Cuss cuss riddim – Various Artists

"Every people wanna cuss cuss - I don't want it". Ces paroles comptent parmi peut-être les plus célèbres du reggae jamaïcain. Issues du morceau "Cuss Cuss" interprété par Lloyd Robinson et produit par le légendaire Harry Johnson en 1968, il deviendra un riddim incontournable diffusé massivement dans les sound system.
Ce titre révélait et dénonçait la violence de la société jamaïcaine de l'époque (cuss cuss signifie embrouilles en patois).

Aujourd'hui, le label Irie Ites lui redonne une nouvelle jeunesse en invitant quatre chanteurs, et pas des moindres, à venir toaster sur ce riddim : Glen Washington, Trinity, Joseph Cotton et Linval Thompson, bref que du beau monde!
Le riddim a été mixé par Calvin "So So" Francis et les voix par Judi K.

Pour rappel, le "Cuss Cuss" a vu défiler à travers les âges, entre autres, Tristan Palmer, Frankie Paul, Yellowman et surtout Horace Andy sur l'album Dancehall Style sorti en 1982. Il reprendra d'ailleurs le thème dans "Five Man Army" paru sur Blue Lines de Massive Attack.
King Tubby en proposera une version dub, avec les Roots Radics, "Symbolic dub", sur King Tubby meets Roots Radics - Dangerous Dub  chez Greensleeves.

Ce sont d'ailleurs les Roots Radics qui ont composé le riddim sur l'EP qui nous intéresse. En effet, on y reconnaît dès les premières mesures la ligne de basse hypnotique dont seul Errol "Flaba Holt" Carter a le secret. La trompette est également une des composantes essentielles sur ce riddim produit par Irie Ites.

En ce qui concerne les interprétations, Glen Washington n'en est pas à sa première pour le "Cuss Cuss". En 2001, il proposait déjà un duo avec George Nooks sur "Prepare for him". Ici, on le retrouve avec sa voix eraillée sur "Haile Bless"
Linval Thompson chante "Ganja Man" qui poursuit la tradition du "Cuss Cuss" originel par son appel à la non-violence : "We don't need no trouble, we don't no fight".

Les deux derniers morceaux sont dédiés au dancehall : "Dancehall connection" par Joseph Cotton et "Rock ina dancehall" par Trinity.
Ce dernier prononce des mots qui résonnent fort en ces temps troublés : "play all night [...] no fuss, no fight, you better unite". Je vous laisse les apprécier à travers le clip réalisé par Mad Mill Production.

Le "Cuss Cuss" n'a donc rien perdu de sa superbe et continue d'entretenir un message de paix et d'unité fidèle aux valeurs du reggae.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements