Chinese Man, Scratch Bandits Crew et Baja Frequencia à Besançon (22.04.2022)

Sans cesse repoussée en raison de la pandémie, la tournée des Groove Sessions 5 avait enfin pu débuter en mars. Le 22 avril, c’est donc La Rodia de Besançon qui accueillait Chinese Man, Baja Frequencia et Scratch Bandits Crew pour un show épique. La Grosse Radio y était et vous raconte (presque) tout.

RHINO

Mais avant l’entrée en scène des trois formations, glissons quelques mots à propos de Rhino. Le beatmaker d’ASM (A State Of Mind) assurait en effet la première partie de la soirée dans une salle déjà comble. Et ce n’est qu’un euphémisme, puisqu’il fallait pouvoir se frayer un passage parmi la foule. Le temps des concerts d’antan est donc bel et bien revenu et on en est plus que satisfait.

Et ce n’est pas peu dire que le public de La Rodia était acquis à la cause de Rhino. Avant de pouvoir applaudir les protagonistes des Groove Sessions, les Bisontins n’ont pas été avares en terme d’énergie déployée. Rhino n’avait donc plus qu’à dérouler son set.

une belle communion entre les artistes et le public, et ce n’était qu’un début

Entouré de tout son attirail de beatmaker (MPC, platines, claviers, pads…), il n’en était pas moins équipé d’instruments plus traditionnels ou cocasses. Ainsi, s’il samplait des lignes de basse pour créer ses morceaux en direct, il établissait le même procédé avec un ukulélé ou…une canette de bière. La magie du live. Une spectatrice est même montée sur scène, à son invitation, pour lui filer un p’tit coup de main à la MPC.

Son acolyte d’ASM, FP, est également venu le rejoindre pendant quelques parties du concert. Le MC, fidèle à son habitude, a fait montre de ses talents vocaux, toastant ou rappant avec son flow grave. Et pendant que Rhino envoyait du KRS-One, du Ray Charles ou du Dr Dre, FP reprenait en chœur les lyrics avec le public. Une belle communion en somme, et ce n’était qu’un début.

CHINESE MAN / SCRATCH BANDITS CREW / BAJA FREQUENCIA

En effet, on n’avait pas encore fini d’en prendre plein les yeux et les esgourdes. Et surtout de voir les groupes avec une grosse envie d’en découdre. C’est justement ce que nous affirmaient High Ku et Supa-Jay récemment en interview avec Bold (voir ici). Chose aisément compréhensible après deux ans de disette en matière de concert.

Et l’on est ainsi immédiatement rentré dans le vif du sujet. Car si on se demandait initialement où se positionneraient les artistes dès notre retour dans la salle après l’entracte (on ne voyait en effet qu’une sorte de « mur » géant), notre interrogation a vite trouvé une réponse. Dès les premières notes du show, le « mur » s’est en effet divisé en six panneaux, chacun cachant l’un des personnages des Groove Sessions.

le décor était posé pour un show épique, qui se déclinait en son & lumières & images

Six, car trois équipes de deux. Deux Scratch Bandits Crew (Supa-Jay et Syr), deux Chinese Man (High Ku et Sly) et deux Baja Frequencia (Azuleski et Goodjiu). Et l’on peut même rajouter une autre équipe de deux, à savoir Youthstar et Miscellaneous en qualité de MCs. Le décor était posé pour un show épique, qui se déclinait en son & lumières & images. Les panneaux reliés entre eux diffusaient en effet d’anciens clips et des vidéos spécifiquement créées pour l’occasion. « Un travail vidéo de fou« , selon les dires même d’High Ku. On ne peut être on ne peut plus d’accord.

Et ça n’allait pas arrêter pendant pratiquement deux heures. Youthstar et Miscellaneous qui couraient dans tous les sens. Un déluge de grosses basses, de rythmes hip-hop, dubstep, jungle et trap, de scratches en veux-tu en voilà et de mélodies qui puisent un peu partout dans le monde. All around the world et global bass. C’est ce qu’on avait d’ailleurs affirmé dans notre chronique de l’album il y a deux ans (voir ici).

le show n’était pas uniquement un copier-coller des Groove Sessions 5

On a ainsi pu bouger sur « No Man », « To The Beat » ou « The Drop » pendant les strictes parties musicales. Et dès lors que Youthstar et Miscellaneous surgissaient, on entendait « Hold Tight » ou « Beast Is Loose ». Le célébrissime « Blah » a également eu droit de cité, puisque le show n’était pas uniquement un copier-coller des Groove Sessions 5.

Plusieurs tracks issus d’anciens projets ont ainsi résonné dans La Rodia à la plus grande joie du public. « Washington Square » ou un « Skank In The Air » façon jungle ont par exemple pu faire mouche parmi l’assistance déchaînée. Youthstar n’a pas son pareil pour faire déplacer la foule de gauche à droite de la fosse, alors que Miscellaneous nous a gratifié de son « Run run run (Scatter) » élaboré avec son compère de Chill Bump, Bankal.

Puis, en guise de clôture, les six DJs/beatmakers ont rejoint leurs potes MCs sur le devant de la scène pour danser et sauter de partout, de même que Rhino et FP qui étaient venus se faufiler. Un final d’anthologie qui résume parfaitement tout ce qu’a été cette soirée : un grand moment de bonheur et de partage.

Oui, il était vraiment temps que cette tournée puisse enfin voir le jour !



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements