Brain Damage – Web-série Walk the Walk

Contrairement à leurs homologues de la scène dub française, tels que High Tone ou Zenzile, ayant émergé au cours des années 90, les Stéphanois de Brain Damage avaient ceci de particulier qu’ils n’étaient que deux sur scène : un bassiste et un machiniste.

S’ils ont sorti leurs premiers albums chez Hammerbass, ils rejoignent le label emblématique lyonnais Jarring Effects en 2006 et réalisent quelques opus fidèles à l’esprit de la maison de disques, toujours avide d’exploration et d’innovation sonore. Citons Spoken Dub Manifesto, qui, comme son nom l’indique, se veut fidèle au genre popularisé par LKJ, à savoir le spoken dub, ou encore Short Cuts qui se distingue par des morceaux inférieurs ou très légèrement supérieurs à deux minutes.

J’écrivais au pluriel, mais je dois désormais m’exprimer au singulier, puisqu’après le départ du bassiste en 2011, Brain Damage n’est plus qu’un projet solo mené donc par le machiniste, Martin Nathan.

Ce dernier, perpétuant sa philosophie basée sur la découverte et les rencontres, entreprend un voyage en Jamaïque en 2015 grâce au producteur Sam Clayton Jr, lui aussi basé à Saint-Etienne afin de travailler sur son prochain album. Ce périple l’amènera à collaborer avec Horace Andy, Kiddus I, Winston McAnuff, etc, « chanteurs qui ont posé les fondations du […] reggae« . Tout ceci afin de puiser ce qui fait l’essence même du reggae.

brain damage, kiddus I, horace andy, jamaïque

Martin Nathan demandera ainsi aux interprètes d’écrire des textes relatant leur enfance, leur éducation, leur jeunesse avant que les voix ne soient enregistrées au studio Harry J. Il en résultera Walk the Walk sorti le 16 octobre dernier chez Jarring Effects.

Mais ce n’est pas tout ! Le compositeur a embarqué le réalisateur Wasaru sur l’île, afin d’immortaliser les échanges entre lui et les Jamaïcains, raconter la genèse du projet, filmer des sessions de studio ou encore découvrir quelques anecdotes plaisantes ou pas concernant la vie de ces légendes du reggae music.

Une websérie de huit épisodes d’une durée de six à sept minutes chacun a ainsi vu le jour. Elle est disponible ici.

En attendant, je vous propose de visionner le teaser et le premier épisode avec Horace Andy.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements