Entretien avec Jr Yellam


C’est à l’occasion de la soirée du 19.11.2013 dans la superbe salle du Cargo à Caen que j’ai rencontré Jr Yellam enthousiaste juste après son show et avant celui de Dub Incorporation. Il me reçoit en loge pour un petit entretien pendant l’entracte, avec convivialité et sincérité, entouré de son groupe décontracté et heureux d’avoir réalisé une superbe performance et d’avoir fait monter la température durant cette excellente première partie. Après quelques présentations et politesses, on débute l’interview.

Pierro (P): Salut Jr, merci de me recevoir au nom de La Grosse Radio Reggae, et un grand bravo pour ce show qui annonce bien la soirée! Je vais te laisser présenter ton parcours en étapes si tu le veux bien…

Jr Yellam ( Jr): Merci à toi pour ces compliments et pour cet entretien. Alors mon parcours: j’ai commencé à chanter entre potes au lycée en créant un petit groupe. En 2010, j’ai décidé de partir en Angleterre pour vraiment prendre la vibe « UK », au niveau des ambiances sound system, au niveau de mes lyrics, mon anglais, mes textes. J’ai déjà un « background » (tr: historique), ma mère étant américaine, mais je voulais vraiment être dans le truc, pour aller chercher l’inspiration ça fait toujours du bien de voyager. Ensuite, je suis revenu en France  fin 2011 et on a décidé de monter une formation un peu plus professionnelle qui sera le Green & Fresh. Mon groupe avant, c’était un truc plus de lycéens, chacun prends différents horizons, font des études etc… Et moi, j’avais vraiment choisi de faire de la musique au retour d’Angleterre, j’ai rencontré aussi Irie Ities et c’est là où j’ai eu le déclic, je me suis dit que j’avais vraiment envie de foncer. C’est avec eux que je tourne le plus souvent en Sound System maintenant. En 2012, c’est la sortie de l’album, et on en est là, maintenant chaque date est une étape, il y a eu le sun ska l’été dernier, qui était un rêve qui s’est réalisé; ça permet de franchir une étape. Et par exemple ce soir avec Dub Inc, c’est aussi une autre étape, on joue encore à la Rochelle avec eux vendredi. On commence à faire pas mal de dates, l’album porte ses fruits.

Jr Yellam


P: D’autres projets sont déjà en cours?

Jr Y:  Je pars en Jamaïque au mois de décembre pendant un mois, je dois enregistrer pas mal de Feat, j’ai déjà des contacts grace aux Irie Ites qui y vont depuis 10 ans. Manu « Gerico »  me prépare un peu mon voyage, et le but là-bas, c’est d’enregistrer en studio, faire du son; pas d’aller bronzer sur la plage. J’espère aussi travailler dans l’objectif du deuxième album, enregistrer quelques sons là-bas et sortir différentes productions dans l’attente de celui-ci. Comme ce soir, il y a un morceau qu’on a joué de chez Irie Ites qui doit sortir en 45t à la fin de l’année ( « Rub a dub Anthem »). Différentes productions avec différents producteurs.

P: A quoi doit-on s’attendre au deuxième album?

Jr Y: Au deuxième album, on veut ouvrir un truc un peu plus éclectique, on aimerait pouvoir mettre plusieurs producteurs dessus. Le premier album était assez personnel, et cette fois, on aimerait s’ouvrir beaucoup plus. Aller en Jamaïque, travailler avec différentes personnes. De plus, quand tu chantes le reggae en Anglais, c’est super important, et même en général, quand tu fais du reggae  tu cherches à aller à la source et c’est là-bas.

P: Ton choix de chanter en Anglais est venu à quel moment?

Jr Y: Dès le départ, c’est naturel pour moi. Je me suis dit que c’était mes origines, et le son que j’écoute depuis je suis petit, il est en Anglais, des groupes américains ou anglophones. Donc j’ai plus tendu l’oreille vers ça que vers la chanson Française. L’autre chose, c’est que j’écris naturellement en Anglais, j’ai une meilleure vibe comme ça, et je n’ai jamais essayé en Français. Je préfère rester là dedans surtout que je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre. La seconde chose, c’est que ça touchera plus de monde, le reggae est un message universel, ça peut parler à tout le monde. Mais je respecte et trouve super important les gens qui chantent aussi en Français. Avec l’anglais, ce qui peut être bien, c’est que t’es pas obligé de comprendre les paroles pour ressentir la vibe, et à partir de là, la musique elle parle toute seule.

Jr Yellam

P:Si t’avais une date à retenir de tes lives, ça serait laquelle?

Jr Y: Déjà, je vais dire ce soir, je pense que ça m’a vraiment marqué. Au niveau de l’ambiance générale de la soirée. Après, il y a eu le Sun Ska, le fait d’être sur un gros festival comme ça avec plein d’artistes. Et pour être franc, chaque concert a son petit truc, c’est complètement différent à chaque fois tu vois et je pense que je me souviendrai de chaque concert. Ceux dont j’ai le meilleur souvenir sont le plus souvent ceux dans une belle salle, dans de bonnes conditions, où tu n’as pas à t’inquiéter au niveau du son, du micro, tu sais que ça va bien s’articuler. Et maintenant, on a de plus en plus l’occasion de taper des scènes comme ça donc c’est kiffant. Après j’aime bien tous les concerts que je fais, il peut y avoir cinq personnes, si elles ont toutes le smile, mon taf il est réussi et je peux repartir avec le sourire.

P: Voilà, j’ai terminé mes questions et je te laisse surtout rejoindre Dub Inc pour un petit feat avec eux en fin de live… Merci de m’avoir accordé un peu de temps, et Big Up pour votre show!

Jr Y: Yes, merci à toi et à La Grosse Radio Reggae.

 

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements