Manudigital Feat. Marina P – Digital Lab Volume 3

Dernière ligne droite pour Manudigital. Le troisième et dernier EP des Digital Lab, entamés avec George Palmer et Peter Youthman, sort le 11 décembre chez X-ray Productions. Et pour clore en beauté cette magnifique série, le beatmaker a invité Marina P.

La structure de cet EP reste la même que celle des deux précédents : quatre titres chantés et deux riddims.

Comme toujours, les claviers de Manudigital savent parfaitement s’adapter à l’artiste qui va toaster sur ses productions. Ici, des mélodies envoûtantes correspondent avec le chant subjuguant de Marina P. Cela se ressent particulièrement sur « Already midnight » et « Doctor ».

Les basses puissantes et grasses de « Already midnight » font écho aux meilleurs titres de High Tone et de Stand High Patrol. Quant à « Doctor », son skank de guitare nous rapproche plus d’un son reggae roots.

« Semantic Field » est « standhighpatrolien » dans sa composition et rappelle par le skank du clavier le meilleur du dub anglais.

L’EP se conclut avec « Bad Girl », un morceau assez dancehall; le chant de Marina P qui était, jusqu’alors marqué par des accents soul ou jazz, se révèle ici très jamaïcain.

Ce dernier opus des Digital Lab est finalement une véritable pépite qui ravira les adeptes des deux précédents et augure quelque chose d’exceptionnel pour la sortie de l’album en janvier prochain et la tournée. La Grosse Radio Reggae sera d’ailleurs partenaire du concert du 26 mars à La Cigale.

Présentons quelque peu l’artiste italienne Marina P qui a choisi la France comme terre d’adoption depuis plus de dix ans.

Elle se passionne très tôt pour la musique grâce à ses parents qui lui font découvrir le jazz, genre qui influencera énormément son timbre de voix. En effet, ses principales sources d’inspiration sont à chercher du côté de Nina Simone, Billie Holiday ou Chet Baker.

Puis elle se rapproche du reggae, du hip-hop, du trip-hop (là aussi sa voix semble faire écho à celles de Beth Gibbons de Portishead ou de Skye Edwards de Morcheeba) et de la scène sound system (retrouvez ici son interview avec Stand High Patrol).

C’est alors qu’elle est révélée par Mungo’s Hi-Fi et le désormais célèbre « Divorce à l’italienne ». La consécration arrive en 2013 avec la sortie de son premier album My Homeys.

Ces derniers temps, elle a collaboré avec Stand High Patrol (à l’instar d’un Pupajim, elle est capable de modifier sa voix avec brio) ou Step-Art (elle était à ses côtés dernièrement lors du Télérama Dub Festival).



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements