Datsé, I woks Sound, Kalash, Taïro – Cournon d’Auvergne 17-09-2016

Le plan d’eau de Cournon pour ceux qui connaissent, c’est la plage, le Canoë-Kayak, le jet ski, la pêche et son petit restaurant avec ses cuisses de grenouilles et sa friture. Mais ce soir c’est une toute autre ambiance qui va faire vibrer ce petit coin prisé.

Sur le parking, des plaques d’immatriculation du 69 et du 42 viennent cotoyer celles d’Auvergne, j’apprendrai même plus tard qu’une fan n’a pas hésité à faire 900 bornes pour voir son idole, raggamuffin style « quand on veut quelque chose, on trouve des solutions, quand on ne veut rien faire on cherche des excuses », je dis respect.

La file d’attente est fluide et vite absorbée pour se trouver au cœur du son. La soirée a déjà commencé et je découvre


Stanis-las


Jeune rappeur de 17 ans. S’il a déjà commencé son set par "que pasa"  et "peso", je prends en route son "maman na ngaye" (la maman du petit) et il faut bien reconnaître qu’il a déjà un gros potentiel. Casquette à l’envers, veston 'find yourself', il assure sur un flow qui n’est pas donné à tout le monde.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Pas timide pour un sou il maitrise la scène et invite la foule à reprendre en cœur son "à la chicha" sur le titre éponyme. Le public devant la scène lui est acquis ; le posse est venu en masse donner de la force au poulain qui attaque le "laissé les koumas" après s’être présenté S.T.A.N. le code du rap est bien là.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Vincent aux platines envoie le son suivant , un afro-trap et Stanis-las assure "je fais danser les gens" "1 par 1" comme le dit son titre. Pari réussi pour cet artiste qui fera parler de lui, nul besoin d’en lancer les paris.

 


Rabah Dub

 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Le soljah local, toutes dread locks dehors,  assure l’interscène et nous envoie le lourd "raggamuffin style", son style à l’ancienne rappelle les légendes Puppah Leslie et Tonton David. Il nous jouera le doublet avec la "Cité du  Soleil" où il nous parle du quartier de l’amitié, les 2 morceaux sont composés par Hocine, du groupe Soul mafia Click auquel appartient aussi Rabah !

 

Datsé

Chapeau vissé sur la tête, petite démarche chaloupée, Datsé investit la scène pour entamer "on vit qu'une fois" et nous assène "Ceux qui nous Boycottent", qui est un plaidoyer contre ces radios, ces maisons de disques qui formatent certains ‘artistes’, il demande de lever les bras, le public démarre timidement et quand il entame "Normal" "vous avez fumez où quoi, vous buggez, faut bouger !" Message reçu, on sent que l’artiste veut faire plaisir et se faire plaisir.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Sur  "T'es Qu'un Jaloux" il lache "ho punaise, j’ai envie de me jeter dans la foule, trop de belles filles ici ".

Retentit alors le rub-a-dub "Crois en tes rêves" enrichi d’une partie saxo, Datsé augmente le tempo, "je suis en sueur, trop de meufs" et il faut bien reconnaitre que la gente féminine est en majorité ce soir.

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Il nous annonce un titre à paraitre sur le prochain album "Refaire sa vie" sur une voix très orientale qui fait son effet dans le public

Pour "j'évolue dans ce monde", il invite son pote Rabah Dub. Faut dire qu’entre les 2,  la connection s’est bien faite, Rabah l’avait fait jouer il y a quelques années à Vichy, il y avait eu aussi Tonton David de la partie. Les 2 compères se la jouent raggamuffin style car c’est du monde Sound System qu’ils viennent, leur réputation, ils ne la doivent qu’à eux-mêmes et par la force de leur travail. 
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's, Dj mado


Dj Mado aux platines envoie un riddim violent pour le morceau suivant "Le public apprécie", Datsé demande "Est ce que vous aimez le dancehall ? on n’a pas repris le sport depuis les vacances, je vais vous faire danser" et il faut bien reconnaitre qu’il gagne son pari, cela s’agite, cela jumpe cela sent presque le gymnase. Le Dj assure un max que ce soit sur des riddims originaux ou des riddims jamaicains, le calage est parfait.

Séquence émotion avec "Fière de mes parents" où il demande à tout le public d’allumer tous les portables, les briquets et où le riddim lui-même avec sa guitare, nous montre combien les liens du sang peuvent être puissants, le texte est joliment pointu et la voix de Datsé nous transporte dans des souvenirs d’enfance, même les plus enfouis.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Le set se termine sur un riddim survitaminé proche de la jungle avec une spéciale dédicace à tous les fumeurs de ganja sur "J'ai plus de bedo".


I WOKS SOUND

Très vite les musiciens de I Woks sound investissent la scène, intro avec le sax de Denis avant d’entendre par les 2 compères, "on est ici pour partager de la bonne vibes et vous présenter notre nouvel album" (NDLR : sans frontière est sorti en 2014, et en 2015 a été élu 3ème meilleur album français 2015 derrière Danakil et Massilia Sound Sytem) et d’attaquer le bien nommé "intro" suivi de "on stage", les voix se mélangent agréablement.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's

Avec "troubles", les 2 lascars nous demandent "il y a des militants dans la salle, levez les bras en l'air" Le tout est servi via le "Judaintown" Riddim sur une rythmique Basse (Nathan)/ Batterie (Joris) très lourde.

Avec "une seule vie", nous avons droit à très beau un riff d’orgue de Mathias jouée sur un One drop riddim.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Sur "defi Kibaye"ils nous disent qu'il  "faut juste changer d’air changer d’atmosphère", tout le monde est invité à balancer ses bras de gauche à droite dans une communition parfaitre de la nature  avant que ne retentisse "toi qui me juge" avec une ligne de basse à tomber par terre ; les percussions de Matthias, le  jeu d’orgue et le solo guitare de David  font de ce morceau un moment fort pour le groupe qui accompagne les 2 chanteurs depuis maintenant 3 ans.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


S’en suit "medley reggae" qui démarre à capella, pour demander un clap de mains du public et envoyer la colonne vertébrale du reggae, un bon gros basse/batterie qui met tout le monde d’accord. On y entend du "doctor darling" riddim. Comme le dit le duo, "on vient du Sound System " et vu la répartie des textes punchline, ils ont été à bonne école.

Et sur le fabuleux "Black Marianne" riddim, un titre explicite, ganjah tune est toujours un moment de connection avec le public sur "marie gwan", comme ils disent, "je m’en vais les fumer" le morceau se prolonge en dub.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Leur show se terminera sur un "passe-temps" sur un riddim qui se veut un peu plus rapide que l’original de l’album presque jungle parfois.

On sent une certaine tension monter à la fin du show, les gars de la sécu se dédoublent comme par magie pour en avoir 2 de chaque côté de la scène. Du très lourd va arriver…


Kalash

Arrive alors dans une ambiance survoltée un Kalash tout de vert vêtu, casquette enfoncée d’où sortent de majestiques dreads pour nous envoyer un "4 croisées" avec des effets micros et un riddim à la basse très puissante, marche quasi militaire, le ton est donné, Kalash mitraille les tympans d’emblée  suivi d’un "Anmwé" qu’il partage d’habitude avec son poto martiniquais, Simsima et où la guitare pousse des cris de plainte. Sur scène, les projecteurs écrivent son nom en lettres de feu.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


S’en suit un "Indépendant Gyal", titre phare du chanteur qui a fait numéro 1 des ventes Dancehall aux Antilles, plus calme, avant que le rythme ne s’accèlère sur un synthé quasi psychédélique pour empiler directement sur "pran pié".

Avec "Top a top", au rythme plaisant, la foule se trémousse, et Kalash demande à tout le monde de danser avant de laisser place au chanmé "Chanson du Mwaka", si le riddim est moins violent, le texte est pire qu’un uppercut.

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Le "Rouge et bleu" qu’il partage normalement avec Booba a cette force qui vous rentre bien dans la tête "j'en ai vu de toutes les couleurs, surtout des rouges et des bleues. J'avalerai pas leurs couleuvres Fuck les maths et Napoléon, j'préfère rouler ma beuh"

Coup sur coup il envoie "My Sound" et "Sound system" il raconte l’histoire d’un gamin assassiné comme un chien devant une école, que certains prennent de la cocaïne mais que lui ne retourne pas sa veste, Kalash(nikov), c’est hardcore !
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Il demande s’il y a des sexy Gyal dans la salle et attaque un "Can’t live without you" quasi intimiste, guitare sèche et voix, les chœurs donnant dans les aigus, mais Kalash n’est jamais calme longtemps et lache un "faites du bruit" avant de faire reprendre en chœur "sexy". Il faut dire que les mini-shorts dancehall queen ont la dragée haute ce soir dans la salle.

Après les sexy Gyal, normal qu’il demande s’il y a des rude boys pour un "King of Kings" et un "Wine up" inna dancehall & bogle stylee. Tandis que retentit ensuite "Kouada" sur un walpixx "riddim" à l’infra basse qui vous traverse tout le corps.

Et ce n’est pas pour bouder notre "Plézi" , les titres "Danjé", "pépinière", "Free Me" s’enchainent à une vitesse vertigineuse, Kalash et son groupe sont des machines de guerre sur scène.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


La gente féminime dès les 1ères notes entonne le refrain de "Guapa" sur un "Crown Love" Riddim de toute beauté, l’orgue part quasiment dans un mélange zouk/reggae, ce qui a un effet instantané sur les mouvements de hanche dans la foule et ce n’est pas le titre suivant "Taken" tiré de son dernier album qui fera baisser la température.

Il annonce d’allumer le –lighter- pour tous les ganjamen et envoie "laisser bruler" et envoie un big up à son frère parti trop tôt, AZ’Rock.

"Bando" démarre sur un air quasi d’opéra mais très vite le style Kalash se fait ressentir avec cette basse de dingue. Le show se terminera par un riddim presque militaire pour "Libéré Yo" et ses dread partent dans tous les sens, comme habitées d’une certaine folie et il faut bien reconnaitre que la salle a pris des degrés  (Certaines fans n’ont pas hésité à filmer une bonne partie du live à bout de perche selfie) dans cette ambiance.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Il est même temps d’aller chercher une petite bière bien fraiche pour se remettre de toutes ces émotions.

Le public trépigne sur place, cherchant la meilleure place pour être en face d’un artiste que tout le monde attend avec impatience.


Taïro

Les musiciens, le family Band s’installent et les 2 choristes arrivent sur scène pour demander à tout le monde de lever les mains pour accueillir un Taïro très en forme et qui chante "si la musique nous remontait le moral" – Yes, ce sont les « bonnes vibes »

"Il nous demande " s’il y a des gens qui se sentent bien dans leur peau"  et entame "Si j'avais pas connu cette fille"» avec un sax bien approprié et des chœurs angéliques. Tout le monde reprend sur le choeur un "whoho".
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


"Aime la vie" aura droit à un pull up et là encore la chaleur d’un vrai solo de sax (il faut reconnaitre que cela change de ce que l’on peut entendre en synthé) apporte énomément au morceau. Les bras en l’air s’agitent dans la salle, on ne se trompe pas au vrai son.

Sur "Je taille", s’il concède "loin de toi je fly" le morceau part en dub pour demander encore plus d’énergie au public venu nombreux, Carole, l’organisatrice annonce entre 800 et 900 personnes, une belle réussite.

Un petit sketch style leçon de drague c'est cela Taïro. Sûr "Elle veut", la jolie choriste au turban y va de son solo tandis que le public, reprend en cœur "blablabla".
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Il annonce "en 2016, on tombe encore sous sous le coup de la loi pour un peu d’herbe alors que les cigarettes sont vendues librement, qu’ils arrêtent donc leur hypocrisie" avant d’envoyer un "High grade" énervé.

Un petit solo guitare en préambule d’ "Ainsi soit il !" avant d’envoyer "Love love love".

"En exclu pour vous, et sur le prochain album, première fois qu’on le joue en live, le titre" "Rendez-vous" sublime la salle. Les choristes ont quelque chose des I-Trees dans leur  façon de se mouvoir et d’envoyer des notes qui embellissent le morceau.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Taïro nous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, les années 94/95 où sonnaient des Sound Systemps de légendes, où les stars du moments étaient Sizzla ou Buju Banton, la musique retentit sur un rub-a-dub bien senti pour jouer "Bon vieux temps" enrichi d’un gros solo batterie. Chose inouie, en 30 ans de concerts et soirées  reggae, 1ère fois que je vois sur une des enceintes, un des gars de la sécurité balancer ses jambes sur le rythme et reprendre en même temps que le public "ne peut pas l’oublier". reggae music est vraiment contagieux !

"Une seule vie" sur le  "hold you" riddim est un grand moment de concert, morceau qui s’allonge, parfois juste le clavier et les choristes avant de reprendre de plus belle pour une version qui a le mérite de faire danser la salle entière.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


Le set se termine sur la ganjah tune "Bonne weed", Taïro saute de partout, tombe la chemise pour se retrouver en marcel vert kaki, le morceau part en dub. Il demande alors à tout le monde d’être en bas, accroupis, tout le monde se relève alors d’un coup pour jumper dans tous les sens dans une osmose proche du shilom qui tourne.

Juste le temps d’aller faire un tour aux stands présents, me procurer le CD de Datsé et me le faire dédicacer et filer vers le comptoir voir Carole, l’organisatrice avoir ces 1ères impressions qui aux primes abords sont très positives.
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Stanis-las, Gwad Daniel's


La salle est rapidement vidée par les gars de la sécurité, horaires obligent. Une soirée qui restera gravée dans les annales des concerts reggae du coin de par l’énergie dégagée.

Remerciements

A tous les artistes et musiciens présents pour nous avoir donner du rêve
A Monsieur Datsé, j’ai découvert bien plus qu’un artiste, une personne avec qui j’ai pris plaisir à discuter.
A Rabah, le soljah raggamuffin, toujours disponible pour répondre à mes questions.
A Carole (et Cercle2Feu Productions) pour le travail fourni et ce n’est pas facile tous les jours mais elle a une force que peu peuvent se vanter d’avoir, ainsi qu’à toute son équipe de bénévoles qui ont travaillé dans l’ombre et méritent amplement d’être dans la lumière.
A Christine « kaya », mon binôme photographe, qui fournit un travail de fourmi, sachant qu’elle assurait aussi l’accueil des artistes et qu’elle est parfois mon 2ème cerveau quand j’ai des trous de mémoires sur certains titres ou moments de la soirée.
A Yvan, mon frère, mon double rebelle, pour cette communion lors de cette soirée et pour les gentilles bières…
 

Datsé, kalash, Taïro, Rabah, Cercle2feu, I woks sound, Chris Photo

Carole et Chris


(c) Toutes photos Chris "Kaya" Pinto

Les albums complets :
Stanis-las
Datsé
I Woks Sound
kalash
Tairo

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements