Rastamytho – Le cri du peuple

Rastamytho, ce groupe de la région parisienne (Essonne),  formé en 2004, ne laisse pas indifférent. Après un premier album : Quel Horizon, les 8 membres du groupe  reviennent avec Le Cri du Peuple qui sort dans les bacs le 9 Mars 2012 distribué par Socadisc.
Le Cri Du Peuple a été enregistré et mixé au Wise Studio.
De belles rencontres tout le long de cet album : Pierpoljak, Taïro, Jmi Sissoko, Kohndo et la chorale We are One.

Le teaser Studio avec Pierpoljak.

Quelques avis dans le mytho trottoir

Participent à cet opus, des musiciens comme Stepper, le saxophoniste de Omar Perry, Didier Bolay, thromboniste et trompettiste de Tiken jah Fakoly, qui a aussi participé à l’album Perspectives de Broussai, Bost Saxophoniste soprano et le percussionniste, Arnold Moueza.

Le 1er  titre, intro de cet opus  15 titres, "Avancer" donne le ton. Sur une mélodie facile à retenir, le flow du chanteur qui avance bien débite des paroles dans le style du french reggae, sur la lutte de chacun malgré les difficultés dans la vie. Un sujet qui touche tout le monde.

Le titre  "Elle est la seule", avec son du sax soprano Bost, est la love song pour la musique. J’aime bien cette ambiguïté sur le thème : à l’écoute,  on balance entre l’amour pour une femme et l’amour de la musique. Je laisse les auditeurs découvrir.

Le 8, " Regrets" , RastaMytho en featuring avec Taïro.

Le groupe revendique le fait que pour faire du reggae, nul besoin d’être un rasta.
Leur reggae est un reggae roots teinté de multiples influences (ils sont au nombre de 8) apportées par chacun :roots, dancehall, hip hop, soul et même métal.
Il en résulte une dynamique puissante, des sons qui pètent, avec un chanteur lead (GangstaMytho dit K-Teb), qui ne ménage pas son débit, soutenu par des chœurs.
Le rythme soit  en 4 temps ou binaire, est bien net,  marqué et appuyé avec un shank qui scande bien les contretemps.

Le choix des featuring colore les morceaux que ce soit par le sax soprano dans "Elle est la seule", la trompette dans "Des Notes", la flûte dans l’acoustique "Ne Rien Lâcher", (morceau dont le coté intime me fait penser à Fundé).
Les chœurs sont aussi très présents sur la majorité des titres.

Les participations d’artistes comme Tairo dans"Regrets", Pierpoljak dans"Des notes", Jmi  Sissoko (rappeur & toaster) et Kohndo (rappeur à la voix soul) dans"Je ne sais pas", la chorale world soul R’nB, We are One dans"Tant Qu’on est là", montrent cette ouverture du groupe à différents styles,(rap, soul, hip hop) qui constituent autant d’apports et d’enrichissement à cet album.

Ce style de reggae est nu roots, bien rythmé, frais, pêchu, total dans l’air du temps  et même si  les paroles souvent traitent de sujets bouillants sur les problèmes de notre société, il en  ressort  des ondes positives et gaies.

Quand on se balade sur quelques forums reggae, on rencontre des avis où ils sont encensés et d’autres où ils sont critiqués, leurs détracteurs reprochant un pseudo engagement rasta.
Hormis les snobs qui ne veulent pas reconnaître cette effervescence de la scène française en reggae, comme si c’était du sous reggae, d’autres s’attachent à l’attitude autant qu’aux paroles et à la forme musicale.
En plus, j’ai pu observer parmi les concerts reggae auxquels j’ai assisté, que cette scène française touche énormément de jeunes, mais aussi des gens de différentes tranches d’âge, qui recherchent ce plaisir d’être ensemble et de partager de bonnes vibes avec de bonnes paroles et de bouger sur des riddims qui transportent et où une certaine revendication à se sentir en dehors d’une société dont les contraintes deviennent de plus en plus lourdes, les relie, mais cependant  les laisse acteurs de leur devenir.

Je pense que Rastamytho apporte à son public tout cela. Ils ont à   leur actif, plus de 300 concerts, de nombreuses tournées, une grosse présence sur scène, des premières parties avec des groupes comme Danakil, Broussai, Julian Marley, Pierpoljak… Ils n’ont plus à prouver qu’ils font partie du paysage de cette scène française. Leur public les suit et reste conquis par un discours fédérateur, universel et  engagé. En fait un reggae très accessible, bourré d’énergie  et dont les bonnes vibes me paraissent contagieuses.

Le site de Rastamytho

Le 31 Mars 2012, ils seront en concert de sortie de leur album au New Morning à Paris.
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements