Garance Reggae Festival 2013


Les grandes vacances sont finies, le mois de septembre a fait ses rentrées et comme toujours, accompagné des premiers signes de l’automne qui pointe le bout de son nez. Pour ne pas passer du plaisir au labeur, je vous propose chers lecteurs/lectrices un petit retour sur le Garance Reggae Festival 2013 qui pour cette édition a encore donné du lourd, du très très lourd. Du reggae roots du camping à la rivière, au bord d’une terrasse d’un café et à chaque coin de rue, Bagnols-sur-Cèze s’est mis sous les couleurs vert jaune rouge afin de nous plonger au coeur de reggae music.

Ouverture du festival le 24 Juillet

Pour débuter ce festival en force, une soirée dédiée exclusivement au sound system avec notamment la présence de Chinese Man Sound System, Blackboard Jungle qui seront présents tout le long du festival, ainsi que Kilimanjaro et le grand Brother Culture

La grande découverte a été Chinese Man, groupe qui excelle dans l’électro, version Sound System. En associant leur talent au sound system, autant vous dire qu’ils ont tout donné pour leur unique date en France. Voici un extrait de cette première soirée de festival qui a annoncé la couleur de 4 jours de reggae in paradise.
 

Jeudi 25 Juillet

Le festival fait sa grande entrée et ouvre la scène. Les plus grands sont au rendez-vous: Inner Circle, Don Carlos, Cornell Campbell et le célèbre Ky-mani Marley (que nous avons retrouvé le week-end suivant au Reggae Sun Ska (voir report en bas de page). On commence avec plainitude avec la souriante Mo’Kalamity et son groupe les Wyzards. De leurs tunes les plus connues au plus récentes, ils réussissent à emporter le public dans la joie et la bonne humeur. Avec ses balades qui font appel à la révolte et à l’harmonie, Mo ‘Kalamity est dans la scène du reggae français une référence.

 

Mo Kalamity au Garance

The Wyzards
 

Une des grandes déceptions a été l’annulation de Ini Kamoze qui était très attendu, sachant que c’était son unique date en France. Il a été remplacé par Johnny Osbourne, que nous avons aussitôt retrouvé le lendemain. Il a su parfaitement passer la pommade concernant cette absence.

Johnny Osbourne

Inner Circle, groupe culte du reggae roots a tout simplement vendu du rêve. Les papas ont de l’énergie à revendre et ont su la partager avec le public déchaîné. Un concert dédié au défunt Jacob Miller, ex-leader du groupe. Que dire de plus sur ce groupe dont on n’ a plus assez de mots pour définir leur magie.

Inner Circle

Inner circle

La diversité musicale était au rendez vous avec la nouvelle vedette du dancehall: Konshens. Les corps et les fesses s’agitaient de toutes parts pendant tout le concert. L’apogée a été le morceau  « Gyal a bubble » qui l’a rendu célèbre. Aussi sexy que talentueux, Konshens tout droit venu de Jamaïque a mis en transe le public, surtout féminin.

 

Konshens

Pour finir en ébulition, après ces concerts de folie, laissons place à Ky-Mani Marley, l’un des enfants Marley des plus emblématiques. Autant dire que les festivaliers attendaient avec impatience. Un show qui a mis tout le monde d’accord. De ses morceaux les plus connus aux  reprises de son père ainsi que des exclusivités de son nouvel album (qui va sortir prochainement intitulé « Revolution of evolution« ), un concert à la hauteur des attentes. Un artiste qui sait garder son humilité, Ky-Mani Marley est bel et bien une référence dans le monde du reggae music ainsi que dans la philosophie rastafarie.

Ky-Mani Marley

Vendredi 26 Juillet


Gros, gros programme en ce deuxième jour de festival : Dub Inc, Lone Ranger, Busy Signal, Steel Pulse, Everton Blender, The Tamlins, Tiwony, Lloyd Parks & We the people band, Johnny Osbourne,… enfin bref du bonheur pour les oreilles.

Les incontournables de la scène française Dub Inc ont comblé le public avec leur nouvel album. Les garanciers étaient juste aux anges.

Mais la suite fut beaucoup plus impressionante. Une petite introduction au dancehall avec Konshens la veille, pour rentrer dans le vif du sujet avec le hot Busy Signal. On a eu droit à la tune du moment « Bumaye » dont il a fait le duo avec Major Lazer

 

Busy Signal


Mais parlons maintenant de ceux devant qui on devrait faire des coubettes si nous étions encore au temps de Louis XIV: Steel Pulse. Une voix, des chansons entraînantes, des vibes à vous faire vibrer le corps. Des sons incontournables pour les amoureux du reggae. Ils ont été parfaits et encore ce mot n’est pas assez fort pour exprimer la joie et le bonheur qu’ils procurent pour le corps et l’esprit (bon j’avoue je suis une grande fan).

Everton Blender, the king of the king, the lord of the lords, le fondateur du reggae dancehall était présent pour la première fois en France et pour son unique date avec nous garanciers. Une tenue digne du messiah, et une voix encore restée intacte, une présence envoutante, le reggae et sa philosophie avaient leur représentant.

Everton Blender


Le légendaire trio The Tamlins avec leur vieux reggae roots, un peu lover, ont toujours une énergie folle malgré leur âge certain. Des choeurs, des voix et de la danse, un spectacle réussi en somme!

Samedi 27 Juillet

Dernier soir rime avec programmation du feu de dieu! du show du vrai avec le père et le fils Perry, le grand Sizzla Kalonji, Jah Mason, Mikael Rose feat Sly&Robbie et John Holt. Alors que le jour précédent les intonations étaient beaucoup plus roots, le nu-roots et ses investigateurs sont inna di place ce samedi soir. 

La family Perry, Lee-Scratch et Omar se sont partagé la scène. Lee-Scratch fait comme à son habitude une entrée fracassante avec sa tenue de pins et barriolée. Plus besoin aujourd’hui de le présenter, le célèbre producteur nous a fait l’honneur d’interpréter ses morceaux écrits et produits qui ont tous été des tubes incontournables. Bien que sa voix ne soit pas son point fort, c’est toujours un plaisir de voir sur scène un des acteurs fondamentaux du reggae music.

La fils Omar, lui beaucoup plus sobre, est aussi une référence dans le nu-roots. Surtout connu pour ses featurings avec les étoiles montantes du mouvement, a autant de talent que son père pour promouvoir et faire évoluer le reggae music. Bref, la Perry Family, figure emblématique, est un vrai régal sur scène.

Mais le moment fort de cette soirée reste Sizzla Kalonji! Au même rang que Everton Blender, Sizzla est … magique! bien que ses textes soient très contestables, il reste une icône dans le nu-roots mais aussi dans le dancehall ainsi que dans le roots. Dés qu’il s’engage dans un style musical, il excelle. Longtemps interdit en France pour ses textes homophobes et sexistes, il a su reconquérir le public français. Il revient de loin et pour cause he’s the king of kings du reggae.

Pour cette édition, le Garance Festival nous a pêché des artistes de grand cru pour notre plus grand bonheur. Mise à part l’altercation entre les vigiles et un petit groupe de festivaliers (qui à priori n’avaient pas de pass) le dernier soir, le festival s’est déroulé sans encombre. Les amoureux inconditionels du reggae/roots, ou non d’ailleurs, ont eu le droit à des conditions idéales et de la musique de premier choix. Comme chaque année le Garance a été à la hauteur. Sachant que le nombre de festivaliers augmente chaque année, toutes les mesures sont prises pour assurer.

Photos : Babouchska

 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements