Raggasonic – Raggasonic 1 (1995)

« Tes yeux sont bleus, ta peau et blanche tes lèvres sont rouges / qu’est-ce que je vois au lointain, c’est un drapeau qui bouge » . Qui parmi le public reggae en France a oublié ce lyrics meurtrier, extrait de « Bleu Blanc Rouge », single tiré du premier album de Big Red et Daddy Mory, les incoutournables Raggasonic ?

Repenchons nous sur l’une des toutes premieres pierres de l’édifice du ragga de chez nous, œuvre de deux deejays aujourd’hui passés du statut de raggamuffins allant de sound en sound à celui d’artistes cultes et de pères fondateurs du reggae français, qui inspireront toute une génération, ainsi qu’une flopée  d’imitations plus ou moins réussies. « Bleu Blanc Rouge » illustre à lui seul ce qui a fait l’efficacité du combo : un riddim jamaïcain de toute première classe - le « Promised Land » de Dennis Brown -, un texte direct et sans détours, des flows aiguisés par des heures et des heures passées sur le microphone, dans les sound-systems parisiens des années 90.

Car c’est bien là que se trouve l’âme du disque – les sounds. Raggasonic peut s’écouter comme un condensé d’ambiance sound system, une ballade dans l’underground parisien, dans une culture qui mêle le mode de vie raggamuffin, les références à Rasta, et certains codes dérivés de la culture hip hop. Une ballade au cours de laquelle Big Red et Mory servent de guides, en route messieurs dames, suivez les flows ravageurs et les riddims oldies. On a découvert le duo sur le « Ragga Jam » d’MC Solaar, on a appris à les connaître avec leur participation à la BO de La Haine, et ce premier album mixé par Frenchie nous les présente dans toute leur splendeur : 12 morceaux à la fois ancrés dans leur époque et à l’épreuve du temps, 12 réussites incontestables. Accompagnés par des musiciens hors  pair, parmi lesquels les inusables Steelie & Clevie, sur les rytthmiques les plus marquantes de l’époque, du « Stalag 17 » au « Real Rock », les Raggasonic livrent leur plein potentiel sur un album haletant de bout en bout.

Raggasonic "Aiguisé comme une lame"

Le style est épuré : il y a très peu d’overdubs, une instru, un micro suffisent pour que la magie opère. Les lyrics sont à l’avenant, francs, simples et directs, pointant du doigt les problèmes sans détours. Véritables instantanés du Paris des nineties , ils prennent à parti le système et parlent des préoccupations de l’époque qu’ils réclament, dépénalisation des drogues douces avec l’anthem indémodable des fumeurs de France « Légalisez la Ganja ». Ils dénoncent les violences policières sur « Kisder » , ils s’inquiètent des ravages du crack et de l’héro dans « Poussière d’Ange ». A côté de ces paroles engagées, d’autres tracks relèvent plus de l’egotrip, dans la plus pure tradition des sound clashs. On retiendra surtout l’énorme « Aiguisé Comme Une Lame », sur lequel le duo est rejoint par les deux MCs du Suprême NTM pour un titre d’anthologie. Celui-ci, troisième single de l’album avec «Bleu Blanc Rouge »  et « J’entends Parler » ( dont le message  tombe à point nommé à une époque où l’épidémie de SIDA fait des ravages) était accompagné d’un clip tourné par Joey Starr, une bombe survoltée de quatre minutes qu’aucune chaîne n’osait diffuser avant minuit.

Ce premier album, qui se vendra à plus de 200 000 exemplaires, résume l’âme et l’identité du Raggasonic Crew. Au delà de çà, il jette une lumière crue sur l’univers des deux deejays, leurs galères quotidiennes et les incohérences du système qu’ils constatent jour après jour. Le disque est traversé par une énergie et un style meurtriers, qui en feront un album culte. L’écouter, c’est se plonger dans l’esprit des premiers sounds français, quand la scène commençait à bouillonner sous l’impulsion de précurseurs comme les Raggasonic, mais aussi Saï Saï ou Puppa Leslie, quand le ragga tutoyait le hip hop sur les péniches parisiennes. Ce disque fut l’un de ceux qui permirent à cette culture urbaine underground d’exploser en France, et reste une référence absolue. Raggasonic premier du nom sera suivi par Raggasonic 2, et le duo, récemment reformé, annonce un troisième opus pour l’année 2012.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements