public nombreux.En effet, une demi-heure après l'ouverture des portes, la salle est déjà quasiment pleine et prête à accueillir le premier groupe de la soirée.

Les plus fidèles d'entre vous connaissent déjà JADALLYS puisque nous les avions reçu en direct dans la housse à gratte, c'était le 8 novembre 2005, quelques jours avant le vibes in Paris où ils avaient déjà foulé les planches de la Loco. Ce n'est plus un scoop depuis pas mal de temps maintenant, mais c'est avec un nouveau batteur qui répond au nom de Tibo, que nous les avons retrouvé cette fois-ci. Batteur, que dis-je ? Résonances & pulsations !Tino comme à l'accoutumée est resté très discret dans son long manteau noir, Ded au contraire a bien occupé la scène, allant jusqu'à haranguer le public visiblement très chaud. Quant à Selene, elle est arrivée dans une tenue très sexy mais sportive à la fois, et s'est montrée très à l'aise tout le long du show.Musicalement toujours aussi inclassables (du rock féerique entre metal et gothique), ils nous ont offert une belle prestation malgré quelques passages flottants et quelques petites imprécisions. A leur décharge il faut rappeler que Tibo a rejoint le groupe depuis moins de deux mois, et se retrouver aussi vite devant une loco pleine de monde n'a pas dû être évident à gérer. D'où sûrement les quelques signes de fébrilité que le groupe a su nous faire oublier par sa magie incomparable.

Après une très courte pause, c'était au tour de MAGICA d'occuper la scène de la Loco. Comme pour JADALLYS, le line-up a évolué depuis la dernière fois puisqu'un nouveau guitariste est venu renforcer les rythmiques du groupe. Le son général s'en trouve grossi, mais j'aurais tendance à dire que c'est au détriment de la précision et de la clarté de la musique. Surtout en ce qui concerne les solos de Bogdan qui du coup se trouvent un peu noyés dans l'ensemble. Pour le reste, je les ai retrouvé beaucoup plus sur d'eux que le 20 novembre dernier. Ana tout particulièrement à merveilleusement bien chanté, le basse bat était solide, et les solistes (tant Bogdan que 6fingers le claviériste qui une fois de plus n'a pas usurpé son surnom), ont brillé par leur virtuosité.Un set qui au final nous a paru court, et le publique très enthousiaste en redemandait. Ce fut en effet un très bon accueil qui fut fait aux six roumains, ravis de pouvoir s'exprimer dans de telles conditions.

Que dire de LEAVES' EYES si ce n'est que je n'ai pas aimé du tout ? Les zicos derrière assurent comme il faut et sont visiblement très professionnels, mais bordel, qu'est ce qu'ils doivent se faire chier quand même ! Pour tout dire, j'ai eu l'impression d'une sorte de nappe continue du début à la fin du show. Aucun relief mis à part la ballade règlementaire, et des instruments qui ne se détachaient pas les uns des autres. J'ai compris la raison de cela quand j'ai appris que le groupe joue en direct dans la sono sans passer par des amplis, sans compter que le batteur tape sur une batterie électronique. Pas très rock n' roll l'affaire.La musique donc est au rabais, genre mauvaise variété, et cela sûrement dans le but de mettre en avant le chant de la fameuse Liv Kristine. En effet LEAVES' EYES semble être en définitive une projet construit autour d'elle et d'Alexander Kull son mari. Ils sont centraux, elle vêtue comme une princesse d'un conte des frères grimm, et lui (le géant avec de longs cheveux qui lui tombent largement au dessous des fesses), qui semble n'être là que pour ajouter un peu de couilles et éventuellement pour parler au public entre les morceaux. Vraiment je n'ai rien contre eux, mais comment dire ? Honnêtement le chant de Liv Kristine n'était pas toujours très juste, et le pompon, ce fut quand entre deux morceaux, Alexander fit référence au football pour réveiller les pulsions de supporters du public. Que vient faire Zidane dans un concert metal ? C'est là que j'ai compris ! Voilà un groupe qui fait de la musique comme certains font du football. C'est très pro, c'est léché visuellement, impeccable techniquement parlant, mais le mot ART, il est resté au vestiaire !Enfin, le publique de la Loco me contredira certainement car ce fut une ovation pour le groupe, qui eut même le droit à un rappel.

La suite heureusement allait être à la hauteur de mes espérances. Après un longue attente et de multiples va et vient derrière les rideaux tirés sur la scène, les lumières s'éteignirent et le public, décidément très en forme, commença à se manifester bruyamment. Pour moi, ce soir là, THE OLD DEAD TREE fut un peu l'anti-thèse de LEAVES' EYES.Je le dis tout de suite pour ne faire par la suite que des éloges, Nicolas, Foued, Manuel et Vincent sont visiblement de vrais autodidactes. Le groupe joue bien, mais après LEAVES' EYES, on sent bien qu'il n'y a pas le même niveau instrumental. Par contre voilà un groupe réellement inspiré. Des mélodies somptueuses, des structures compliquées, construites à partir de plans mis les uns à la suite des autres, mais où chaque nouveau passage est aussi percutant que le précédant, et un chant tout aussi convainquant en voix clair qu'en voix death. Vraiment, ils ont sut intelligemment tirer partie de l'héritage death metal quand aux structures, ils ont comprit toute la force mélodique des premiers Paradise lost (là où ces derniers ont eux même perdu cet aspect majeur de leur musique qui avait pourtant fait leur renommée), et pourtant ils distillent une musique très accessible, qui flirt parfois avec la pop sans en prendre le coté gnangnan.Scéniquement c'est en place, quoi que parfois un peu brouillon, mais on leur pardonne aisément vu la richesse et la générosité de leur musique. Devant leur public, à Paris, TODT nous ont offert un très beau spectacle tout en émotion et en sincérité. Et puis Manu a fini par cracher le morceau en annonçant que Nico avait pris la décision de quitter le groupe, info que ce dernier confirma quelques minutes plus tard. Assurément un grand monsieur que ce Nicolas Chevrollier, qui fait preuve là d'un total désintéressement pour ce qui n'est pas que purement musical, en quittant le groupe alors que celui-ci commence à connaître un succès grandissant. C'est une perte énorme pour TODT, car il apportait cette touche mélodique qui avec le chant de Manu, donnait au groupe son géni.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements