Midnight Ravers – Mixtape Kuma Soundz #1

C'est désormais devenu un secret de Polichinelle : les membres des High Tone, et par extension, le label Jarring Effects sur lequel sortent leurs albums, se sont toujours aventurés vers des contrées inexplorées et des projets parallèles (dont Dub Invaders n'est que l'un des nombreux aspects), le dub n'étant que le "dénominateur commun" au sein du groupe, ainsi que nous le confiait en interview Aku-Fen, guitariste de High Tone.

Aujourd'hui, c'est au side project du batteur du crew lyonnais, Dom Peter, auquel nous allons nous intéresser. Midnight Ravers (les adeptes inconditionnels du Catch a Fire de Bob Marley auront reconnu l'hommage qui est ici rendu) est né de la rencontre entre les musiques électroniques (et pas uniquement le dub) et le blues mandingue.

Un premier album a vu le jour en 2013 intitulé Le Triomphe du Chaos, enregistré au studio Humble Ark de Manjul à Bamako, publié chez Irfan, le label des Ogres de Barback et enrichi des illustrations du dessinateur Emmanuel Prost. Tout cela en dit donc très long sur la volonté d'ouverture artistique des différents participants au projet. Les amateurs de dub auront apprécié le titre éponyme ou encore "Mind is confused" avec Samba Diabate et Shanti D

Puis, en 2015, Midnight Ravers récidive avec un second opus, Sou Kono, cette fois-ci sorti chez Jarring Effects, moins porté sur le dub et qui sera suivi l'année suivante par un EP de remix, electro et assez dancefloor, qui, lui, marie sans aucune ambiguïté, des sons deep house, dance, voire techno avec des éléments issus de la musique traditionnelle malienne. On remarque sur cette production la présence de Spoek Mathambo, artiste sud-africain qui avait collaboré avec le DJ Sibot sur le projet Playdoe déjà paru chez Jarring Effects en 2008.

La mixtape Kuma Soundz de Dom Peter est la suite logique de l'EP de remix de Sou Kono. Alors qu'il effectue régulièrement en Afrique des DJ set, en club ou en festival, et secondé par des MC's locaux, il est d'ailleurs actuellement en tournée en Afrique de l'Ouest (où il fera un détour par le festival Africa Bass Culture au Mali, consacré aux musiques électroniques), Dom Peter livre un mix d'un éclectisme patent. S'inspirant des musiques électroniques émergeant aux quatre coins de l'Afrique (afro house, Gqom,...) en y ajoutant une patte plus occidentale (bass music, techno minimale,...), il aboutit à un subtil cocktail dancefloor qui jette un pont entre des cultures, peut-être éloignées par la distance, mais que la musique tend à rapprocher.  

midnight ravers, mixtape, dom peter



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements