Stick Figure – Set in Stone

Le groupe californien de reggae roots Stick Figure revient avec un sixième album Set in Stone sorti le 13 novembre chez Ruffwood Records.
Ruffwood, autrement dit Woodruff en verlan, du nom du chanteur.

Auteur, compositeur, interprète et producteur de chacun des opus de Stick Figure, Scott Woodruff incarne à lui tout seul le groupe. Enfin presque. Car il faut bien défendre l'album sur scène. Et pour cela, il a fait appel à Kevin Bong aux claviers, Brendan Dane à la basse et au batteur Todd Smith.

Si l'on devait qualifier la musique de Stick Figure, on mentionnerait obligatoirement le patrimoine musical de la Californie. En effet, l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis a toujours regorgé de talents musicaux. Du rock psychédélique des Doors au hip-hop de Cypress Hill en passant par le punk des Dead Kennedys, les Californiens ont su se réapproprier avec brio la plupart des styles qui ont émergé au cours des cinquante dernières années. 
Je dis bien "réapproprier" car malgré l'exceptionnelle production artistique concentrée à Los Angeles, San Francisco, San Diego, etc... pratiquement rien n'a été inventé là-bas, à l'exception de sous-genres du rock n'roll : le rock psychédélique, le punk hardcore pour certains (même si Washington reste la ville emblématique) la surf music popularisée par les Beach Boys et leurs "Good Vibrations" (seuls des Californiens vivant au soleil pouvaient écrire un tel morceau faisant écho au reggae) et la fusion avec Fishbone, Red Hot Chili Peppers, Rage Against the Machine (et encore dans ce cas-là, il s'agit d'un mélange des genres et non pas d'une création à part entière).

                                     stick figure, californie, roots

C'est donc à travers cette lunette qu'il faut apprécier les compositions de Stick Figure.

Mais il faut également évoquer leurs "influences" anglaises. Leur musique, par son atmosphère planante, rappelle le trip-hop de Morcheeba, Massive Attack et Portishead (collectifs qui intégraient déjà plusieurs styles, dont le dub).
Quant à la voix de Scott Woodruff, dans le plus pur style californien, on a (enfin j'ai) aussi l'impression d'entendre le pendant reggae en moins grave de celle d'Alex Turner, chanteur d'Arctic Monkeys. Bon, oui d'accord, il faut remplacer le Big Smoke (pour comprendre ce que c'est, référez-vous à l'excellente chronique du dernier album de Gentleman's Dub Club) de Sheffield par le soleil de Californie, la coupe de cheveux rock n'roll par les cheveux ébouriffés et le pantalon par le bermuda, mais le rapprochement est quand même pertinent.

Le son de Stick Figure est donc un reggae roots où viennent s'ajouter une pincée de trip-hop par-ci, un soupçon de dub par-là et vous saupoudrez le tout d'un peu de solos de guitare rock.
Je vous l'ai dit, la Californie est à la croisée des genres; en musique, tous les chemins mènent à la côte Pacifique américaine.

                                           scott woodruff, stick figure, guitare, californie

Après cette longue digression, passons à l'analyse de ce Set in Stone. La pochette de l'album est dans la continuité des précédentes. Très new age, avec la présence des quatre éléments (eau, feu, terre, mer). Là aussi, il s'agit d'une tendance dans le reggae californien (cf certaines pochettes de Rebelution, Tribal Seeds, et des inévitables Groundation). N'oublions pas à ce propos que la Californie abrite ou a abrité en son sein de nombreux amoureux de la nature (hippies, surfeurs...).

L'album commence très fort avec le morceau "Fire on the horizon". La guitare solo hypnotique de Scott Woodruff communique en profondeur avec les images du clip (forêt, océan Pacifique). On s'évade spirituellement dans le monde magique de Scott Woodruff.

On retrouve aussi cet aspect dans le clip de "Sound of the sea". Titre très roots dont le début renvoie à la musique new age. Ici, exit les compères de Scott Woodruff; ne restent plus que le chien, la voûte étoilée et la plage qui entrent tous en communion avec lui.

Puis on enchaîne sur le titre "In this love" dans le même état d'esprit. Il s'ouvre par une plage de claviers envoûtante suivie de la batterie, de skanks de guitare et enfin la voix de Woodruff vient se poser sur cette jolie petite mélodie. Posé, voire mélancolique, le flow du chanteur évoque une certaine "nostalgie". Ce morceau est peut-être le plus bristolien (du nom de la ville d'où est originaire le trip-hop) de l'album. Je faisais référence au clavier; c'est cet instrument, outre le chant de Woodruff, qui donne toute sa force à la musique de Stick Figure. Voix de Woodruff qui, d'ailleurs, est couplée de delay ici, de même que sur "In my love". Ce dernier est également très empreint de dub, genre qui occupe une grande place dans les compositions du groupe. Cela est d'autant plus perceptible dans la dernière partie de "Weary eyes", et dans "Choice is yours" avec le son de la guitare en introduction, qui se répète durant tout le morceau pour se conclure sur un solo magistral.

"Choice is yours" comprend un featuring avec Slightly Soopid, autre groupe phare de la scène reggae californienne, qui a lui aussi emprunté à de nombreux genres musicaux (je vous recommande l'excellent "Punk rock Billy").

Les featuring sont nombreux sur cet album. "Mind Block" est un duo avec Eric Rachmany de Rebelution, lui aussi californien. Le morceau est un bon dub roots, dans la lignée des compositions de Rebelution.

Quant à KBong, il n'en est pas à sa première collaboration avec Stick Figure. L'année dernière, c'est lui qui invitait le collectif sur son album Hopes and Dreams pour le très bon "Livin' easy". Ici, on le retrouve sur "Smiles on faces" dans un flow très californien. Le tout se termine sur un solo de guitare rock.

La dernière "combination" concerne Collie Buddz, seul artiste non californien, avec le titre "Smokin' love". Ainsi, on lorgne plus du côté du dancehall et on s'éloigne légèrement du reggae roots avec cette tune. Flow dancehall/ragga aussi de la part de Woodruff dans "Old country road".

                                        stick figure, collie buddz, dancehall, reggae roots

"Sentenced" se démarque dans cet album avec ses influences pop. En effet, le clavier qui nous avait habitués à des sonorités planantes se veut ici beaucoup moins berçant.

Le reste des morceaux, "Out the door", "All my love" et "One of those days" s'oriente sur des thématiques lover's rock, en particulier le solo de guitare de "One of those days" qu'on pourrait entendre sur un slow rock. Le dub marque très fortement son empreinte avec la reverb et les échos sur ces titres.

Avec Set in Stone, Stick Figure a de nouveau proposé un album profond aux influences dub et trip-hop qui lui sont chères. Les claviers envoûtants et la voix unique de Scott Woodruff continuent de transporter l'auditeur vers les paysages idylliques de la Californie.

Tracklist

1 Fire on the Horizon
2 In This Love
3 Sound of the Sea
4 Choice Is Yours (feat. Slightly Stoopid)
5 Mind Block (feat. Eric Rachmany)
6 Sentenced
7 Out the Door
8 Weary Eyes
9 Smokin' Love (feat. Collie Buddz)
10 Shadow
11 One of Those Days
12 All My Love
13 Sunshine and Rain
14 Smiles on Faces (feat. KBong

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements