Daddy Mory, Tiwony, Straika D (+Patko) à  La Tannerie – 24.02.2018

C’est une soirée que La Grosse Radio ne pouvait absolument pas manquer. Straika D, Tiwony et Daddy Mory réunis sur un plateau commun et backés par DJ Kaprisson ! Autant dire que ce line-up valait le détour et le déplacement et c’est en toute logique que vos humbles serviteurs se sont rendus à La Tannerie de Bourg-en-Bresse le 24 février dernier afin de vous faire revivre cette belle soirée.

C’est à l’initiative d’Otaké Productions que ce plateau exceptionnel a pu voir le jour. Répondant au nom plus que logique d’United Tour, cette tournée avait débuté la veille à Châtel et elle faisait donc étape à Bourg-en-Bresse le 24 février.

Retour en texte et en images sur cette soirée.

Mais avant que n’entrent en scène nos trois compères, c’est Patko qui a ouvert le bal. Alors que le Grenoblois défendait jusqu’à il y a peu une formule en live band, c’est en solo et en acoustique, s’il vous plaît, que l’auteur de Maroon s’est présenté devant les massives de la Tannerie. Malgré une salle très peu peuplée (un peu plus d’une centaine de personnes) et une configuration moins « ruff » que ce qui allait suivre, le chanteur aura fait le boulot comme on dit. Car même s’il ne fait de « big tunes« , comme il l’explique dans un de ses morceaux, Patko aura su nous transporter durant la demi-heure de son set. Patko demeure « Solid As A Rock » et il nous livre son reggae conscient qui fait autant référence à la mère (« Mama ») qu’aux esclaves ayant fui leur condition, thème qui a donné naissance à son dernier album. Une entrée en matière intéressante de la part de Patko qui a donc préparé le terrain à ses inspirateurs, ainsi qu’il nous le confiait un peu plus tôt dans une interview à retrouver très prochainement sur le webzine.

patko, la tannerie, united tour

patko, la tannerie, united tour

patko, la tannerie, united tour

DJ Kaprisson a alors investi la scène pour opérer un petit warm-up d’une dizaine de minutes qu’il introduira par deux classiques et incontournables du reggae interprétés par des femmes, j’ai nommé le « Bam Bam » de Sister Nancy (on entendra à nouveau le « Stalag » un peu plus tard dans la soirée, je suis sûr que vous savez de quoi je veux parler, hé hé) et le « No No No » de Dawn Penn. Puis il fera résonner le « One Love » de Bob Marley que toute l’assistance reprendra en chœur avant que Straika D ne déboule devant les massives.

Straïka D se pose direct sur « Faya Burn Babylon » tout en courant de partout sur la scène. Le public, même s’il est peu nombreux et qu’il est encore timide, commence à réagir. Straika D va alors enchaîner sur quelques-uns des titres de son dernier album, Cœur De Feu, sorti il y a environ un an : on pourra notamment l’entendre sur des big tunes comme « Nos Rêves » ou « Ça Vaut de l’Or ». Et puisque les ganja tunes seront l’un des leitmotiv de cette soirée, c’est tout naturellement que Straika D interprétera « Ganja Maria », tout en précisant bien aux massives qu’il ne dit pas fumer de la ganja dans la première partie du morceau. Peu importe, le public est réceptif, mais l’est un peu moins lorsque le MC revêt un flow plus hip-hop. Et avant de céder sa place à son complice Tiwony, Straika D toastera sur « Téléphone », dont le riddim provient d’un certain DJ Kaprisson.

straika d, la tannerie, united tour

straika d, la tannerie, united tour

straika d, la tannerie, united tour

straika d, la tannerie, united tour

C’est un Tiwony tout de rouge vêtu qui s’est présenté devant les spectateurs : « le rouge qui montre que Rastafari bouge, longues dreadlocks ne veulent pas dire que ce sont des rastas« . Ces mots de YaniSs Odua entrent justement en résonnance avec ceux de l’auteur de Roots Rebel qui, après nous avoir fait part de « Dread » (à paraître sur son prochain album) prononcera : « ce n’est pas qu’une histoire de cheveux« . En effet, le reggae est universel et surtout une musique consciente. Tiwony s’en fera le représentant durant son set avec ses conscious lyrics (« Mon Continent ») ou en laissant un enfant monter sur scène pendant un morceau. Dancehall, reggae, hip-hop, tout y passe avec Tiwony et même un peu de soca avec le brûlant « Ils Veulent Du Faya ». Mais ce qu’on retiendra avant tout avec le singjay, c’est son énergie flamboyante et ce n’est pas « un coup de froid » qui a pu enrouer sa voix qui aura pu l’arrêter : son flow à la Capleton n’en aura été que très peu impacté finalement.

tiwony, la tannerie, united tour

tiwony, la tannerie, united tour

tiwony, la tannerie, united tour

tiwony, la tannerie, united tour

Daddy Mory n’a pas été avare non plus en termes de vigueur et d’énergie. En haranguant le public à coups de « pas joujou, pas dodo » ou en jumpant en permanence, il a fait montre de toute sa fougue et d’une certaine autorité sur le reggae/dancehall français. Daddy Mory reste, après plus 30 ans de carrière, l’un des meilleurs toasters de l’Hexagone et il en aura encore apporté la preuve avec son dernier album autoproduit, Travail d’Artiste. Il interprétera d’ailleurs quelques morceaux de cet opus ce soir-là, comme « Parti Trop Tôt », « Deux Chemins » (au cours duquel il adressera un big up à Masicka, initialement en feat. sur ce track), ou la ganja tune « Le Remède », des titres moins connus du public que ceux qui ont fait la renommée de Daddy Mory, à savoir ceux de Raggasonic. DJ Kaprisson enverra donc une fois de plus le « Stalag » riddim pour « Aiguisé comme une Lame », mais aussi le « Waiting In Vain » pour « J’entends Parler » ou le « Real Rock » pour « Original ». Daddy Mory rendra ainsi hommage à tous les riddims classiques sur lesquels il a fait ses classes, il parlera également du « Tempo » ou du « Peanie Peanie ».

daddy mory, la tannerie, united tour

daddy mory, la tannerie, united tour

daddy mory, la tannerie, united tour

                                daddy mory, la tannerie, united tour

Et après que Daddy Mory ait dit au revoir au public, DJ Kaprisson diffusera « La Dette », cette big combination entre Tiwony et Daddy Mory (voir ici) et composée par le selecta qui anime ce United Tour. C’est justement le seul regret qu’on ait pu avoir au cours de cette soirée, que le morceau ne fût pas interprété en live & direct par les singjays.

Un immense BIG UP à tous les artistes présents ce soir-là !
BIG UP également à Julie et à La Tannerie, ainsi qu’à Otaké Productions.

Crédit photos : Live-i-Pix



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements