Ken Boothe – Inna de yard

Le collectif Inna de Yard a sorti le très bel album  The soul of Jamaica au mois de mars. De cette aventure aux multiples talents faisait partie le grand Ken Boothe, Mister Rock Steady. Le label Chapter Two a eu la très bonne idée de lui consacrer un album entier sans artifice, un album qui parle au cœur pour un homme de cœur avec des réinterprétations de titres qui ont fait sa renommée.

On enclenche le lecteur et on se laisse transporter, car il est bien question d’un voyage à travers une nouvelle dimension, la dimension musicale qui vous transporte jusque dans les collines près de Kingston plus rapidement que la vitesse de la lumière « vert jaune rouge »
 

Ken Boothe, inna de Yard, Reggae 2017, Chapter Two


On démarre avec le  "Speak Softly Love" dont La Grosse vous a parlé tout récemment avec sa vidéo dédiée et qui est une reprise de la chanson du film "le parrain" ("The god father" en titre original). Sans complexe, il reprend et donne une tout nouvelle interprétation de ce titre d’une voix qui se veut digne d’un parrain de la chanson avec le démarrage au piano sur le haut de portée qui ramène tout de suite dans ce film noir.

Pour "I am a fool", la musique se veut jazzy sur le départ pour ce titre qui date de la belle époque de Studio One, 1966 pour être exact dans la première version. Comme quoi un titre quand il est bon est intemporel et se marie à merveille avec une réorchestration de qualité. Il faut dire que la crème des musiciens est à pied d’œuvre pour cet album.

Avec "Black gold and green", les chœurs magnifient ce titre, tout comme les cuivres de ce titre qui originellement est de 1974, titre de l’album éponyme pour le label Trojan (album ou l’on trouve aussi la magnifique reprise de "Ain't No Sunshine" ).
 


Dès les premières notes guitares et piano, on reconnait un titre phare dans la carrière de Ken Boothe, le magnifique "Artibella", la ligne de basse est tout simplement hypnotique. C’est un très bel arrangement où le légendaire pianiste jamaicain Robbie Lynn (qui a joué avec les plus grands :  Israel Vibration, The Gladiators, Black Uhuru, The Mighty Diamonds, Freddie McGregor, Marcia Griffiths , Dennis Brown, Gregory Isaacs ou encore Peter Tosh, son premier enregistrement est d’ailleurs "Without Love"… avec Keen Boothe !) donne la réplique à notre titi parisien, l’accordéoniste Fixi (que l’on a pu entendre aux côté de Winston McAnuff sur le  "Garden of Love")

Sur  "I Don't Want To See You Cry" qui connut  à son origine deux versions (Studio One et Island) on retrouve la rythmique des années 60, avec des chœurs qui font de ce titre une très belle chanson d’amour qui connu un succès avec la reprise par John Holt et celle plus endiablée du duo Dennis Alcapone/John Holt.

Ken Boothe, c’est un crooner, et ce n’est pas avec "African Lady" que l’on osera dire le contraire. Ecrite par Bob Marley lui-même, on a droit ici à un savant mariage de percussions Nyabinghis et d’arrangements soul R’n’B. Cela sonne comme du Otis Reeding ou du Curtis Mayfield. On reconnait l’influence qu’ont eu les grands de la maison de disques Motown sur la Jamaïque et le son Studio One tout particulièrement.

"Let The Water run dry", qui a eu droit aussi à sa vidéo cette année, est un titre qui a près de 50 ans et nous donne d’agréables frissons avec cette version où les chœurs nous font voler vers les cieux. Il faut dire qu’avec le trio vocal The Viceroys, il ne peut en être autrement. Ecoutez leur titre "love is the key", version originale ou version Inna de yard et vous comprendrez tout de suite la force de frappe de ces trois grands chanteurs.

 


"When I fall in love", très belle chanson à écouter à deux au pied d’une cheminée nous est donnée dans une version accordéon/percussion très intéressante. Chanson qui fut reprise par Miss Dynamite en Angleterre et qui a été un riddim repris maintes fois, John Holt, autre grand crooner jamaicain, nous en a donné là encore un très belle version.

Et en parlant reprise, Ken Boothe nous rejoue "You Keep Me Hangin' On" qui à l’origine est un titre du groupe soul The Supremes (avec Diana Ross entre autres). Là encore, il donne une version très personnelle pour s’approprier la chanson tout en respectant l’aura originale. Du grand Ken Boothe.


"Just another girl", grand titre là encore de Mr Rock Steady. Qui n’a pas en tête le titre "runaway girl "de U-roy sur ce magnifique riddim. Ici la voix parfois éraillée de Ken Boothe est accompagnée par des chœurs aux envolées magiques, Fixi nous envoie un petit son d’accordéon pour que Ken Boothe puisse finir accapela. C’est un véritable ascenseur émotionnel.


"je sais et tu sais que c’est vrai
Que cet amour est vrai pour de bon".

L’album se referme par "Rastaman Chant" où l’accent est mis sur les percussions Nyabinghis, rythmique centrale des groundations rastafaris. C’est d’ailleurs ce qui a enthousiasmé l’artiste dans le projet Inna de Yard  où il explique "C'est comme jouer avec la nature, et c'est vraiment beau".
 

Ken Boothe, inna de Yard, Reggae 2017, Chapter Two

Joué en acoustique et en extérieur, on ressent le roots et le soul., les racines et l’âme, le graal du reggae, l'écrin et son joyau, un diamant à l'état brut. Vous avez là le chef-d’œuvre d’un artiste qui œuvre depuis plus de 50 ans. Ne passez pas à côté !

Sortie le 10 novembre 2017
label Chapter 2 – Wagram Music

Tracklist :

1- Speak Softly Love
2- I am a fool
3- Black Gold and green
4- Artibella
5- I don’t want to see you
6- African Lady
7- Let the water run dry
8- When i fall in love
9- You keek me hanging on
10- Just another girl
11- Rastaman chant

© Photo de Bernard Benant avec l’aimable autorisation du label

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 10 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements