World a Reggae Music Tour au Zenith de Paris: Le Gros Report

Le Jeudi 27 novembre dernier avait lieu la plus grande date du World A Reggae Music Tour dans la salle mythique du Zenith de Paris. Le label Baco Records nous présente ses artistes tout au long de cette tournée, et cette escale dans la capitale fut plus que réussie. Sous un temps assez gris et frais, on constate dès 17h30, l’heure de l’ouverture des portes, une affluence massive vers la grande salle du Zenith, où le Warm Up est assuré avec classe par l’équipe de Party Time, qui passe en mode sound system de nombreux classique du reggae music. Une ambiance chaleureuse est présente dans toute la salle dès ce début de soirée, on retrouve déjà un public éclectique, et on ressent une réelle envie de faire la fête, de profiter de ce « moment idéal ». Yaniss Odua est annoncé sur scène pour 19h00, accompagné de ses musiciens d’une qualité rare nommé l’Artikal Band.

Yaniss Odua

Yaniss Odua apparraît à l’aise et très heureux sur scène, accompagné de son crew et des cuivres du groupe Danakil. Tout le monde est en place, et même si le Zenith n’est pas toujours propice à une superbe qualité sonore, on remarque une très grande maitrise instrumentale. « Laissez rouler » retentit alors dans la salle et les spectateurs sont déjà conquis. Le groupe enchaîne avec « Moment Idéal » titre éponyme de l’album. La température monte dans la salle déjà bien remplie, et on voit les gens se découvrir peu à peu en se laissant aller aux rythmes du reggae music. « Music is my life » représente totalement Yaniss Odua sur une mélodie reggae dancehall joyeuse et percutante. 

YANISS ODUA

On poursuit dans un autre registre, avec des sonorités Africaines très prononcées, pour notre plus grand bonheur, l’artiste nous interprète « Madinin’Africa » et invite Natty Jean, Sénégalais du groupe Danakil à partager ce moment sur scène pour un résultat surprenant, un titre qui met des frissons et apporte de la joie sur les visages de tous les amoureux de reggae music présents ce soir. Le titre qui suit tient beaucoup à coeur à Yaniss Odua comme à de nombreux autres artistes faisant partie de la Génération H ( Livre et Riddim d’Alexandre Grondeau), il sagit de « Chalawa » qui enflamme la foule et l’artiste en profite pour placer un discours conscient et engagé à ce sujet. 
 

YANISS ODUA

Vient alors le tour d’un des classiques du reggae français intitulé « La caraïbe » interprété à merveille, que le public reprend à grande voix; l’artiste s’accorde une pause au milieu du titre pour jauger un peu plus encore l’ambiance de la soirée, il ne sera pas déçu des cris et de l’énergie envoyé par le public avant la pousuite de la chanson. Le deuxième featuring de la soirée arrive sur «  » Rabat Joie » avec la magnifique Flavia Coelho qui nous fait l’honneur de sa présence, artiste de renommée mondiale à l’énergie débordante; un des très bons moments de la soirée qui fait grimper encore un peu plus la chaleur déjà bien présente. 

YANISS ODUA

On conclut ce premier show de la soirée avec le titre déjà classique « Rouge Jaune Vert », et on peut voir une fosse remplie de drapeaux de ces mêmes couleurs et un public survolté, reprenant les paroles avec bonheur et dynamisme, un remix accompagné de Natty Jean, Balik, Tiwony et Straïka D qui montrent encore que ce soir, ça se passe en famille, la grande famille du reggae music. Un gros dub du Artikal Band pour signaler la fin de cette représentation tout simplement magique, merci encore à toute cette équipe de folie. Une petite entract arrive à point pour se réhydrater et reprendre quelque force avant l’entrée en scène du jamaïcain Protoje.

PROTOJE

Le band The Indiggnation fait son entrée sur scène pour une belle intro très professionnelle, suivi de l’arrivée de Protoje, artiste très prometteur de la scène Jamaïcaine. Déjà hyper reconnu aux Pays-Bas et vraie star dans le pays du reggae music, le singjay s’implante tranquillement en France sous le label Baco records et profite de cette grande tournée du WRMT. Les spectateurs qui je pense connaissent encore un peu moins cet artiste de talent, sont plus long à faire monter l’ambiance: mais quand arrive le déjà classique « Who dem a program », interprété avec brio par toute la troupe, le Zénith s’enflamme enfin. On a alors le droit au titre spirituel que j’affectionne particulièrement s’intitulant  » Hail Ras Tafari », un pur plaisir et des frissons garantis, je vous mets d’ailleurs un clip vidéo de ce titre pour que vous imaginiez ce que cela pouvait donner au Zénith.


L’artiste nous chante ensuite en solo « Who Knows », un autre de ces titres phare chanté habituellement aux cotés de Chronixx. On a le droit à tous les hits du chanteur avec aussi « Kingston Be Wise » repris de plus belle par une partie de la foule connaisseur. Ce show de Protoje était très professionnel, on sent qu’il n’est pas encore totalement acquis par le public francophone, mais je suis sure que cette tournée changera la donne. Nous avons eu le droit à un deuxième show différent de celui de Yaniss Odua mais tout aussi plaisant et intéressant. un nouvel entract s’impose pour se restaurer, et laisser le temps à l’équipe des Danakil de se préparer à nous livrer un show d’anthologie.

DANAKIL ZENITH

 

Des l’entrée sur scène, on ne peut que constater que la majorité des gens présents attendait avec grande impatience ce groupe incontournable de la scène du reggae Français. Ils débutent avec une intro très pro, s’appuyant sur des jeux de lumière accentuant le spectacle dès le début. Balik entre sur scène avec une chanson choisi à point puisqu’on est à Paris ce soir et le thème abordé est « Quitter Panam », les spectateurs sont déjà conquis. On poursuit avec « Les Poupées Russes », toujours aussi efficace. Balik appel ensuite un pote à monter sur scène, il s’agit de Brahim qui fait alors un couplet percutant comme à son habitude sur le titre  » Hyppocrite ».

 

DANAKIL & NATTY JEAN AU ZENITH PARIS

 

Le groupe attaque alors la playlist de tous leurs classiques, pour le plus grand bonheur du public, on entend « Mon île » ( album Micro Climat) avec un solo de Bozo (Saxophoniste du groupe Sinsemilia) très technique et impressionant, acclamé à l’unanimité. Puis vient  « Free » ( album Echo du Temps), ou encore un titre écrit par le papa de Balik qui a contribué à la renommé du groupe, il s’agit de « Les vieillards », toujours agréable à entendre même après tant d’écoute. Les showman improvisent alors une belle dédicace à tous leur fans et aux spectateurs présents ce jeudi soir, avec ce Zénith quasiment rempli, encore une très belle performance sur ce challenge réussi avec brio de la part du label baco records.

 

DANAKIL


Les deux chanteurs du groupe, Balik et Natty Jean se donnent dans une explication mise en scène sur « Ne Touche Pas », titre surprenant de leur dernier album Entre les lignes, le public participe en accapella, puis les musiciens reprennent sur de grosses basses bien lourdes qui font trembler le Zénith. On continue avec certainement une des chansons les plus connue du reggae français, il s’agit bien sure de « Marley », remixée et interprétée encore différemment par le groupe qui a chaque fois réussi à nous surprendre et à nous donner du plaisir malgrè les milliers d’écoutes. Danakil nous quitte alors une première fois et le public fait un rappel de folie, les murs du Zénith s’en rappelleront. Ils reviennent alors sur « Les champs de roses », puis terminent par un freestyle mettant en scène de nombreux artistes, je vous laisse découvrir cette chaleur et ce moment magique en vidéo ci dessous.

Après ce grand moment, le groupe en rajoute encore en interprétant « Le Rêve » qui fait trembler une dernière fois la salle; Danakil salue les spectateurs et on ressent une forte émotion des deux cotés, due à ce moment partagé, une vraie connexion s’est établie encore une fois à Paris. La soirée terminée, on voit une foule détendue, souriante, ravie de ce qu’elle vient de vivre. La tournée du World A Reggae Music Tour est encore longue, vous avez la chance de pouvoir y assister, et j’espère que ce report vous aura donné l’eau à la bouche; personnellement, j’y retournerais bien une seconde fois.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements