Junior Tshaka – 360

S’il est une vérité absolument établie à propos du Neuchâtelois Junior Tshaka, c’est qu’il a toujours su très bien s’entourer afin de produire ses albums. Ses classes, il les a faites chez Echo Prod (dont on vous a parlé dernièrement concernant Vapor de Big Red) aux côtés de Mike, fondateur de la structure mais aussi co-chanteur de Sinsemilia, pour la sortie de son premier opus La Jungle.

Puis il a opéré un retour au bercail au sein du label suisse Damp Music (producteur également de Lee Perry), qui s’est chargé de la réalisation de son deuxième album Il est temps, avant de revenir à ses premières amours pour l’excellent Boosté par le son.

Aujourd’hui, enfin c’était plutôt le 18 mars, il nous présente sa quatrième et dernière production ,360, à nouveau chez Damp Music. En conséquence, si mes calculs et mes prévisions sont exacts, la prochaine galette devrait logiquement paraître chez Echo Prod.

Boosté par le son a préparé, d’une certaine manière, le terrain pour 360. En effet, si les instrus des deux premiers disques se voulaient roots, voire même acoustiques, un revirement a été opéré dès le troisième album avec la participation des musiciens de Dub Inc et de Sinsemilia et du batteur Leroy « Horsemouth » Wallace (ce dernier fait, pour moi, partie de mon « Big Four » des batteurs de reggae avec Style Scott, Sly Dunbar et l’inévitable Carlton Barrett). Le son de Junior Tshaka a donc été « boosté » pour devenir plus électrique et rock n’roll, voire pop par intermittence.

Et c’est, par conséquent, cette nouvelle texture sonore et musicale que vous pouvez découvrir avec 360. Car oui, le style de Junior Tshaka a clairement évolué depuis son premier album et ce n’est pas nous à La Grosse Radio qui allons nous en plaindre !! A quoi bon, faire et refaire la même chose pendant des lustres, ce serait beaucoup trop facile et ennuyeux, nan ?

Ah si, j’allais oublier un point sur lequel Junior Tshaka n’a pas bougé d’un iota : les textes. S’exprimant toujours dans la langue de Molière, le chanteur alterne, comme à l’accoutumée, entre paroles engagées et réflexions plus introspectives, le tout s’articulant autour de valeurs humanistes chères à l’artiste.

Ainsi, cet aspect est perceptible dès le morceau d’ouverture et éponyme de l’album « 360 » que Magmamatte vous a présenté quelques mois plus tôt. Sur une composition de Yvan « Peacemaker » Jaquemet, compatriote de Junior Tshaka, dont l’introduction au piano évoque instinctivement un méli-mélo entre Chopin et Yann Tiersen, on peut justement entendre le chanteur prononcer : « Cette planète est magique / Qu’ils le disent au 20 heures / Qu’ils laissent leur pouvoir et leur fric / Cessent de semer la peur« . On sent donc la volonté forte de Junior Tshaka de s’émanciper (et ses auditeurs avec lui) de la tutelle et de la domination des élites qui, par ses discours, ne cherche qu’à instiller la division, le mépris de l’autre : « Chaque chemin que tu foules éloigne les barricades« .

Le décor est planté. D’autant plus que, sur 360, Junior Tshaka a réuni des artistes du monde entier : d’une part, des chanteur(se)s, pensons à Mary N’Diaye ou Skarra Mucci, et, d’autre part, des musiciens, citons Olivah, le trombone de Sinsemilia (qui joue notamment sur « Rest in dub »)  ou bien Ludovic N’Holle, batteur de Tiken Jah Fakoly, qui a, par conséquent, remplacé Leroy « Horsemouth » Wallace. On repère donc nettement une filiation avec le groupe grenoblois et le chanteur ivoirien sur cet album, qui sonne comme le fameux Françafrique de Tiken Jah Fakoly, quoiqu’ici les lignes de basse sont moins lourdes.

Je parlais d’orientation pop quelques lignes plus haut ; nous en avons une illustration avec  le refrain de « Crois en toi » et « La Limite », reggae-hip-pop marqué par la forte présence des synthés, la voix de la Suédoise Mary N’Diaye, qui perpétue la tradition nationale après Ace of Base (si, si, je vous assure, réécoutez « All that she wants », vous vous rendrez compte que c’est bel et bien du reggae) et le rappeur Didier Awadi. Avec « La Limite », Junior Tshaka ne s’impose donc aucune limite dans la structure et la composition du morceau.
De même que sur « Remise en question » (là aussi titre évocateur) et son très bon solo de guitare en introduction, dans lequel il a invité le slameur Smockey qui lance cette sentence : « Faut que tu changes pour changer le monde« .

junior tshaka, nouvel album, 360, mary n'diaye, sinsemilia

On écoutera également avec plaisir quelques sons en provenance immédiate d’Afrique sur « Pas le temps » (en duo avec N. Cissokho) ou sur « Libre » avec Shaïna D. Cette dernière n’a pas chômé sur l’album, puisqu’elle chante avec sa voix suave et gracieuse sur pas moins de quatre titres !

On finira par « Les Brigands », big combination efficace avec Skarra Mucci, titre puissant et énergique, qui dénonce avec virulence l’emprise des multinationales et du pouvoir politique occidental sur l’Afrique : « Capital, capital, pour lui tout est permis / BHL, Sarkozy, dites-moi comment va la Libye« . Mais aussi cette phrase qui fait sombrement écho à l’actualité : « On tue les lanceurs d’alarme et les gros escrocs sont grâciés« .

Finalement, 360 réalise un tour du monde, pas exhaustif, certes, mais on voyage tout de même (musicalement, j’entends bien) de la Suède à l’Afrique en passant par la France et la Suisse. C’est donc grâce à cette association d’artistes aux horizons divers que Junior Tshaka a concocté cet album reggae riche et varié.

TRACKLIST

01. 360
02. La Limite feat. Mary N’diaye & Awadi
03. Les Brigands feat. Skarra Mucci
04. Tout Finira Par Passer
05. Remise En Question feat. Smockey
06. Dis Moi Que Je Rêve feat. Shaïna D
07. Crois En Toi
08. Assez feat. Shaïna D
09. Pas Le Temps feat. N. Cissoko
10. Chacun feat. Shaïna D
11. Rest In Dub feat. Olivier
12. J’ai Crié
13. Libre feat. Shaïna D
14. Laisse-Les Parler

junior tshaka, nouvel album, la limite, les brigands

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements