Scars – Je suis comme ça

Le voici, le voilà : Scars sort enfin son deuxième album après bien deux ans à nous faire attendre. Ce dernier est intitulé Je suis comme ça.

Scars a été très présent sur la scène reggae ces derniers temps auprès de ses acolytes Naâman et Jahneration, lors des événements majeurs de leur carrière (Olympia, Release Party…). Nous pouvons également le retrouver aux côtés du très prometteur Dajak sur « Pull Up Selecta » ou bien sur la tournée de Taïro.

Cependant, cela ne l’a pas empêché de nous faire découvrir deux des morceaux de ce nouvel album, il est bien évidemment question de « Merci » et « Ensemble ».

Dans celui-ci nous pouvons retrouver des invités divers et variés tels que : Taïro, Neg’ Marron, Krys, Dasha, ou encore Kenyon.

Scars Cover album Je suis comme çà 

     TRACKLIST 

     01 – Je suis comme ça
     02 – Partir ailleurs ft. Taïro
     03 – Ensemble
     04 – LH
     05 – Merci
     06 – Hey yo Docta 2
     07 – La vie continue ft. Neg’ Marron
     08 – Tout et son contraire
     09 – Week End ft. Krys
     10 – Scars Kent
     11 – A contre-temps ft. Dasha
     12 – Ce qu’elle veut
     13 – Appelle-moi
     14 – Dieu seul sait ft. Kenyon

 

L’album commence donc par « Je suis comme ça », une chanson au rythme assez doux comparé à ce qu’on a pu écouter de lui auparavant. C’est un morceau introspectif, où nous apprenons un peu plus à connaître notre Scars. Sur une instru reggae assez moderne faite par Cisko, il présente ses qualités et ses défauts, et nous fait voir que malgrè tout, c’est quelqu’un à l’écoute et toujours prêt à soutenir son entourage. C’est un morceau très personnel, qui il l’espère touchera le plus de monde.

Nous enchainons ensuite sur « Partir ailleurs », un morceau qui fait voyager en featuring avec Taïro. Du fait qu’ils font une tournée ensemble, ce featuring, on le sentait venir ! Et c’est du bon. Dans celui-ci le duo nous fait part d’un besoin d’évasion, afin de se retrouver avec eux-mêmes, de faire le point.
La prod est signée TG (l’ancien claviériste de Yellam) qui a réussi à faire ce riddim qui se marie si bien avec les paroles. A cette simple écoute, nous ressentons tous les bienfaits des voyages.

En troisième position nous retrouvons « Ensemble » ce morceau que tu connais déjà. Lors de sa sortie nous vous avons écrit que ce morceau est « un message de paix et d’amour qui prêche l’unité. Titre à la hauteur de cet artiste au grand cœur mais un morceau qui malheureusement résonne dans l’actualité de notre pays.Sur une musique enjouée, réalisé par Kubix, et à travers ses paroles Scars explique à quel point il est important de rester ensemble dans une telle situation et que c’est bel et bien nos différences qui nous rapprochent pour faire notre force. Comme à son habitude Scars arrive à mélanger musique entrainante et messages importants » 
 


 

« Et si toutes nos différences étaient faites pour nous rapprocher ?
Combattre ensemble l’ignorance, aux mêmes valeurs se raccrocher,
On est tous capable de sourire,
Tous capable de souffrir,
Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin,
Si l’espoir fait vivre, vivons pour demain. »

 

Mais pour découvrir la face cachée de cette chanson, n’hésitez pas à lire l’article flashback dans lequel Scars a prit le temps de tout nous expliquer juste ICI.

Viens ensuite le tour de « LH ». Et oui ! Ca faisait un petit moment que le monsieur ne nous avait pas écrit un morceau faisant l’éloge de sa ville. Il ne faut pas oublier qu’il est normand notre cher Scars.
Il nous a tout de même confié, qu’à l’écoute de cette prod de Tom Fire, il a prit du temps à trouver qu’est-ce qui composerait le refrain jusqu’au moment où il réalisa que « LH » c’était parfait. Nous avons ici un morceau un peu à la Major Lazer, à base d’électro-dancehall. Et vous savez quoi? On nous a même soufflé à l’oreillette que c’est un style muscial qui va sûrement revenir. 
A cela, rajoutons la petite anecdote qui fait plaisir. Savez-vous quel est le fil conducteur de cette chanson? Et bien, dans les paroles, nous pouvons entendre que Scars compare Le Havre à la Californie, tout simplement car lors d’un freestyle en compagnie de Naâman et DEF, ce dernier a balancé « Le Havre, c’est la Cali à deux heures de Paris ». Une phrase qui s’avère véridique et qui a bien marqué le chanteur.

Celle-ci, vous la connaissez déjà, il s’agit de « Merci ». On l’a découvert il y a de çà un an, lorsqu’il a été élu révélation reggae de l’année 2015. Un morceau entrainant aux paroles pleines de reconnaissance. C’est un thème volontaire, qui nous dit qu’il faut se donner les moyens de réussir. De base, celle-ci ne devait pas apparaitre sur l’album, mais le public l’ayant tant apprécié, Scars ne pouvait que la mettre sur celui-ci. 
 

« Moi j’vous dis merci, merci, merci
Merci mon dieu d’être en vie
J’remercie mes parents de m’avoir offert la vie
J’vous remercie, merci, merci chaque jour de me donner l’envie »

 

 

Il est venu le temps de parler du fameux morceau « Hey yo docta 2 ». Bon, nous n’avons pas besoin de vous préciser que c’est la suite de « Hey yo docta » (le 2 à la fin du titre n’est pas du tout un indice, non non…). Venons-en au fait, Scars lui même dit que c’est un morceau « débile », nous avons ici un morceau empli de second degrè. Un peu comme Orelsan, et les Casseurs Flowters le font si bien. Encore une fois, cette suite à été réalisée à la demande de son public car ils ont totalement adhéré au premier morceau. Un morceau bien dancehall signé D&H
→ Nous tenons tout de même à vous préciser que ce morceau est de la pure fiction et ne relate aucunement la vie du Scars

La septième chanson de cet album, elle est en featuring avec Neg’ Marron, et c’est un morceau à la rythmique bien reggae. Dans celui-ci, il évoque un sujet un peu plus sérieux que précedemment.
De base, cette chanson devait se nommer « demain arrivera quand même », alors pourquoi « la vie continue » ? Et bien, car en tant que médecin, il est quotidiennement confronté à des patients dépressifs. Il a donc décidé de parler de son expérience pour essayer d’aider. Il est ici question de tenter de trouver la force et de cultiver le positif (un message qui comme il nous l’a notifé, est parfaitement en accord avec la vision de son grand ami Naâman).
Pourquoi avoir choisi Neg’ Marron pour ce featuring ? Car, lorsque Scars écoutait les morceaux du duo -qui rappelons-le, ont débutés en 1995 – il leur donnait une image de grands frères, ce qu’il a voulu retranscrire ici.

Passons ensuite à « Tout et son contraire », qui a été produit par Manudigital. Ici, le monsieur a voulu se pencher sur la psychologie féminine et le fait que les femmes sont assez contradictoires, tout en restant dans l’humour. Reprenons son exemple qui l’illustre parfaitement « on peut parfois tomber sur des femmes qui le jour sont extrêment romantiques, et qui une fois au lit, deviennent de vraies tigresses. Comme parfois nous pouvons voir des femmes qui veulent être indépendantes, mais qui vont être très attachées à leur mec, et leur envoyer des messages très régulièrement »
 

SCARSLH.LOGO
 

Et un autre morceau qui n’était pas prévu sur l’album ! Mais Scars, il est à l’écoute de son public, comme vous pouvez le voir. Si vous êtes un habitué de ses lives, vous la connaissez déjà. « Week End », c’est la tune super énergique qui vous fait jumper durant ses shows. Là encore, nous avons une prod made by Manudigital. Et en plus, elle est en featuring avec Krys. Pourquoi lui? Car c’est bien le genre de thème qu’il apprécie, de quoi faire une belle combinaison.

Vous connaissez Superman ? Donc, vous savez qu’il mène une double vie et que Clark Kent est sa couverture en tant que journaliste ? Et bien, nous, dans la vraie vie, si on enlève le côté super héros (c’est lui même qui nous le dit, il n’est pas question d’égotrip ici), on a un bonhomme qui se nomme Scars Kent. Vous l’avez compris, ici, il nous parle de sa double vie. Le jour il est médecin, et une fois la nuit venue, il se transforme en chanteur qui brûle toutes les scènes. Ce morceau contient même un couplet d’un précedent morceau « Entre deux mondes » qui a été retravaillé. Ici encore, c’est Manudigital qui est à la prod.

On part sur une vibe reggae avec « A contre-temps » en featuring Dasha. Vous vous souvenez, il est récemment allé en Guadeloupe, c’est à cette occasion qu’il a pu collaborer avec la jeune femme pour un morceau évoquant bien sa vie personnelle. Il souhaitait communiquer sur sa vie sentimentale, car il voit cette histoire comme un « sourire triste » car dans cette histoire d’amour le « destin te pousse mais le timing est merdique » et que cela peut arriver à tout le monde. Ils nous font donc une sorte de question/réponse, sur une prod de Cisko.

Continuons sur le thème des femmes avec « Ce qu’elle veut », et oui, Scars est passionné par les femmes. Mais cette fois-ci, nous avons droit à des paroles très conscientes puisqu’il évoque l’égalité des droits pour les femmes. Et oui, à travers cela, il souhaitait montrer l’admiration qu’il éprouve pour les femmes, et leur volonté de réussir malgrè le contexte actuel. Tout cela sur une prod de D&H.

Tout à l’heure, on vous disait qu’il n’était pas question d’égotrip sur « Scars Kent », mais pour « Appelle-moi » il est totalement question d’égotrip. On est en plein dedans là, et ouais. A travers toutes les références que nous pouvons entendre (alcool, foot, air jordan …) Scars s’illustre ; comment ne pas sentir le second degré ici ? Et hop, ici, c’est une prod de Moker.

Nous finissons l’album comme nous l’avons terminé : sur un morceau très personnel et introspectif. Vous le savez, notre Scars a une double vie, c’est pourquoi il en vient à se demander « est-ce que la musique ne me fait pas passer à côté de quelque chose? »  Sur ce titre nous retrouvons Kenyon, car Scars souhaitait quelqu’un qui rap bien, et cela tombe à pic, car Kenyon est également concerné par ce dilemme du : ma passion me fait-elle louper des choses? Ce qui nous donne une très belle fin pour ce second album du Monsieur Scars.
 


C’est sorti le 15 mars en digital et le 31 mars en physique.
Alors si t’es impatient, procure le toi dès maintenant en digital ! 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements