Tomawok – Weedamuffin

Après 3 streets CD et un premier album, l'indien Tomawok nous livre sa nouvelle hache de guerre musicale sous la forme de 13 titres survitaminés et avec 15 ans de carrière et plus de 900 concerts, autant dire qu'il maitrise le chant. Sa voix rocailleuse de digne chanteur du « calumet de la paix » est reconnaissable dès les premières syllabes.

Pour ce nouvel Album enregistré et Mixé par Judi K au Irie Ites Studio, il s'est entouré de musiciens (Kubix, ManuDigital, Dreasquad, Krak in dub) qui lui ont concocté de purs riddims ou des reprises de riddims classiques qui ont fait leur preuve dans le monde du reggae. Du roots, du dance hall, du ska "kaliman", En vrai soundman, il aborde tous les sujets pour  notre plus grand plaisir, qu'ils soient engagés, conscients ou parfois plus légers comme sur "King Kong" ou "mystic marabout" (quoique...) même s'il a une prédilection pour les ganja tunes.

Celui ci démarre sur le dansant "big dem up" avec ces vibrations positives qui donnent des fourmis dans les jambes. S'en suit "weedamuffin" qui démarrre sur les notes du "Bun dem" riddim (dont on peut sentir une approche du "Hard Time" riddim) pour continuer sur un gros son qui annoncera de gros pull up dans les soirées Sound System pour cette tune enfumée et ceux qui assurent avec le mic même quand ils sont high high !
"Revolution", titre prometteur... sur le "revolution" ("/intercom") du grand Dennis Brown et quand il chante   "il flotte sur la terre dans nos têtes un chant de revolution", c'est un véritable hymne pour l'écologie, contre les partis politiques et on a tout de suite envie d'être debout derrière lui le bras levé tout comme sur le titre "la lutte finale", nouvel hymne de l'international 2015 pour tous les raggamufins.

Quand il invite Sizzla sur le "skylarking riddim", ils ne peuvent que parler Africa. Superbe duo "véner" qui annonce un tube en puissance tout  comme le "no one we fear" avec les fous furieux Ward 21 sur l'intemporel "drum song" riddim (revisité et remis au goût du jour par le hit "Hot this year" de Dirtsman dans les années 90).

Que dire de son duo avec Max Romeo (très en forme puisque qu'on a pu l'entendre aussi sur le dernier album de Tiken Jah Fakoly), magique avec du roots qui nous referait plonger dans la jamaique des années 70's sur un air du "my jamaican girl" cher aux Gaylads (hommage en passant à  Maurice Roberts, l'un des chanteurs du groupe décédé cet été).

Comme un final de feu d'artifice, une big combinaison avec Perfect, Spectacular et le MC local marseillais Ksir Makosa sur un riddim terriblement efficace, vous explose en pleine tête comme un gros bang rempli de la meilleure des sensi !

Vous l'aurez compris, vous tenez là un petit bijou. "Il y en a pour tous les goûts", c'est l'apache qui vous le dit !

Track listing
1 Big dem up
2 Weedamuffin
3 Revolution
4 African children feat Sizzla 
5 Pull up Selecta
6 No one we fear feat Ward 21
7 King Kong
8 Jamaican Herb feat Max Romeo
9 Kaliman
10 Good ganja weed feat Perfect, Spectacular, Ksir Makoza
11 Mystic Marabout
12 La lutte finale
13 Mash dem down

Distribonible sur Musicast et  Itunes

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements