Smokey Joe & The Kid + Radio Kaizman – Le Creusot – 05.10.2017

Le 5 octobre dernier, La Grosse Radio avait rendez-vous à L’Arc-Scène Nationale du Creusot, en Saône-et-Loire dans le cadre d’une soirée electro/hip-hop/swing organisée par Eh La Production. Electro/hip-hop/swing, et pas de reggae ? Que faisait La Grosse Radio là-bas alors ? Nous étions tout simplement allés couvrir, entre autres, le concert de Smokey Joe & The Kid, crew que nous suivons régulièrement depuis la sortie de leur dernier album Running To The Moon (la grosse chronique ici). Nous les avons même interviewés, entretien à retrouver très bientôt sur le webzine et au cours duquel, nous avons aussi brièvement abordé le genre né à Kingston. Comme quoi, tout est possible…

Mais revenons à la soirée. C’est le combo Radio Kaizman, originaire de Lyon, Tournus et Mâcon, qui a ouvert le bal avec son hip-hop instrumental façon The Roots. Nous avons en effet de bonnes raisons de croire que Radio Kaizman est beaucoup influencé par le groupe américain. Pas de DJ, uniquement des instruments, mais pas de guitare ni de basse non plus. Le son est exclusivement acoustique, mais qu’est que ça envoie et qu’est-ce que ça groove ! Le beat, en mode boom-bap, est assuré par deux percussionnistes, l’un à la grosse caisse et l’autre à la caisse claire, pendant que les basses sont produites par un soubassophone.

radio kaizman, le creusot, l'arc

radio kaizman, le creusot, l'arc

Voilà pour la section rythmique. Rajoutez à cela une section cuivres (trombone, trompette) efficace couplée à deux flûtistes traversière et vous obtenez un show énergique. On a même grave kiffé lorsque celles-ci ont repris, avec leur instrument, le terrible « Sure Shot » des Beastie Boys (ceux-ci ont aussi fait office de pionniers en mélangeant samples et instruments dans leurs compos). Puis le chanteur s’est posé dessus avec son flow tonitruant, mais ce n’est pas tout puisque lui aussi fait preuve d’eclectisme avec sa voix, puisqu’il peut tout autant rapper qu’adopter un chant metal (hip-hop et metal ont toujours fait bon ménage, qu’on pense encore aux Beastie Boys ou aux Rage Against The Machine) que faire un peu de beatbox. Quant aux flûtistes, elles n’étaient pas en reste, sachant qu’elles aussi pouvaient chanter par intermittence mais avec une teinte plus soul.
Radio Kaizman, c’était vraiment cool !

radio kaizman, l'arc, le creusot

radio kaizman, l'arc, le creusot

Les Smokey Joe & The Kid sont sur la fin de leur tournée qui les a conduits aux quatre coins de la France et même à l’étranger (Chine, Angleterre,…). Pour l’une de leurs dernières dates, ils s’étaient donc arrêtés au Creusot pour faire déferler leur hip-hop à base de groove, de soul, de blues, de jazz, and so on, accompagnés de leur section cuivres (trombone et trompette) et de leur MC, Mysdiggi, avec qui d’ailleurs ils ont sorti un EP Take Control (la grosse chronique ici) en mars dernier.
Toujours équipés de leurs machines, MPC et autre batterie électronique, les deux beatmakers balancent également quelques images via l’écran installé derrière eux et à travers lequel on a notamment pu voir Rita Hayworth, qui illustre le morceau « Bank Holiday » que Smokey Joe & The Kid ont envoyé juste après l’intro de l’album. Puis chacun se saisit de son instrument fétiche (les artistes alternent en effet entre machines et instruments) : la basse pour Smokey Joe et la guitare (parfois le banjo) pour The Kid sur « Just Walking », sur lequel on décèlera limite un skank (ainsi que sur « Running To The Moon » plus tard), même si les Bordelais nous ont affirmé ne pas « mettre de reggae dans [leurs] morceaux« .

smokey joe & the kid, l'arc, le creusot

smokey joe & the kid, le creusot, l'arc

smokey joe & the kid, le creusot, l'arc

C’est alors que Mysdiggi déboule sur scène et va se poser sur quelques titres de l’EP comme le morceau éponyme ou « Mister Nice Guy » juste après qu’il n’ait mimé un petit numéro de claquettes, celles-ci produites grâce aux samples des beatmakers. Le swing se mêle ainsi habilement au hip-hop et chacun des artistes se montre déchaîné sur scène. C’est notamment la cas des cuivres qui auront droit à leur solo façon jazz et devant lesquels le public aura répoondu présent.
Puis les Smokey Joe & The Kid reviendront à des instrus plus énervées : on entendra l’énorme « Please Come Home » tout autant inspiré par le rockabilly, le hip-hop ou le breakbeat, mais surtout par des grosses basses.
Et Mysdiggi se montrera à nouveau aux spectateurs pour le gigantesque « Smokid All Stars », au cours duquel on verra, entre autres, un certain Youthstar rapper en feat. virtuel sur l’écran.
On aura cependant regretté l’absence du medley hip-hop 90’s (où ils rendent hommage aux Beastie Boys ou à Cypress Hill, par exemple) que les Smokey Joe & The Kid ont pourtant l’habitude de faire résonner durant le concert, mais les Bordelais seront restés fidèles à leur réputation avec un show énergique et pêchu.

smokey joe & the kid, le creusot, l'arc

smokey joe & the kid, le creusot, l'arc

smokey joe & the kid, le creusot, l'arc

BIG UP à tous les artistes présents ce soir-là !
BIG UP également à Eh La Production et au staff de L’Arc-Scène Nationale pour leur accueil !

Crédit photos : Live-i-Pix



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements