Weeding Dub – Another Night Another Day

Attention, attention ! Le stepper activist lillois est de retour ! Après Still Looking For (la grosse chronique ici) en 2015, Weeding Dub revient avec un cinquième album intitulé Another Night Another Day définitivement calibré sound system. En effet, si les expérimentations sonores caractérisaient une partie de Still Looking For (le titre était en lui-même très révélateur de cet état d’esprit), le producteur, non sans renier cet aspect défricheur, a plus axé son opus (à paraître le 9 février chez Wise & Dubwise Recordings) sur l’efficacité dancefloor.

Avec Another Night Another Day, Weeding Dub a conçu un album double face, ou noir et blanc, ou Doctor Jekyll & Mister Hyde (Doctor Weeding & Mister Dub) : le dub réduit à sa forme initiale, c’est-à-dire un remix du reggae, un double du reggae. En effet, tout est dédoublé ici : le titre de l’album, le LP en lui-même et les morceaux qui, pratiquement tous, bénéficient de leur version dub et parfois même en triple ! Le concept même du dub poussé à son paroxysme où des titres originaux peuvent être remixés à l’infini. Ainsi, il nous revient forcément en tête la fameuse déclaration de Mad Professor, samplée des millions de fois dans le dub : « Every object has a shadow. You have to find your own shadow. Every song could be dubbed. You have to find the dub« .

                weeding dub, another night another day, dub

Par contre, là où Another Night Another Day se situe dans la continuité de son prédecesseur, c’est dans la forme des morceaux où l’artiste a autant produit des instrumentaux que des vocaux (environ à part égale). L’on retrouve notamment quelques-uns des chanteurs présents sur Still Looking For, Oulda et Little R. Et on peut même établir une analogie entre le désormais mythique « Gypsy Dub » qui ouvrait Still Looking For et le titre éponyme qui occupe la même place sur cet Another Night Another Day pour leur dynamisme et leur intensité. Parfaitement construit avec sa flûte qui ouvre le morceau, on s’imagine au petit matin en pleine nature (on pense direct au « Matin » de Joseph Haydn, bref vous voyez le genre), « Another Night Another Day » dévoile toute sa puissance par le beat qui arrive : la puissance du stepper à l’anglaise avec des cuivres et des percus ravageurs. L’influence d’Improvisators Dub n’est également pas très loin sur ce track.

Puis Weeding Dub enchaîne sur « Make Dem Know » avec un Anglais justement, le MC Dixie Peach. Là aussi, un titre stepper so british mais nettement moins rough avant que le Lillois n’invite Oulda et ses incantations très roots à se poser sur le riddim de « Rise Up » avec toujours ce sax à la Improvisators Dub en toile de fond. « Rise Up » inaugure ainsi un glissement vers une atmosphère plus détendue sur les tracks suivants : le clavier à la Jackie Mittoo et la voix gracieuse à la Marina P de Nish Wadada sur l’excellent one drop « Let’s Go » ainsi que la trompette latino et le flow posé d’Oulda sur « Big Men Of This World » nous permettent de souffler un peu alors que Weeding Dub fait remonter la température avec « Skankertainer » avec Little R. Le producteur fait déferler une instru épique à la croisée du dub et de l’afrobeat ; en l’occurence, ce n’est pas un sax digne des Improvisators Dub que l’on peut entendre sur ce track, mais dans la lignée de Fela Kuti, l’initiateur de l’afrobeat dans les 70’s. On se souvient à ce propos que Weeding Dub avait justement produit un « African Shrine » il y a peu, un « tribute to this freedom fighter » qu’était Fela Kuti.

Dès lors, le Lillois, à une exception près, va uniquement poursuivre avec des instrumentaux dans la seconde partie de l’album. Cette dernière débute par « Lion’s Claw » dont on préférera largement le remix « Lion’s Claw part 3 » avec un beat beaucoup plus appuyé (qui pourra autant ravir les amateurs de dub que d’electro plus classique) et dans lequel Weeding Dub nous fait part de sa filiation avec les maîtres anglais du stepper, Iration Steppas et Dougie Wardrop en tête.

Et l’on retrouve une fois de plus un sax, définitivement très symptomatique pour cet album, couplé à une flûte sur « Artikal Stepper », track qui fait ainsi écho à « Another Night Another Day ». Pour le coup, les remixes n’apportent rien d’extraordinaire à l’original et on optera immédiatement pour ce track peu usuel qu’est « Dub Soldier Forever & More » qui viendrait sceller la rencontre entre l’univers de Vibronics et celui de Kraftwerk et de leurs voix vocodées. Le morceau fait-il partie des « choses an 3000 » qui figurent sur l’album et dont nous parlait le dubmaker en interview ? Nous n’en doutons pas et le remix « Dubwise Forever & More » pourrait presque être utilisé dans une bande originale d’un film d’anticipation à la 1984 ou à la Brazil. Pour s’en convaincre, on regardera le clip de « Can’t Understand » qui fait curieusement référence au kitsch mais intéressant Invasion Los Angeles, dans lequel le héros revêt des lunettes de soleil qui permettent de voir que le monde est contrôlé par des extraterrestres qui forcent à consommer, à travailler et à leur obéir par le biais de messages subliminaux cachés dans des pubs. 1984 est d’ailleurs cité par Shanti D dans ce track dévastateur et véritablement futuriste et dont le dub contient un aspect quasi indus.

Et à l’instar du premier LP, le second se conclut par un morceau influencé par l’Afrique, « Afuryca », empli de furie forcément, avec là encore un sax afrobeat mais aussi une batterie à la croisée du rock progressif.

Another Night Another Day, ou comment faire coïncider le jour et la nuit, des instrus sobres à des ryhtmes plus sombres. Même si l’on regrette que Weeding Dub n’ait pas développé encore plus de riddims « an 3000 » et même la rencontre entre le dub et l’afrobeat, son album poursuit en beauté le mélange des genres initié par les fondateurs de la scène dub live française.

TRACKLIST

A SIDE
1. Another Night Another Day
2. Make Dem Know feat. Dixie Peach
3. Make Dem Dub part 4
4. Rise Up feat. Oulda
5. Rise Up part 2

B SIDE
1. Let’s Go! feat. Nish Wadada
2. Let’s Dub!
3. Big Men Of This World feat. Oulda
4. Big Dub Of This World
5. Skankertainer feat. Little R

C SIDE
1. Lion’s Claw
2. Lion’s Claw part 3
3. Artikal Steper
4. Artikal Stepper part 2
5. Artikal Stepper part 3

D SIDE
1. Dub Soldier Forever & More
2. Dubwise Forever & More
3. Can’t Understand feat. Shanti D
4. Can’t Understand part 4
5. Afuryca

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements