Interview Maveriq Mavo – Mntu Wakuthi

Une vingtaine de singles ont été initiés par notre collaboration au projet Official Staff. Véhiculé par ce désir d’unir les forces de chacun, on a pu mettre en place un véritable réseau. Des artistes d’Afrique, de Jamaïque, de France et de Navarre ont participé. Maveriq Mavo, originaire d’afrique du sud a pris connaissance assez tardivement de cette opportunité. Il a vite été emballé et il interprète “Mntu Wakuthi”.

D’abord intrigué par la langue utilisée (l’isiXhosa) puis curieux d’en savoir plus, on a soumis Maveriq à quelques questions. Une bonne occasion d’en apprendre plus sur cet artiste de talent, sa musique, son histoire….

LGR : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Maveriq : Je suis un artiste qui a commencé à composer ses propres chansons dès l'école primaire, jusqu'à ce que je décide de les écrire dans un livre. Elles ont d'abord été écrites dans ma langue maternelle, l'IsiXhosa. J'ai dû me battre pour les traduire en anglais, car j'ai ensuite pensé qu'il était approprié de chanter dans cette langue. Maintenant, j'accepte simplement une chanson comme elle m'est donnée par mes ancêtres et le Très-Haut.

Comment en es tu arrivé à faire de la musique ?

Maveriq : Ma mère m'a demandé ce que j'aimerais faire plus tard, et la réponse a été simple : "Je veux faire de la musique". Elle m'a acheté une guitare acoustique comme cadeau d'anniversaire. De plus, elle a cherché une école de musique et m'a fait inscrire. C'est là que je suis passé de la guitare acoustique à la basse, puis au chant. J'ai joué plusieurs genres musicaux avec différents groupes, pas étonnant que mon premier et mon deuxième album soient un mélange de genres allant de la musique africaine traditionnelle, au jazz et au reggae.

Quels sont les groupes et les artistes qui t’inspirent ?

Maveriq : En tant que joueur d'instruments de musique, je suis parfois inspiré par la façon dont d'autres jouent ou écrivent des chansons (par exemple, Sly et Robbie - reggae, ou Spencer Mbadu - musique contemporaine, et R Kelly). Ayant grandi sous l'apartheid en Afrique du Sud, le reggae s'est imposé comme une musique qui se rapporte à nos luttes quotidiennes, par exemple Burning Spear, Buny Wailer, Don Carlos, Peter Tosh, etc.

On en sait très peu sur votre musique en France, peux-tu nous parler de la musique d’Afrique du Sud stp ?

Maveriq : Haahahahahahah ....il est grand temps que vous devriez savoir. La réception ici en Afrique du Sud est écrasante. Vous ne croirez pas que lorsque nous avons sorti l'album (Amavo - a journey with Azania) le 30 juin 2021, le samedi suivant, le 3 juillet 2021, toutes les 8 chansons ont été diffusées par les stations de radio locales, provinciales et nationales. Certaines en ont joué 4 ou 3 dans chaque émission respective.

Les gens peuvent s'identifier à notre musique et la comprendre mieux parce qu'elle est vernaculaire, une langue qu'ils comprennent. Aujourd'hui, nous sommes en train de comprendre que la musique n'est pas une question de langage, mais de sentiment émotionnel. Comprendre la langue ne signifie pas que vous allez aimer la musique. Heureusement pour nous, la notre touche tous les coins du globe, et nous ne sommes plus connus uniquement en Afrique du Sud. Chaque jour a un nouveau départ.

Tu joues avec le backing band Azania, tu peux nous en parler ?

Maveriq : Azania Band est un groupe de reggae de renommée internationale qui existe depuis la fin des années 1990. Il est dirigé par Wakhile Xhalisa (bassiste) et Ricky Bushula (clavier). Le groupe a fait le tour du monde et a accompagné / partagé la scène avec des artistes comme Bunny Wailer, Freddie McGregor, Burning Spear, Culture, Nkulee Dube, pour n'en citer que quelques-uns. J'ai joué avec eux parce que nous nous comprenons quand il s'agit du type de musique/reggae que nous faisons. Nous avons tous grandi avec le reggae. Je viens avec le contenu lyrique et l'autre vient avec le rythme ou l'un vient avec un rythme comme vous et moi travaillons dessus. Le reggae roots est ce que nous faisons et nous le mélangeons avec ce que nous avons appris dans nos parcours musicaux respectifs.

Peux-tu nous parler de Mntu wakuthi, le morceau que tu as fait sur le projet riddim ?

Maveriq : Ce titre nous a surpris (Azania) lorsque La Grosse Radio a répondu à l'un de nos messages quotidiens et que nous avons discuté de la manière dont nous pourrions travailler ensemble. Cela a conduit à la création de cette chanson, en fait la chanson a conduit à l'établissement d'un album de suivi qui a maintenant deux chansons, “Mtu wakuthi” (Mon compatriote) et “Owam uThixo” (Mon Dieu). Merci à tous de nous avoir donné deux semaines pour faire la chanson, même si nous l'avons fait en moins longtemps que prévu. Nous avons fait du mieux que nous pouvions et nous sommes honorés de savoir que le groupe Official Staff a aimé le résultat.

De quoi parle-t-il ?

Maveriq : La traduction libre de “Mntu wakuthi” est la suivante : "Mes chers compatriotes, aimez et appréciez votre propre couleur. Ce n'est pas une erreur que vous soyez ce que vous êtes. Et arrêtez de vouloir être ce que vous n'êtes pas.” La langue utilisée est l'isiXhosa, l'une des langues officielles de l'Afrique du Sud, la plupart des mots étant chantés en swahili (la langue la plus parlée d'Afrique).

Qu’aimerais-tu dire aux auditeurs ?

Maveriq : Donnez-nous une scène avec des instruments de musique et nous vous jurons que vous serez émerveillés.

Nous vous invitons donc à participer à notre voyage pour guérir les âmes et raviver la conscience.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements