Reggae & politique dans les années 70 par Thibault Ehrengardt

Pour beaucoup, si on dit reggae, on va tout de suite penser « rasta, ganja, Jamaïque, mystique, Bob, Jah, babylon » ; certains vont parler de « musique contestataire, revolutionnaire », le reggae c’est cela et bien plus encore. Le reggae quoiqu’on en dise est enclavé dans la politique.

Thibault Ehrengardt, ancien rédacteur chef du magazine Natty Dread, et créateur de Dread Editions vient combler le vide de ce rouage à travers un très bel ouvrage de plus de  200 pages,   » reggae & politique dans les années 70″» même si nous avons droit aussi à quelques parties années 60 et 80.

 

Reggae politique, Thibault Ehrengardt, livre 2016, dread editions


Thibault Ehrengardt a le sens du détail, va à la recherche du petit plus dont il a le secret et il faut reconnaitre que ce livre est un fleuron. Pour tout dire, il est à lire 2 fois de suite, une première lecture comme un livre classique et en 2ème lecture, à rechercher toutes les références musicales et à se laisser transporter via sa discothèque personnelle ou sur un site pour écouter toutes ces pépites citées.

La Jamaïque, non loin de Cuba et des Usa,  ne pouvait que connaître des influences socialistes/communistes et capitalistes à travers 2 frères ennemis, Seaga « CIAga » et Manley « Joshua » et son fameux bâton de correction, car politique et religion s’associent pour la course au pouvoir.
 

Reggae politique, Thibault Ehrengardt, livre 2016, dread editions


A travers ce livre, vous découvrirez les dessous de la venue d’Haile Selassie en Jamaïque, la fameuse tournée du Bangwagon avec à sa tête, le producteur/chanteur très engagé, Clancy Eccles ou Max Romeo, les guerres de gang JLP / PNP avec les tristements célèbres « gunmen » où les politiciens se battent pour récupérer les quartiers ghettos avec les élections de 1976, élections les plus sanglantes du pays.

Vous comprendrez les rouages de l’attentat de Bob Marley, qui affichait alors son camp juste avant le Smile jamaica et la victoire de Manley même si Bob craignant pour sa vie décide de s’exiler (l’album kaya de cette époque est d’ailleurs beaucoup moins militant si ce n’est son « running away »). le retour de Bob Marley se fera gràce à Bucky Marshall et Claude Massiop, tous 2 chefs de clans des 2 parties du pays pour le fameux One Love Peace concert où Marley lèvera les bras des frères ennemis sur une photo qui restera dans les annales de l’histoire.

En 1980, le pays rebascule du côté de Seaga après 8 ans de rêve d’idéalisme, où le reggae aura connu son âge d’or avec des titres emprunts de religion, réalité et politique, qu’on se le dise.

Un ouvrage indispensable dans votre bibliothèque. Thibault Ehrengardt signe là encore un livre de passionné et passionnant. Vous pouvez l’acheter ici.

« Reggae & politique dans les années 70 », T. Ehrengardt (DREAD Editions / Ja. Insula #08)
Nombreuses illustrations N&B – 2016 pages
Livre format A4 –

Chapitres :
1962-1971 : les années Black Power
1972 : Tu as tort d’Embêter Joshua
1972-1974 : What is socialism ?
1975-1976 : Marcus Garvey Time
1977-1978 : le diable à nos portes
1979-1980 : Delivrance is near

Photo avec l’aimable autorisation de l’auteur.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements